LORSQUE ANTAR DEVIENDRA UN MUSEE DES DROITS DE L’HOMME

3
890

Abbes Hamadene

  Il faut fabriquer des exemples ! Il faut épouvanter et terroriser ceux qui seront tentés de s’opposer au pouvoir. Voilà la phrase sempiternelle enseignée à tous les tortionnaires dans toutes les dictatures du monde qui mènent une guerre multiforme contre leurs peuples. Le pouvoir algérien en serait un triste exemple.

WALID A OUVERT UN CHANGEMENT HISTORIQUE CONCERNANT LA TORTURE EN ALGERIE

Les révélations courageuses du jeune étudiant Nekiche Walid ont provoqué une vague de colère et d’indignation dépassant les frontières du pays. Les tortures subies par ce jeune enfant du peuple viennent rappeler que la torture est une pratique inhérente au système despotique en place depuis 1962.L’écho médiatique international suscité par les révélations du jeune Walid a semé la panique dans les cercles du pouvoir. Mis sous pression, le pouvoir a décidé l’ouverture d’une enquête préliminaire sur cette grave « affaire ». Le pouvoir fidèle à lui-même, entend de toute évidence étouffer l’affaire. Il aurait toutefois tort de croire que le peuple algérien va se laisser duper par cette lamentable machination. Nous nous attendons forcément à une autre enquête-étouffoir à l’exemple de toutes celles auxquelles nous a habitué le pouvoir depuis toujours. En d’autres termes : une enquête bâclée, à huis-clos qui ne respecte aucunement les standards internationaux. Les commanditaires, les juges, les chefs du DRS vont se protéger les uns les autres, au mieux, ils vont se résigner à sacrifier quelques subalternes.

LES TORTIONNAIRES PAIENT TOUJOURS : L’EXEMPLE DE MARIO SANDOVAL

Soupçonné d’avoir participé à des centaines de faits de tortures et de séquestrations pendant la dictature militaire en Argentine, Mario Sandoval a été extradé à Buenos Aires, le 15 décembre 2019.Mario Sandoval, surnommé « churrasco » pour désigner le steak, était un membre de la police politique de la dictature argentine (1976-1983). Pour sa demande d’extradition, la justice argentine s’est appuyée sur le dossier de Herman Abriata, jeune étudiant en architecture à l’époque des faits qui remontent à…1976.Herman Abriata a été arrêté le soir du 30 octobre 1976, il fut détenu au centre ESMA et torturé par les tortionnaires de Mario Sandoval jusqu’à la mort sans que son corps ne fut jamais retrouvé.

Arrivé en France en 1985, Sandoval « El churrasco » avait reconstruit discrètement sa vie. Son niveau de formation universitaire, lui a permis de devenir consultant dans les questions de défense et de sécurité et donner des cours à l’Institut des Hautes études de l’Amérique Latine (IHEAL) à Paris et à l’Université de Marne La Vallée. Il avait réussi à cacher son passé de tortionnaire jusqu’au jour où un vieux militant argentin le reconnaisse sur une photo.

Alertée, la justice argentine, libérée de l’emprise de la dictature après une sérieuse enquête demande officiellement à la France son extradition. Sandoval a utilisé tous les recours possibles pour retarder son extradition, il a tour à tour invoqué la prescription, l’homonymie (« c’est quelqu’un d’autre qui a le même nom que moi »). Finalement et après huit années de procédures, le juge Sergio Torres a pu obtenir son extradition afin qu’il soit jugé à Buenos Aires au grand soulagement de sa famille, de ses proches et des centaines de victimes encore en vie.Notons enfin, que cette affaire a fixé définitivement une jurisprudence en la matière.

L’ESMA : UN CENTRE DE TORTURE DEVENU MUSÉE DE LA MÉMOIRE

De 1976 à 1983 une junte militaire a régné sur l’Argentine suite à un coup d’état orchestré par une « camarilla » de généraux à la tête de laquelle on trouve le sinistre chef d’état-major Jorge Videla et le général Reynaldo Bignone. Durant son règne, la junte militaire a ouvert des dizaines de centres clandestins de tortures, le plus sinistrement célèbre est connu sous le nom (acronyme) l’ESMA.

L’ESMA est un des lieux de mémoire et d’atrocités les plus importants de la dictature militaire argentine. Il a d’abord été l’Ecole supérieure de mécanique de la marine avant de devenir un centre névralgique de la répression. Dans ce centre, des milliers d’opposants à la dictature ont « disparu » ou subi les formes de torture les plus barbares et les plus immondes. Pendant des années, des associations et des militants de défense des droits de l’homme se mobilisèrent pour demander la transformation de cette « usine de la mort » en un musée dédié à la mémoire des victimes de la répression.En 2004, sous la pression de grandes mobilisations populaires, le Président argentin Kirchner prend la décision de faire de ce centre des atrocités un musée de la mémoire et la promotion des droits de l’homme.

Dans une Algérie libérée de la dictature et de la police politique, le sinistre centre « ANTAR » deviendra un musée de la mémoire et la promotion des droits de l’homme en hommage aux milliers de victimes de la torture depuis 1962.

3 Commentaires

  1. LA TORTURE n a plus cours meme chez les pays les plus arrieres …..a part la birmanie ou la coree du nord la torture massive fait peur! les institutions internationales veillent sur ces comprtements pas forcements pour « doper » la democratie et renforcer les liberté mais pour exploiter les opportunites de business ! car les pays qui pratiquent la torture sont tres obliges de se montrer tres genereux envers les les nations occidentales et faire des concessions meme au risque d affamer leur peuple ! le recour a la torture est est une pratique lache de voyous et de bandits flibustiers de grands chemins……les auteurs de la torture sontles plus pires ennemis de la nation ils sont capables de trahir et de vendre ce que le pays a de plus chers pour regner …..

  2. Bonjour

    Bonjour

    Ce que ne savent pas beaucoup d’algériens. c’est que le centre ANTAR était un centre de torture pendant la colonisation.
    Les anciens habitants de BEN AKNOUN l’appellent « Les cages à poules ». Celui que les services français emmener à ce centre ne revenait jamais.

  3. La torture morale, c’est une autre forme que tous les services de sécurités algériens pratiquent sans vergogne. Aujourd’hui par exemple à la veille de l’anniverssaire du 22 février date du retour du Hirak, un barrage en entonoire est établi à l’entrée d’Alger par une poignée de gendarme engendrant un embouteillage durant des heures et sans motif, enfin si une torture morale de plus afin de saper le morale des algériens et de les provoquer à la veille de de cette date symbole qui sonneras le glas pour le retour du Hirak à partir de demain inch’allah. Un point positif, les automobilistes ont riposté par des klaxons avant et devant ce barrage de la honte, montrant qu’ils n’ont plus peur, ce qui annonce la couleur pour la journée de demain et la suite du mouvement …
    Ce n’est certainement pas ce communiqué laconique du MDN qui dément l’envoi de nos troupes combattre pour les autres qui va faire chnager d’avis aux algériens de sortir demain(pourtant ils l’ont annocé noir sur blancs dans leur nouvelle constitution) et ce n’est pas la communication ce matin de Macron avec Tebboun qui va nous persuader non plus de ne pas marcher (Est ce le Quai d’Orsay et Matignon qui sont derriere le communiqué du MDN pour apaiser la tension et faire baisser la pression , fort possible …Demain, les algériens doivent répondre en force à Macron, Poutine, Baiden qui soutiennent ouvertement le « gang des généraux » Vivement le retour du Hirak

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici