GRANDEURS DU PETIT PEUPLE ALGÉRIEN

2
3143

              Abdellah CHEBBAH. Mars, 2020

Le petit peuple que je viens de nommer, en l’occurrence ses jeunes, n’arrêteront pas d’épater leurs aînés. Le génie par lequel ils s’y prennent ne laissent personne dans l’indifférence. Avec peu de moyens mais de beaucoup d’imagination, ils réussissent à créer l’impensable. Toute cette énergie et cette créativité, qu’on leur a occultées depuis des années, cachées en eux, ont été déployées depuis le 16 février 2019. Ils viennent encore une fois, par des moments très difficiles de crise, de le prouver.

Une grande fierté ressort de ces jeunes, amoureux de leur pays.

Depuis plus d’un an, ils n’ont pas arrêté de défier un système de gouvernance en décadence qui ne convient pas à leurs idéaux. Ils ont battu le pavé pendant 56 semaines, tous les vendredis et tous les mardis, pour dire non à l’injustice, non à la hogra, non à l’ignorance, non à l’obscurantisme et non à une dictature militaro-financière.

Les tenants réels de ce système et leurs supplétifs ont été mis à nus et désarmés devant le monde entier. Plus de 99,9% des Algériens les rejettent en vrac. Nul n’est censé, aujourd’hui, ignorer la vérité sur cette 3issaba pourrie.

Au moment ou je publie ce papier, tous les jeunes Algériens arpentent les grandes villes, les villages et les douars pour asperger le produit qui mettra fin au Covid-19 et en même-temps de conseiller les gens à rester chez eux jusqu’à nouvel ordre pour reprendre le hirak sous d’autres formes. Pour le moment ce hirak continuera sur les réseaux sociaux et à la maison sur les balcons, les terrasses et les cours.

Certains spéculateurs agricoles ont été remis à l’ordre par ces jeunes en rabaissant le prix de leurs produits. D’autres ont tout simplement étalé leurs marchandises qu’ils remettent gratuitement aux plus démunis. Certains autres se sont dirigés vers les bureaux de postes pour organiser l’encaissement des retraites de nos vieux.

La prise de conscience, la lucidité et le savoir-faire de nos jeunes dépassent de très loin celles d’une quarantaine de ministres et de leur président qui n’osent pas sortir de leur cage pour apaiser la crise. Nos jeunes médecins et spécialistes ne dorment plus pour veiller sur le peuple, ceux-là mêmes qui ont tiré la sonnette d’alarme un certain mois de novembre 2019 sur l’état de notre système de santé. Ils ont été tabassés et emprisonnés.

La rue, l’espace public et la politique de ce pays appartiennent désormais au peuple qui décidera du destin de ce pays. Le temps est aux changements radicaux de nos politiques de gouvernance. La médiocrité, la désinvolture et le laisser aller doivent céder la place au mérite et à la compétence. Halte au bricolage.

2 Commentaires

  1. Bravo pour ces jeunes ! En espérant que ce hirak ne soit récupéré par nos ennemis traditionnels : l’impérialisme néocolonialisme capitaliste comme il l’a fait en Syrie, en Libye, en Egypte et maintenant en Tunisie.

  2. Le Coronna a mis à nu le “gang des généraux” et sa politique de fuite en avant. Baser sur le mensonge, la corruption et l’impunité. Cette crise sanitaire a montrer les failles de pays connus pour leur bonne gouvernance, que dire alors de ces républiques banannières dont malheureusement l’Algérie des généraux en fait parti, désormais. La politique des chiffres factices et erronés, ne tiendra plus le cap avec le baril du Brent avoisinant les 20 dollars.

    l’Algerie ne ressortira que plus forte de cette crise et avec les moindres pertes humaines inch’Allah …C’est au peuple de se prendre en charge dans ces moments pénibles, devant la faillite de nos gouvernants imposés par le gang. L’entraide et la solidarité sont notre seule arme, le Hirak continue par notre mobilisation à domicile, dans le voisinage par le partage avec le suivi strict des règles d’hygiène.

    Un salut et une pensée particulières au corps médical et paramédical, a tous ces soignants qui ont été matraquer lors qu’ils demandaient l’amélioration des conditions de travail et du matériel approprier … Des primes et des augmentations furent octroyer a ceux qui manipuler la matraque, c’est la logique de l'”état policier”…Ces erreurs n’auront plus lieux dans l’état de droit qui se réaliseras tôt ou tard ,c’est une exigence.
    Une pensée également a ces ambulanciers et tous les éléments de la protections civile et les éboueurs qui s’exposent au virus plus que nous autres en confinement. l’Algerie de demain n’oubliera pas vos sacrifices.

    Sans oublier tous ces détenus politiques, d’opinions et du Hirak. Le risque de contamination est très grand dans ce milieu carcérale surpeuplé. Au lieu de poursuivre la chasse à l’homme sur de paisible citoyens comme ce fut le cas avec Brahim Douadji. Libérer tous ce beau monde, laisser les Algériens vivre dignement et librement.

    Où sont vos ministres, vos Walis… qu’ils descendent sur le terrain. Terrer vous avec votre armée de Dubab, mais de grâce ne ressortez pas, quand le ciel sera dégagé et que le Corona sera derrière nous.
    الله يحفظ و يسطر الجميع

    Et une pensée sincère a toutes nos victimes du Corona رحمهم الله و أتى ذويهم الصبر و السلوان

    اللهم ارفع عنا هذا البلاء

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici