Sous et dessous de l’ANEP.

1
410
Hassan Moali in facebook

  ️ Au delà des chiffres et de la mode qui consiste a attaquer les journaux proches de la « Issaba » sur laquelle tout le monde s’essuie pompeusement les chaussures, je relève que plusieurs journaux qui étaient les portes voix de Boutef et sa clique n’ont curieusement pas été cités ni voués à la vindicte populaire. Et puis, parlons un peu des chaînes de télévision de droit étranger qui ont bouffée des milliards de centimes. Parlons aussi du bilan de l’ANEP depuis la chute de Bouteflika et l’avènement de la « Nouvelle Algérie » qui reste a ce jour un simple effet d’annonce comme le sont d’ailleurs les chiffres ronflons des sous et les dessous offerts par ANEP à des journaux, économiquement non viables et professionnellement pitoyables.

Une remarque sur la forme enfin: Si l’intention du patron de l’ANEP et son employeur était de jouer carte sur table, il aurait été mieux inspiré d’animer une conférence de presse et répondre aux questions gênantes des journalistes, plutôt que de s’épancher sur les colonnes de deux journaux dont ce qui s’apparente à un mise en scène réglée comme du papier musique. Oui, pourquoi choisir, curieusement, El Watan et El Khabar ? Pourquoi pas Liberté et Enasr ? Ou encore Le Quotidien d’Oran et EChourouk? Le DG de l’ANEP a utilisé les mêmes canaux d’expression que…Macron, Sarko ! Le message est-il destiné à la consommation externe? Théoriquement non. Si le choix est dicté par le tirage ou la crédibilité de ces deux titres, le patron de l’ANEP doit nous expliquer pourquoi El Watan ne dispose encore que d’une vulgaire page de pub quotidiennement au même titre qu’un journal aussi inexistant en termes d’impact, que la « nouvelle République ».

C’est dire in fine, que nous autres, les journalistes, devons se garder de succomber à quelques effets de manches et autres phrases choc contre l’ancien régime de la Issaba, au risque de s’enrôler inconsciemment dans ce nouveau. Tout le monde se souvient que Hedda Hezam et Fajr avait bénéficié de 76 milliards de centimes de pub en huit ans sous la « Issaba » comme le revenait Kaouane. Et aujourd’hui, elle est en phase avec la « République de Tebboune » et elle reçois encore de la PUB. Ce constat vaut pour l’Expression, le Courrier, le canard de Djaâkoun, et une galaxie de titres bidon que même les concepteurs ne like sent pas. Last but not least, plutôt que lancer des salves de chiffres avec plusieurs zéros, ANEP, qui sait où est parti ce fric pourri, sera plus crédible de demander des comptes à ces journaux généreusement arrosés et, si possible, le récupérer.

Quant aux fameux 15 critères de choix des titres a « arroser », je suis désolé mais l’ANEP et son DG n’ont ethiquement aucun droit de regard sur les lignes éditoriales des journaux et leurs positionnement politiques pour décider qui mérite la pub ou pas. La sacro-sainte règle de la commercialité n’admet pas une telle intrusion. Cette agence doit urgemment changer de mission au lieu de jouer le gendarme de la PUB qui tue les journaux et pire encore, le journalisme. C’est anachronique en 2020. , 

🔴 PS: ces commentaires ne sont pas destinés à Larbi M. Ounoughi dont je m’honore de l’amitié, mais au DG de l’ANEP qu’il est. L’éthique du métier et l’idéal démocratique que je porte, m’oblige à faire le distinguo entre l’amitié et honnêteté. La Défense d’une pratique saine du journalisme est chez moi une seconde nature, et j’assume totalement les conséquences de mes prises de position quoi qu’il m’en coûtera. Je fais mienne la devise (de Beaumarchais je crois) : »La Liberté ne s’use que si l’on ne s’en sert pas ».

1 COMMENTAIRE

  1. il est preferable de distribuer équitablement la cagnotte ANEP selon les criteres de la proportionnalité du nombre de tirages du canard et des invendus depuis les journaux ne mentionnent plus le nombre du tirage dans un coin de la une c’est une façon malhonnête pour dissiper les craintes de la qualité du canard. cet argent de l ANEP devrait etre investi pour le profit des jeunes; un seul bulletin national pour la pub suffirait pour faire actionner la commande publique.
    avec la nouvelle TIC les journaux ne servent à rien les invendus sont vendu au kg aux marchands du coin

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici