Édition du
11 December 2016

La Sunna entre Mythes et Réalités

 

Djebran«L’être humain s’arc-boute contre la charge toujours plus écrasante du passé, qui le jette à terre ou le couche sur le flanc, et qui entrave sa marche comme un obscur et invisible fardeau » Friedrich Nietzsche (Philosophe Allemand 1844 – 1900)

Démystifier héritage islamique, c’est lui restituer essentiellement l’historicité de ses premiers moments et d’en extraire ses éléments fondateurs, tout en leur rendant une mobilité dans le temps et l’espace. Pour ce faire il est impératif de placer, un regard libre, face aux phénomènes qui agitent le présent où se livrent aujourd’hui un antagonisme dans les plus hautes sphères de notre monde entre l’insatiable connaissance optimiste et les furies d’un savoir dogmatique.

Cet exercice n’aura de sens que si la genèse de la Sunna ou tradition prophétique, matrice de l’héritage islamique, n’est examinée dans la sérénité et l’objectivité qui caractérise toute démarche rationnelle.

L’étude de l’Histoire est définie comme la construction d’une image POSSIBLE du passé. Les archives, vestiges et documents sont les matériaux et les objets premiers de cette discipline.

La tradition prophétique (Sunna) est définie comme étant l’ensemble des faits, gestes et dires du prophète. Compilée, elle constitue la deuxième source dans l’Islam après le Coran pour la jurisprudence islamique.

Telle qu’elle nous est arrivée aujourd’hui, la tradition prophétique en premier a été compilée par plusieurs Ulémas, dont six Imams des plus importants par consensus qui nous ont légués leurs six Canons.

Ci-dessous est la liste de ces Imams, leurs dates de naissance/mort et les noms des six Canons qui leur sont associés respectivement:

1- Mohammad Al-Boukhari 194 H – 256 H. Sahih al-Boukhârî
2- Abou Dawoud 202 H – 275 H. Sunane Abu Dawoud
3- Abu Al-Hussain Muslim 206 H – 261 H. Sahih Muslim
4- Al-Tirmidhi 209 H – 279 H. Djamea Sunane
5- Ibn Maja 209 H – 273 H. Kitab Sunane
6- An-Nassa’i 214 H – 303 H. Sunane An-Nassa’i

En premier il faut relever est que les six Canons comprennent 30.000 hadiths compilés exclusivement par la méthode orale sur un ensemble totalisant un million de hadiths.

En second, il faut remarquer que ces compilations ont vu le jour 2 siècles après la mort du prophète. Le prophète est mort 11 H. (H pour le calendrier Hégire)

Et troisièmement, il est à noter que les deux grandes familles de l’Islam (Shiite et Sunnite) reconnaissent des traditions prophétiques différentes.

Sachant que la famille sunnite est subdivisée en quatre écoles juridiques appelées Madahibs. Ces écoles ont codifié tous les aspects publics et privés de la vie des musulmans, ainsi que les interactions sociétales.

Ci-dessous est la liste des noms de chaque école, son fondateur avec sa date de naissance/mort

1- Hanafisme l’Imam Abû Hanifa 80 H – 150 H
2- Malékisme l’Imam Malik 93 H – 179 H
3- Chafiisme l’Imam Chafii 150H – 204 H
4- Hanbalisme I’Imam Hanbal 164 H – 241 H

La remarque CAPITALE à faire ici est la suivante : Les quatre écoles juridiques ont été fondées et leur codex élaborés par leur respective Imams AVANT QUE LES VRAIS HADITHS (SAHIHS) NE SOIENT COMPILÉS.

Pour cela, il faut comparer les dates de naissance et de mort ci-dessus entre les Imams qui ont compilés les Hadiths et les fondateurs des écoles juridiques.
Un premier corollaire découlant de cette remarque capitale, et sachant que les écoles juridiques ont basé leur codex dans une très large mesure sur des Hadiths; qu’elle est la nature et la genèse des Hadiths utilisés alors, si LES VRAIS HADITHS (SAHIHS) n’ont pas été élaborés ?

L’autre remarque à relever, est que l’élaboration de cette tradition s’est produite dans une période trouble de l’Histoire de l’Islam. Il faut rappeler à juste titre les terribles et sanglantes guerres de succession qui ont jalonné les 3 premiers siècles après la prophétie.

Ceci pour dire que les rapports de forces en gestation dans cette société naissante ont usé sans retenue de tout effort intellectuel à même de justifier et SURTOUT SANCTFIER DES ACTES DE PRISE DE POUVOIR.

Donc sur une ambigüité historique est venue se greffer aussi une lutte sanglante pour le pouvoir.

Au cours de siècles, cette tradition a été figé dans la substance, mais sa mainmise sur le discours religieux s’est réalisée d’une manière ou d’une autre et ne cesse d’être véhiculée en fonction d’intentions nouvelles, d’être confisquée de manière continue, de se voir reconfigurée et réordonnée vers un usage de puissance dans le but inavoué pour l’accaparement des corps et des âmes des hommes et des femmes ce monde.

Mettre les fondements de la tradition prophétique dans la mire du questionnement, c’est lever une équivoque historique qui n’a que trop duré. Mais surtout engager une réflexion, universelle, transparente et neutre dans laquelle le message céleste s’ouvre et s’émancipe à la lumière des connaissances acquises, et où la pensée se pacifie, élabore et négocie les concepts du vivre ensemble et de la justice sociale.

Khaled BOULAZIZ


Nombre de lectures : 2157
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • djelloul habib
    26 juin 2016 at 0 h 56 min - Reply

    L’ Imam Malik qui nous concerne en premier nous les Maghrébins, a recensé un nombre restreint
    de hadiths authentiques selon des méthodes rigoureuses dans son recueil El Mouatta. Pourtant
    il avait toujours vécu à Médine, c’est à dire trés prés des sources géographiquement et temporellement( 3eme génération des Souhaba).On mesure l’inflation qui a suivi :pres de 600.000 hadiths ôu se mèlent panégyriques des dynasties successives, politique,et les intérêts évidemment.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • STILL
    26 juin 2016 at 21 h 47 min - Reply

    1)
    « …les deux grandes familles de l’Islam (Shiite et Sunnite) reconnaissent des traditions prophétiques différentes. »

    Sir, il y a un seul Islam: celui qui existât au temps du Prophète (SAAWS) et qui existe toujours aujourd’hui, issu du Coran et de la Tradition du Prophète (compilée notamment dans les plus méticuleux recueils, Sahih Bukhary et Sahih Muslim.)
    Le Shiisme n’existat qu’apres la mort du Prophet. Il »s’en lave les mains » comme on dit dans le jargon populaire CAD il n’a pas a repondre pour ceux qui ont cree le Shiisme.Meme les Imams Ali et son fils Hussein-pivot du Shiisme- n’etaient pas Shiite puisque ce « dogme » leur est posterieur.

    2)
    « qu’elle est la nature et la genèse des Hadiths utilisés a[lors de la creation des Ecoles juridiques], si LES VRAIS HADITHS (SAHIHS) n’ont pas été élaborés? »

    Les Sahihs n’ont pas été élaborés. Ils ont été compilés, authentifiés et classifiés .Ils existaient déjà au temps de l’élaboration des Ecoles juridiques.D’ailleurs, personne n’est tenu de suivre l’une ou l’autre des Ecoles juridiques pour etre un vrai musulman.
    Enfin , si l’auteur de l’article essaie de semer le doute sur la Sunna pour faire valoir la Shiia il perd son temps.Le Shiisme n’a rien de religieux. C’est une supercherie politique qui a pour base la pretendue priorite des descendants du Prophet a heriter du Pouvoir politique. إ »ن أكرمكم عند الله أتقاكم » و ليس أكثركم قرابة إلى رسول الله.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 9

  • dziri
    28 juin 2016 at 17 h 47 min - Reply

    Donnez nous plus d eclaircissement sur ce sujet depuis que j ai entendus lors de la priere du vendredi qu un homme a tue 99 personnes puis complete par le 100e qui est un imam est entre au paradis ca m a laisse perplexe dieu dit dans le coran quiconque tue 1 personne c est comme s il a tue tout le monde donc soit on veut nous faire peur soit c est de l exces de zele j ai appris aussi que le prophete que dieu le benis a interdit l ecriture de ses hadiths c est pour cela que ces hadiths ont ete reunis 2 siecles apres sa mort

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • fatma
    28 juin 2016 at 22 h 01 min - Reply

    Le titre de l’article est provocateur et ne laisse pas indifférent, on est donc en droit d’attendre une explication nette et précise sur ce sujet. Mais l’auteur abord son article timidement sans allez au fond de sa pensée. Pour moi c’est juste une introduction sans plus, il n’y a ni du corps du sujet ni conclusion. A moins que je ne sache lire entre les lignes. Il nous présente les contours du sujet mais il ne va pas plus loin. Que veux-t-il nous dire ou plutôt que cache-il ? Je reconnais qu’il a tenté tout de même ceci : « Mettre les fondements de la tradition prophétique dans la mire du questionnement, c’est lever une équivoque historique qui n’a que trop duré ». Je crois que c’est là le fonds du sujet qu’il n’a osez pas développer. Monsieur si vous ne vous sentez pas en mesure d’aborder ce genre de questions, alors il préférable pour vous de les éviter.
    Juste une question vous avez chiffrez les Hadiths au nombre de 1 000 000, et puis vous dites que seuls 30 000 ont été compilés et donc admis comme véridiques (sahih), ceux-ci représentent un tout petit 3%, c’est insignifiant n’est-ce pas et que deviennent les 97% restants. S’agit-il de hadifs faibles n’ayant pas de bonnes références (sanad) mais réels, ou tout simplement de mensonges que les califes Omeyades et Abbassides ont colportés et imputés au Prophète Salla Lahou Alihi oua Salam ?

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 10

  • rachid dahmani
    29 juin 2016 at 8 h 41 min - Reply

    Bonjour,

    L’exercice du culte est une affaire de personnes et personnelle. Dieu a crée les êtres en toutes variétés à des degrés d’intelligence différents entre espèces vivantes sur la planète. L’être humain est la plus évoluée d’entre elles. Il a été doté d’outils en conséquence pour discerner et comprendre les choses de la vie et de la nature au fur et à mesure du temps pour chaque individu. Aussi, lorsque l’on disserte sur ce genre de sujet c’est qu’il y a forcément des choses qui ne tournent pas ronds, qu’il y a des intérêts en jeu et que la vérité est ailleurs. Car enfin, pourquoi rendre compliqué ce que dieu a voulu très simple? Bonne journée à tous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos