Édition du
19 January 2017

Lettre ouverte à ceux qui soutiennent le régime de Bachar el-Assad

Bachar Assad3https://bruxelles-panthere.thefreecat.org
 Lettre ouverte à ceux qui, au nom de l’anti-impérialisme, soutiennent le régime de Bachar el-Assad

La contestation massive des dictatures dans le monde arabe (qu’on a globalement qualifié de  « printemps arabe ») a commencé en 2010 par des manifestations en Algérie, au Maroc puis en Tunisie. Depuis lors presque tous les pays arabes ont été touchés, à des degrés divers, par des révoltes populaires. Au-delà des situations particulières à chaque État, la plupart des participants à ces mobilisations ont été et sont encore partout motivés par le refus de la misère et de la corruption des classes dirigeantes ainsi que la soif de liberté.

Ce que je viens d’écrire ne sera pas contesté par le commun des mortels qui suivent, fut-ce de loin, ces événements.

Pourtant, obsédés par l’impérialisme des États-Unis d’Amérique et de ses alliés, une minorité, très active sur les réseaux sociaux, minimise ou même nie carrément l’existence de ces révoltes populaires. Pour elle, ce que certains ont appelé  les « révolutions arabes » n’existent tout simplement pas. Si des organisations armées se battent  contre des régimes en place, il ne peut s’agir que de mouvements djihadistes ou d’autres organisations, non djihadistes, mais manipulées par les djihadistes et/ou par les Etats-Unis et leurs alliés.

Il en serait de même en Syrie, où l’opposition démocratique à la dictature du régime de Bachar el-Assad et son bras armé, l’Armée Syrienne Libre, soit n’existeraient (quasi) pas, soit seraient au service de l’impérialisme occidental ou instrumentalisés par lui. Cet impérialisme occidental est considéré par ces « anti-impérialistes » comme l’« ennemi principal ». Ce qui justifie à leurs yeux leur soutien à ceux qui s’y opposent, à commencer par le régime el-Assad et ses alliés, L’Iran, La Russie, le Hezbollah libanais. Également opposés aux organisations djihadistes, ils considèrent que les Américains et leurs alliés sont en grande partie responsables de la naissance et du développement de ces groupes.  Et, pour eux, ceux qui les combattent le plus efficacement sont les ennemis du « camp occidental » que sont le régime d’el-Assad et ses alliés (la Russie, l’Iran, le Hezbollah libanais).

La famille Assad est au pouvoir en Syrie depuis 1970. Hafez el-Assad, le père de Bachar, a gouverné ce pays d’une main de fer durant  30 ans. Période durant laquelle, pour se maintenir au pouvoir, il a commis d’innombrables crimes à l’encontre de son peuple.  Le plus terrible est le massacre des révoltés de la ville de Hama en 1982, dont on ne connaît pas le nombre exact de victimes (les estimations varient entre 7.000 et 35.000). Son fils Bachar lui succède à sa mort en 2000. Durant les premiers mois de son « règne », il donnera l’illusion d’une volonté de démocratisation. Mais il suivra ensuite résolument la voie ouverte par son père : son régime se caractérisera dès lors par l’absence de libertés publiques, la corruption, la répression féroce de toute contestation y compris de nombreux assassinats, l’utilisation systématique de la torture à l’encontre des très nombreux prisonniers politiques.

En mars 2011, suivant  en cela les exemples tunisien et égyptien, ont lieu, en Syrie, les premières manifestations pacifiques exigeant la liberté d’expression et critiquant le régime. Ces manifestations seront tout de suite réprimées très violemment, à tel point que, quelques mois plus tard, on assistera à la militarisation de la révolte contre le régime et, fin juillet, à la naissance de l’Armée Syrienne Libre. De plus en plus de militaires de l’armée syrienne, dont des officiers supérieurs, désertent. Certains d’entre eux rejoignent l’Armée Syrienne Libre.

Au fil du temps, la révolution syrienne s’est transformée en guerre civile  avec toutes les horreurs qu’entraînent ce type de conflit.  Les organisations djihadistes (essentiellement « Daesh » et le « Front al Nosra » devenu, après sa rupture avec Al-Qaïda en juillet 2016, le « Front Fatah al-Cham ») y ont pris de plus en plus d’importance. Ces derniers temps, des groupes rebelles non djihadistes, quasi privés de tout soutien militaire extérieur contrairement à certains groupes djihadistes, ont été parfois amenés à s’allier avec des groupes du « Front Fatah al-Cham » ou avec d’autres groupes islamistes (mais pas avec Daesh) pour combattre l’armée syrienne.

Cette complexification du conflit  rend difficile pour les démocrates l’organisation d’un mouvement  de solidarité de masse avec les partisans d’une Syrie démocratique. Qui faut-il soutenir ? Et comment ?

Mais ce qui devrait être clair pour tout démocrate, c’est qu’on ne peut en aucun cas soutenir le régime de Bachar el-Assad.

Or, comme dit plus haut, au nom de leur «anti-impérialisme » – en réalité de leur opposition à la politique impérialiste des seuls États-Unis et de leurs alliés, comme s’il n’existait que cet impérialisme-là – certains défendent le régime d’Assad, pourtant massacreur de son propre peuple. Pour eux, le respect des Droits humains les plus fondamentaux (tels qu’ils sont définis dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948 ), dont les libertés individuelles et publiques ainsi que le principe de la souveraineté populaire, fondement de la démocratie, est considéré comme secondaire.  Cela je ne peux l’admettre.

Et, en tant qu’homme de gauche, j’interpelle ici tout particulièrement ceux parmi ces « anti-impérialistes » qui se disent eux aussi « de gauche ». Pour moi, être de gauche implique avant tout de défendre l’égalité en droits de tous les êtres humains. Je pense ici en particulier aux droits fondamentaux suivants, contenus dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme mais largement bafoués par le régime de Bachar el-Assad  : droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne (article 3) ; interdiction de la torture (art. 5) ; interdiction des arrestations, emprisonnements ou exil arbitraires (art.) ; droit d’être jugé selon la loi, la même pour tous et par des tribunaux indépendants du pouvoir politique (art. 10) ; droit de circuler librement (art. 13) ; libertés d’opinion, d’expression, de réunion et d’association (art. 19 et 20) ; droit égal pour tous de participer à la vie politique de son pays, d’accéder à toutes les fonctions publiques, de prendre part aux choix des dirigeants politiques par des élections périodiques par le biais du suffrage universel avec vote secret (art. 21) ; droit de de s’affilier à un syndicat existant ou de créer un syndicat (art. 23) ; droit à des congés payés périodiques (art. 24) ; droit à un niveau de revenus suffisant pour assurer son alimentation, son habillement, son logement, sa santé, même en situation de chômage, de handicap ou de vieillesse  (art. 25) ; droit à l’éducation (art. 26).

Je ne me considère pas « du même bord » que ceux qui considèrent que tout cela peut être sacrifié, même « provisoirement » au nom de la priorité que constituerait « la lutte anti-impérialiste ». L’accès au bien-être du peuple syrien dans un cadre démocratique est inconciliable avec le maintien du clan Assad au pouvoir.

 

Parmi les nombreux groupes armés combattant sur le territoire syrien, certains continuent à le faire au nom des droits humains tels qu’ils sont définis dans la Déclaration universelle de 1948, en particulier ceux qui fondent la démocratie politique. Ce sont ces groupes-là et eux seuls qui, à mes yeux, méritent le soutien des démocrates du monde entier.

 

Michel Staszewski


Nombre de lectures : 2510
9 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Azedine yahiaoui
    14 décembre 2016 at 19 h 17 min - Reply

    Hommage à l’auteur dont l’attitude rappelle celle d’un gauchiste de chez nous, sadek hadjres ex sg du pags qui avait defrayè la chronique dans les annèes90_93par son attitude tres honorable vis vis des sombres evenements qu’avait vecu le pays contrairement à ses camarades qui ont soutenu toute honte bue les janvieristes putchistes à leur tete le sinistre hachemi cherif.
    Pour revenir au drame syrien, l’extreme gauche internationale a briè par ses contradictions ses paradoxes et desorientations tant leur boussole n’arrive plus à retrouver le nord se sentant disqualifièe et detronèe par l’islamisme modèrè ou extremiste, elle a optè et prefèrè s’allier avec le diable que de reconnaître son echec consommè

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • rachid dahmani
    15 décembre 2016 at 7 h 45 min - Reply

    Bonjour à tous,

    je ne suis pas du même avis. En toute logique, et tout le monde en conviendra, que l’urgence est que les hostilités s’arrêtent car la première victime est le peuple syrien. Ceci d’une. En second lieu, et tout le monde en conviendra aussi, Bachar El assad est aussi responsable dans ces massacres. En troisième lieu, et tout le monde en conviendra également, si on doit déloger Bachar El assad on doit aussi déloger Poutine, car poutine, et tout le monde en conviendra aussi, c’est lui qui arme Bachar et qui frappe également en syrie disant qu’il élimine les factions de Daesh. En d’autres termes si on veut éliminer Bachar on doit se dire qu’on doit éliminer d’abord Poutine…. et est ce possible? la réponse est évidemment non. donc que reste t’il pour venir en aide à ce peuple syrien en proie aux flammes et aux bombardements? Une seule solution, amener bachar et poutine à une table de négociations et donc fatalement l’occident devra s’allier à Bachar et Poutine dans cette affaire pour le bien du peuple syrien dans l’immédiat. Bonne journée à tous.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 6

  • Mohammed
    15 décembre 2016 at 12 h 35 min - Reply

    Salut tout le monde,
    I have a Dream,
    Ah!Si tous les pays du Monde Arabo-Musuman étaient libres et dirigés Démocratiquement,à la tète de chaque pays respectif,un Président Élu,un Parlement qui légifère et des Partis d’Opposition Crédible;ce Monde là ne serait jamais arrivé à cette Situation Catastrophique,provoquée par des dirigeants assoiffés de Sang et de Pouvoir,on dirait de Véritables Vampires qui ne seraient jamais Rassasiés..
    Cependant dire que les Puissances Occidentales ainsi que la Russie de Vladimir Poutine Voudraient du Bien à cette Partie du Monde c’est complètement »Cacher le Soleil avec un Tamis »,comme on dit chez nous.
    Parce que la Tarte est Grande et Alléchante et tout ce beau Monde voudrait avoir,chacun,sa Part.Et,les Peuples de ce Pauvre Monde d’Arabo-Musulman Assistent Affligés,les Yeux Hagards à un Sykes-Picot 2 par la faute de dirigeants incapables,honnis..Et,aussi par la faute des Élites qu’ils soient Gauchistes,Islamistes ou Libéraux..
    Puisqu’on parle de l’Evolution et/ou de la Décadence des Civilisations des différentes Nations,tout au long de l’Histoire de l’Humanité,à l’Echelle Macroscopique des Sociétés.
    Il se trouve qu’à l’Echelle Microscopique,aussi,certains électrons libres ou certains virus qui se prennent pour des lymphocytes qui,au lieu de Résister pour Immuniser le Corps auquel ils appartiennent,ils Se Laissent Aller..Soit ils sont vites Happés par d’autres atomes,soit ils s’auto-détruisent.
    Oh,Mon Peuple qui Pleure à Chaudes Larmes Sanguinolentes,Réveilles-Toi,ce n’est qu’un Cauchemar,car le Soleil Se Lèvera Tot ou tard et Illuminera Cette Partie du Monde,Berceau de l’Humanité et de toutes les Révélations Divines.Amèn,Amine,C’est Ma Foi.
    Mes Salutations,

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 22

    • Mohammed
      17 décembre 2016 at 13 h 09 min - Reply

      Maintenant,que le Mal est fait ,la Catastrophe est devant nos yeux.
      Revenons à nous,autres musulmans du 21ème siècle et essayons,tous ensembles,de Panser nos Blessures,car ce qui arrive à nos Peuples du Machrek devrait nous Servir de Leçons,pour un Nouvel Eveil des Consciences..
      Que doit-on penser de nos »intellectuels » qui critiquent matin et soir le régime algérien par exemple(et ils ont raison)et en même temps trouvent les excuses pour un Dictateur qui non seulement est en train de Massacrer son propre Peuple au Vu et au Su de tout le Monde mais il se permet,aussi,de faire appel à la Russie de Vladimir Poutine et d’autres factions chiites extrémistes pour Mater et Massacrer son Peuple qui n’a demandé que la Liberté.
      Critiquer le régime algérien et au même moment Soutenir un autre régime plus Féroce et plus Sanguinaire ça devrait Relever d’une Pathologie Psychanalytique très grave des Consciences..
      Est-ce qu’il n’est pas Urgent de Reconnaître ses Errements?? Et Demander Pardon aux Peuples et à la Nation à laquelle nous appartenons,Tous?Parce qu’on n’a pas d’Autres Choix si on veut sortir de cette situation catastrophique.
      Tout le Monde Sait,qu’il y a une Lutte Idéologique au Sein même des Élites Arabo-Musulmanes,cela personne ne l’ignore;mais cet Affrontement Idéologique ne Doit pas se faire aux Dépens de l’Espoir de Nos Peuples qui Attendent de Leurs Élites Respectives les Vrais Solutions à Leurs Problèmes,n’est-ce pas??
      Tout le Monde Sait,aussi,que sur le Plan International les Grandes Puissances de Ce Monde et leurs Multinationales ne cherchent que leurs Intérêts..Tant pis pour les Faibles,les Post-Colonisés que nous sommes,tous!!S’Ils ne Veulent pas Se Ressaisir.
      Mes Salutations,

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 17

  • Salah-Eddine SIDHOUM
    15 décembre 2016 at 15 h 17 min - Reply

    Que les choses soient très claires. Il n’y a aucune place sur notre modeste site pour les alphabètes propagandistes des dictateurs. Et qu’on ne vienne pas nous parler de liberté d’expression ou de censure.J’efface systématiquement les commentaires de ces collaborateurs intellectueurs qui soutiennent ces fascistes qui massacrent leurs propres peuples.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 19

    • said
      15 décembre 2016 at 16 h 20 min - Reply

      Bien dit ,docteur, pas de place pour la vermine eradicatrice ici , ils puent la mort.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Ben Maamer oucherif
    16 décembre 2016 at 10 h 04 min - Reply

    Beaucoup se sont posés la question de savoir si la guerre civile de Syrie n’allait pas déclencher une troisième guerre mondiale . Ils avaient entièrement raison car au moment où cette lancinante inquiétude taraudait les esprits une guerre mondiale se déroulait effectivement sous nos yeux , à notre insu , entre les grandes puissances du monde dont les intérêts géopolitiques et géostratégiques se croisaient dans la fureur et le fracas des combats entre protagonistes interposés représentant qui ,les intérêts de la France ou de l’Angleterre et des États-Unis ou même d’Israël, qui, les intérêts de l’Arabie saoudite et des pays du Golfe,qui les intérêts de la Turquie ,qui les intérêts de la Russie, de l’Iran , du Hizballah libanais…Occulter cette réalité et présenter le tableau manichéen des « bons » d’un coté et des « méchants » de l’autre est simplificateur lorsqu’il présente la dictature sanglante de Bachar El Assad massacrant les gentils démocrates manifestant pacifiquement sans aucun respect des droits de l’homme.
    Or il se trouve que ce tableau simpliste est démenti par les évènements lorsque ,sur le terrain, il est constaté une puissance militaire déployée par un califat surarmé capable de défier une armée régulière soutenue par l’aviation russe et circulant librement avec quelques milliers de chars en exportant avec des colonnes de camions le pétrole irakien et syrien servi jusque dans les stations-service françaises. Occulter la part de responsabilité des groupes islamistes dans les massacres de civils et le bafouement des droits de l’homme relève ,soit d’une cécité bienveillante à l’égard des groupes islamistes instrumentalisés par l’Occident , soit d’un parti pris en leur faveur s’agissant de décrypter les évènements d’Alep où les civils pris en otage par les groupes extrémistes El Nosra ( devenu Fatah el cham depuis juillet 2016 pour se refaire une virginité après les massacres commis à l’encontre des civils) au service de l’Arabie saoudite ou de « djabhat el ahrar » au service de la Turquie.L’impuissance des nations unies ne provient pas uniquement d’un veto russe ou chinois mais de celle de l’Occident dont les pratiques similaires en Irak et en Afghanistan ont des résultats autrement plus catastrophiques qui se soldent par le massacre de 1,3 millions de civils .Mais leurs frappes sont chirurgicales et propres.L’Occident ne peut dénoncer en Syrie ce qu’il pratique ailleurs à grande échelle et il ne peut dénoncer les dictatures qu’il soutient par ailleurs lorsqu’il protège les monarchies rétrogrades du Golfe à leur tête l’Arabie Saoudite dont l’implication en Syrie n’est jamais dénoncée dans les massacres d’Alep.lA DICTATURE de Bachar n’est pas plus abominable que celle des monarchies du Golfe ou celles des bourgeoisies compradore d’Amérique latine soutenues par les Etats-Unis ou celles des roitelets de la Françafrique soutenues par la France.Les langues commencent à se délier et hier jeudi 15 décembre 2016 sur LCI, dans une émission de Yves Calvi les invités commencent à dénoncer la désinformation des média dupés selon eux par la propagande islamiste et l’observatoire des droits de l’homme syriens.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • Un anonyme blessé dans son coeur
    18 janvier 2017 at 15 h 17 min - Reply

    Alep ou Haleb, la Guernica syrienne.

    « Il n’y a qu’une chose qui puisse survivre à tous les procès,
    une conscience tranquille ». Une réprobation. Pièce d’Euripide de 428 av. J-C.

    Ce qui s’est passé à « Haleb », la ville du Nord syrien, est inhumain, insupportable et scandaleux. La ville est dévastée. Elle présente un paysage d’apocalypse. Ce génocide contre une population civile désarmée, éveillera-t-il les consciences des Mondes libre, arabe et musulman? Après les derniers bombardements des Russes de Poutine, y-aura-t-il un Syrien en exil ou pas, qui a les pinceaux de Pablo Picasso, l’Espagnol en exil en France, pour peindre « Haleb » à la « Guernica », ville basque d’Espagne, bombardée par les fascistes d’Hitler en 1937, qui ont soutenu le « Caudillo », le « Généralissime » Franco, le royaliste, contre les
    républicains ? Les volontaires des Brigades internationales sont venus au secours d’un gouvernement légitimement élu, agressé par un coup d’Etat militaire d’obédience fasciste, et ce dans le contexte européen des années 1930.

    Triompher d’un despote ne peut être leur but ultime, les Syriens libres se sont battus pour qu’ils aient conscience d’être des hommes libres, qu’ils aient foi en eux-mêmes, en leur force, qu’ils retrouvent une place dans le monde d’aujourd’hui. C’est ce qu’ils ont voulu réussir bien qu’ils ont échoué momentanément. Ils vont sûrement réussir prochainement. Y-aura-t-il un romancier, un écrivain ou un dramaturge pour décrire et écrire un « Pour qui sonne le glas en Syrie ? ». Encore une fois, ce génocide syrien doit susciter une certaine amertume chez les intellectuels algériens, arabes,musulmans et autres.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Un anonyme blessé dans son coeur
    18 janvier 2017 at 15 h 27 min - Reply

    Poutine, est-t-il conscient de ses actes? Réalise-t-il l’ampleur de son génocide ?

    Qu’est-ce-que la conscience ? C’est l’attribution humaine le plus noble, le noyau de l’esprit, le plus sensible, le plus tendre des organes humains. Elle est modelée par les concepts de vie d’une société et chaque expérience individuelle l’accroit, c’est la force de volonté qui la maintient.

    Cette définition est donnée par Buck [1, p.337]. La compréhension est un don et beaucoup de gens ne le possèdent pas. L’histoire se répète sans aucun doute. Les soviétiques (dirigés plutôt par les Russes) ne sont pas à leurs premiers méfait et forfait. En 1945, annexion des trois pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie), invasions de la Hongrie, Budapest en 1956, la Tchécoslovaquie, Prague en 1968, Afghanistan en 1979, Tchétchénie en 1994 et la Syrie depuis 2014. L’hypocrisie de la communauté internationale est criarde. Cette communauté n’a rien fait pour libérer des peuples du joug soviétique devenu aujourd’hui un joug russe.
    Elle a juste attribué des prix de littérature à l’écrivain Kundera, au poète Havel, deux Tchèques, au mathématicien et physicien Soljenitsyne, le dissident Russe, etc. Le premier lui fut décerné le grand prix de littérature de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre en 2001, le prix mondial Cino Del Duca en 2009 et le prix de la BnF en 2012. Son nom a été plusieurs fois cité sur les listes du Prix Nobel de littérature. Le second et durant la période communiste, était une des figures de l’opposition à la République socialiste tchécoslovaque en tant que membre de la Charte 77. En 1989, il est une des figures de proue de la révolution de velours, qui met un terme au régime communiste. Il a même obtenu un prix Nobel en politique. Le Prix des Droits de l’Homme Václav Havel est décerné chaque année. Il rend hommage à une action exceptionnelle de la société civile pour défendre les droits de l’homme. Quant au troisième, il est le premier dissident russe qui a dénoncé le système communiste et totalitaire de Staline. « L’archipel des goulags » et « le premier cercle » sont ses chefs d’œuvres littéraires. Il est aussi détendeur d’un prix Nobel. Tous ces prix ont été attribués pour avoir dénoncé par l’écrit les russes. L’OVNI Poutine par Ariane, est une correspondance qu’on a reçue d’un ami universitaire et qui nous a incitée à contribuer par cet écrit.
    Les chaînes d’Etat et publiques françaises ont diffusé pendant quatre longues heures de la soirée du 15 décembre 2016 deux documentaires sur Poutine. « Le mystère Poutine » et « Poutine, le nouvel empire. ». Une puissance militaro-industrielle et une science sans conscience ne sont qu’une ruine de l’âme. Maintenant, on est d’avis avec les propos qui sont tenus et écrits en [2, p.1] où il est dit que « La Russie, cet Etat barbare gouverné par les cosaques à la semblance d’un ailleurs semi-mongol tenu par les épigones du KGB, qui ourdissent de sombres complots au service de tsars névrotiques barbotant dans les eaux
    glacées du calcul égoïste. Des analyses qui soulignent la compulsion totalitaire et
    « mensongère » de la culture russe, tantôt sur la continuité supposée entre Joseph Staline et M. Vladimir Poutine ».

    Refs:
    1. Pearl Buck. Viens, mon bien-aimé. J’ai Lu. 1978.
    2. Le Monde diplomatique, avril 2014, p.01.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Le Quotidien d’Algérie

    Congrès du Changement National

    Galeries photos