L’ALGÉRIE N’EST NI A VENDRE, NI A DIVISER!

0
1059

Le collectif Libérons l’Algérie appelle les Algériennes et les Algériens résidents en France et en Europe à une marche unitaire, le 17 avril 2022, à partir de 14h00, de la place de la République à la place de la Nation, à Paris.

Soyons nombreux pour:

La célébration du 20 avril, l’une des dates majeures de la lutte du peuple algérien pour la pluralité identitaire, la diversité culturelle et la démocratie.

La libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus d’opinion.

L’arrêt immédiat de toutes les poursuites judiciaire visant les militants de la Silmiya.

La dissolution de la police politique.

Le démantèlement de la junte militaire.

Le démantèlement des réseaux informels de l’économie rentière.

Le démantèlement des réseaux de corruption et des réseaux néocolonialistes, à l’instar des réseaux de la «Françalgérie».

L’ouverture d’une transition démocratique indépendante du système.

L’engagement d’un processus aboutissant à l’élection d’une Assemblée Nationale Constituante.

La construction d’une citoyenneté algérienne ouverte sur l’espace africain, l’espace méditerranéen et l’espace humain.

L’édification d’un État sécularisé, garant des droits de toutes les communautés du Vivant.

DÉCLARATION-APPEL

«Quand je travaille à la berbérité, c’est à l’algérianité que je travaille, à quelque chose de tout à fait fondamental dans l’algérianité.»Mouloud Mammeri.

La recherche de ses fondements est le propre de toute société qui veut se donner les moyens de produire sa propre histoire et de participer à la production de l’histoire humaine. Une telle démarche s’inscrit en faut contre un retour anachronique et destructeur dans le passé. Créer un récit historique mythifié pour s’y réfugier n’est autre qu’un processus de ghettoïsation, aliénant et stérilisant.

Alors que le peuple algérien s’apprête à célébrer le 42e anniversaire du Printemps Amaziɣ du 20 avril 1980, et à commémorer les tueries de 2001 en Kabylie, organisées par des officiers du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS), sous la direction du général Mohamed Touati, dit El Mokh, il nous est un devoir de rappeler ces réalités qu’aucune manœuvre, aussi malsaine et aussi sophistiquée soit-elle, ne peut remettre en question:

– Tamaziɣt est indissociable du combat démocratique.

– Tamaziɣt n’est pas l’ennemie de l’arabité et de l’islam ou de toute autre composante de l’identité algérienne.

– Tamaziɣt, c’est la profondeur historique de l’algérianité.

– Tamaziɣt appartient à tous les Algériens, à tous les nords-africains, à toutes celles et à tous ceux qui en revendiquent l’appartenance.

– Tamaziɣt est au cœur de tout processus de construction citoyenne de l’Algérie et de l’Afrique du Nord.

– Tamaziɣt est l’un des instruments de remembrement culturel de l’espace méditerranéen.

– Tamaziɣt, c’est la beauté de notre présence à l’échelle de l’histoire humaine.

– Il n’y a pas de Kabylie sans l’Algérie et il n’y a pas d’Algérie sans la Kabylie!

– L’Algérie n’est ni à diviser, ni à vendre !

– L’Algérie n’est la chasse gardée ni de Paris, ni de Bruxelles, ni de Washington, ni de Moscou, ni de Pékin.

– L’Algérie n’est le sous-traitant ni d’Ankara, ni de Doha, ni d’Abu Dhabi, ni de Riyad, ni de Téhéran.

– L’Algérie du peuple n’est pas celle de la junte militaire et de sa police politique

– L’Algérie n’est pas convertible à l’hégémonie géopolitique de l’israélisme.

Le contexte mondial marqué par une géopolitique porteuse de risques majeures d’un embrasement généralisé a révélé l’ampleur des dangers que représente la junte militaire pour la souveraineté de l’Algérie, son intégrité territoriale, sa présence! L’économie rentière adoptée par les généraux de l’import-import, depuis de longues années, maintient l’Algérie sous perfusion du marché des hydrocarbures. Tout ce dont l’Algérien se nourrit, tout ce dont il a besoin pour se soigner, pour vivre, il le doit à l’importation !En ces temps de crise due à la guerre en Ukraine, les produits de première nécessité connaissent une flambée des prix qui inquiète jusqu’aux puissances de ce monde.

Pour le peuple algérien, de la misère au quotidien à la tragédie humaine, il n’y a qu’un pas à franchir! Par ailleurs, la totale soumission de la junte militaire aux jeux des puissances de ce monde, la dépendance de chacun de ses gangs des réseaux néocolonialistes, à l’instar des réseaux de la «Françalgérie», des réseaux de trafic tous azimuts et des circuits mafieux de la finance, présentent des risques majeurs à la cohésion de l’armée algérienne. De tels risques sont à même de provoquer une déstabilisation des plus sanglantes. Ce sinistre scénario a été, temporairement évité, grâce au formidable coup d’accélérateur donné par le peuple algérien, à l’histoire, en Février 2019.

LES DÉTENUS D’OPINION EN DANGER!

Les «phraséologues» au garde-à-vous qui misent sur l’échec du processus de la Silmiya se trompent de peuple, de pays et d’époque. L’histoire nous apprend qu’à chaque fois qu’il a été dos au mur, le peuple algérien a su relever le défi et marquer, de sa présence combative, l’histoire. Ce peuple est patient, il n’est pas soumis. Ce peuple est conscient, il n’est pas dépolitisé, comme se l’imagine certains illuminés. Ce peuple aime la vie, il n’aime pas la mort. Ce peuple aime la paix, il n’aime pas la guerre.

Actuellement, les prisons algériennes comptent plus 320 détenus d’opinion répartis sur 32 régions du pays. Parmi ces détenus figurent ceux qui observent des grèves de faim depuis plus de 75 jours! L’état de santé de chacun d’eux s’est détérioré de façon très inquiétante. Leurs vies sont en danger!

C’est le cas, notamment, de Marzouk Touati qui se trouve actuellement à la prison de Laghouat. Les avocats qui se sont constitués pour défendre ces détenus d’opinion subissent de terribles pressions. Certains d’entre-eux sont persécutés au point de se sentir obligés de fuir l’Algérie! Oui, ces avocats quittent le pays pour fuir un sort similaire à celui, réservé à Maître Tarek Zeddam, assassiné par la police politique, ou à celui de Maître Abderraouf Arselan, en prison à Tébessa.

L’Algérie est, certes, dans le collimateur de la géopolitique des conflits. La junte militaire et sa police politique s’entêtent à l’empêcher de sortir de son impasse historique. Seulement, le peuple algérien n’est pas du genre à baisser les bras. Aussi longue soi la nuit, le jour finira par ouvrir nos yeux sur une Algérie plurielle, diverse et heureuse.

Assa-a azekka, Lezzayer tella tella !Ass-a azekka, Tamaziɣt tella tella !

VIVE L’ALGERIE CITOYENNE

VIVE LA SILMIYA

GLOIRE A NOS MARTYRS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici