Édition du
20 October 2017

Ce n’est pas le FLN, mais le DRS-SM qui nommait et contrôlait les cadres de l’Etat algérien.

Publié par Saoudi Abdelaziz

http://www.algerieinfos-saoudi.com/

Des éditorialistes révisent l’histoire de l’Etat algérien de manière effrontée. On pourrait peut-être lire plus tard que ce ne sont pas les officiers traitants du DRS qui suivaient (suivent?) leurs journaux mais la kasma FLN du coin…

Il y a un an, nous avions relevé les bobards des éditorialiste d’El Watan et de Liberté.Omar Berchiche écrivait : « L’article 120 des statuts du FLN faisant obligation aux cadres et hauts fonctionnaires de l’Etat ainsi qu’aux hauts gradés de l’ANP d’avoir leur carte du parti ». Son confrère Said Chekri renchérissait :  » l’article 120, au temps du parti unique, contraignait les ministres, mais aussi les hauts fonctionnaires de l’État et les responsables qui exerçaient dans le secteur économique à adhérer au FLN ». Même le Matin s’y est mis, à propos de l’encadrement de l’Education nationale : « L’article 120 de l’ex-parti unique leur ouvrit les portes des emplois stratégiques de la fonction publique. Pour un même poste de la fonction publique, c’est l’ancien taleb de la zaouïa qui est choisi».

Le chroniqueur de la Tribune reprend ce matin cette fable, en évoquant «  le temps béni de l’article 120 qui réservait l’accession aux postes de responsabilités de l’Etat aux seuls militants du Front ».

Que recouvre cette amnésie médiatique? Cette révision de l’histoire de l’Etat algérien aboutit à cacher que pendant des décennies, c’est la Sécurité militaire puis le DRS qui menaient les enquête de validation, donnaient le feu vert à la nomination des cadres de l’Etat et avaient toute latitude pour contrôler leurs activités, mais aussi pour engager les enquêtes et poursuites judiciaires à leur encontre.         

Cet article 120 a été adopté par le congrès extraordinaire du FLN de 1980 sous la présidence de Chadli Bendjedid. Ce n’est pas un article constitutionnel ( L’article 120 de la Constitution alors en vigueur concerne l’Etat d’exception en cas de péril imminent). C’est un article des statuts du FLN qui visait à contrôler les organisations de masse, notamment  les syndicats. L’article 120 ne concernait en rien les cadres de l’Etat, dont la nomination dépendait de la sécurité militaire puis du DRS.

Cet article 120 stipulait :  » le parti du Front de Libération Nationale joue un rôle d’impulsion. d’orientation et de contrôle vis·à·vis des organisations de masse. sans se substituer à elles ou affaiblir leurs capacités d’initiative. Ne peut assumer des responsabilités au sein des organisations de masse que celui qui est militant structuré au sein du parti. Le Comité central arrêtera les étapes d’application de ce dernier principe» .


Nombre de lectures : 4791
16 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Amar
    18 janvier 2017 at 14 h 47 min - Reply

    .
    La SM-DRS est le Pouvoir réel
    .
    Depuis sa fondation, la Police politique, le MALG à l’origine, a toujours été au-dessus de toutes les institutions, organisations, partis. Et depuis le début, elle avait pour mission de surveiller la société, de réprimer et dominer …. au profit du Clan militaro-mafieux qu’elle amarre, au profit du Régime militaire en général.

    Elle surveille et muselle l’Institution militaire (l’Armée), et n’avait pas hésiter à assassiner et torturer ceux qu’elle juge hostiles au Pouvoir militaire.

    Elle sévit en permanence contre la population civile. Elle en a fait des milliers de victimes. C’était bel et bien cette terrible SM-DRS qui a planifié et mené la  » Guerre civile  » décidée et ordonnée par un Groupe de Généraux criminels et mafieux, des prédateurs et extrémistes ultras, dits les Janviéristes, qui avaient fomenté le Coup d’Etat militaire de Janvier 1992, dans le but de restructurer le / leur  » système autoritaire et mafieux  » et de perpétuer la domination sur le pays, en accaparant et pillant ses richesses, et en sévissant par la répression accrue et permanente, et toutes sortes de stratagèmes, pièges, sortilèges, propagandes, fourberies, intrigues, complots, manipulations, provocations, massacres, assassinats, kidnappings ….

    Résumé : ce n’est pas L’Institution militaire (l’Armée, cadre institutionnel) qui commande, ce sont certains Généraux, en l’occurrence les Généraux de la SM-DRS et certains Généraux de l’Etat-major (Chefs des Régions militaires ….)…. avec la complicité de certains  » cadres  » dans les Institutions, les médias, les appareils divers et variés, toujours serviles et prêts pour assurer la logistique du crime. Nous avons donc affaire à une  » criminalité de système » (Cf Kh. Satour)

    Sans la suppression de cette terrible  » officine du crime et de la rapine  » qu’est cette Police secrète  » gestapiste « , il ne peut y avoir de véritable processus de transition vers la Démocratie et l’Etat de droit ….

    La SM-DRS-CSS est le  » levier principal  » du Pouvoir dictatorial militaire en place, depuis 1962 …..




    1
  • Youssef
    18 janvier 2017 at 16 h 39 min - Reply

    .
    .
    SM-DRS-CSS : ORGANISATION CRIMINELLE et MAFIA TENTACULAIRE
    .
    DRS, ex-DGPS, ex-SM, ex-MALG ou les ‘ mues du serpent ‘ :
    .
    Ceci est un adage populaire qui ressemble à une lapalissade : le serpent demeure un serpent en dépit de ses mues ! Pourtant, c’est une vérité : le Régime militaro-mafieux d’Alger avait procédé à plusieurs reprises à des changements d’appellation pour son « organe répressif » principal. Et ce n’est pas anodin ou sans intérêt, mais plutôt pour brouiller les pistes, et tenter d’atténuer les très mauvaises associations liées à sa nature et son passé amplement criminels et mafieux, comme partout ailleurs dans le monde les officines semblables ont changé de ‘ logo ‘ pour mieux tromper et leurrer. Mais, les observateurs avertis ne se trompent sur la véritable mission de cette ‘ machine à broyer les hommes et les femmes patriotes ‘ de ce pays.
    .
    La SM-DRS : une Police politique et une mafia tentaculaire, ramifiée partout !
    .
    De nos jours, le DRS s’est mué en « mafia tentaculaire », « ramifié » à tous les domaines d’activité sécuritaire, politique, économique, sociale et associative, et tissé sa « toile d’araignée », son quadrillage partout : institutions, associations, entreprises, sociétés, tous les secteurs, à tous les stades et échelons. Ses agents et correspondants ont pour domaines de prédilection : le commerce extérieur, l’import-export, le trabendo, les trafics en tous genres, le proxénétisme, la prostitution, les hôtels de passes, les lieux de débauche, les bars et restaurants, la drogue, le net, les sites, les blogs, les médias, la presse, les radios, partis, associations, le BTP et autres secteurs où ça rapporte énormément d’argent, l’argent comme autre instrument de domination. Le DRS recrute fortement dans les institutions (facs, lycées, hôpitaux, usines, administrations, entreprises) convoitées quotidiennement par les flux importants de populations, ces populations que le Régime militaire considère comme ‘ l’ennemi intérieur ‘ , l’ennemi à abattre, et tient à le surveiller, le contrôler, l’embrigader, le terroriser, le régenter et l’empoisonner par la propagande et l’intox.
    .
    La SM-DRS : ‘ instrument de terreur ‘ et ‘ mafia tentaculaire ‘ au service des Généraux criminels et prédateurs
    .
    Le DRS n’est pas le DRS s’il ne sème pas la terreur ! Exactement comme la Gestapo. Cette dernière a été définie et qualifiée « organisation criminelle » par le Tribunal de Nuremberg. Ainsi va du DRS, dont la logique principale, la marque spécifique de la dite Police politique du Régime militaro-mafieux d’Alger est « la violence meurtrière permanente ». Ce ‘ modèle gestapiste ‘ de la violence extrême est celui emprunté par toutes les Polices politiques des Régime militaires post 1945, en Europe (Grèce, Espagne, Portugal…) et en Amérique latine (Chili, Argentine,…). Et c’était en fin connaisseur, de l’intérieur même de la ‘ boîte ‘ que Mécili disait en 1962 déjà : ‘ Le MALG va dévorer l’Algérie ! …….
    .
    La SM-DRS et son « système concentrationnaire » : la « 49° Wilaya »
    .
    Bagnes, prisons, redoutes, cachots, caves…..où ses sbires assoiffés de sang pratiquent ‘ la torture généralisée ‘ , héritée de triste mémoire, celle des sinistres pratiques de Bigeard, Massu, Aussaresses, Le Pen, Godard, Trinquier, Léger et compagnie …..
    .
    La SM-DRS et ses crimes
    .
    Assassinats, massacres, tueries, attentats, rapts, kidnappings, tortures, la manipulation massive des extrémistes de tous bords (islamistes, baassistes, éradicateurs, militaristes, racistes et xénophobes, séparatistes, régionalistes, etc.), et toutes autres sortes de crimes dans son parcours. Faut-il rappeler aussi qu’à sa naissance, les Généraux français n’avaient ressenti aucune inquiétude : ils savaient que le MALG de Boussouf est conçu pour exercer le contrôle et la surveillance de la société, de la population ‘ indigène ‘ . Et c’était au plus fort de la Guerre d’indépendance que le criminel Boussouf avait commencé ses besognes sanguinaires, ciblant les héros du mouvement libérateur : Abbane, Mellah, Amirouche, Zighout et autres grandes figures de la Résistance contre la barbarie coloniale… La liste est longue de ces Grands Hommes tombés sous les balles et/ou les tortures du MALG, de la SM, puis du DRS. Et combien de mouvements, de protestations ont été cassés, dont la Grève des dockers d’Alger en 1976, le Printemps berbère et ses suites, le Printemps noir 2001et ses 121 victimes, les 250 000 victimes de la ‘ Guerre interne ‘ , instiguée et planifiée par le Cabinet noir (un groupe de Généraux ultras), et mise en pratique par le DRS. Les 20 000 disparus, 40 000 veuves, 300 000 orphelins, 900 000 exilés, xxx 000 milliards de dégâts matériels et logistiques font aussi partie de la comptabilité macabre induite par la « Stratégie de la tension » érigée par les Maitres du DRS (1991-2015)…. Cette collection d’horreurs pourra être consignée dans un « Grand Livre noir des Crimes de la Dictature militaire d’Alger ».
    .
    La SM-DRS : ‘ cheville ouvrière ‘ des Coups d’Etat successifs
    .
    La Police politique a toujours été la « cheville ouvrière » des Coups d’Etat successifs depuis 1956, qui consacrent la victoire et l’emprise du Clan fort. Le Pouvoir dictatorial militaire repose sur un ‘ trépied ‘ : primo, la Police politique (DRS) ; secundo : le Commandement militaire (DRS + Etat-major) ; tertio, les Clans rivaux, unis contre la population civile, (bien que) désunis entre eux (ligués en meutes), en raison de l’immense butin à partager, le Clan fort étant le Clan le plus fortement amarré/arrimé/accroché à la Police politique
    .
    … Le Régime militaire constitue un ‘ mouvement d’intérêts communs ‘ , selon la formule Wébérienne : ses membres, franges et factions sont animés par des réflexes et des sentiments de solidarité clanique, familiale, idéologico-politique et régimiste construits durant 50 ans….Pour une nette et meilleure précision sur les termes et les notions, il faut dire que ce sont les Maitres du DRS (d’abord) et de l’Etat-major (ensuite), les Généraux ( la Hiérarchie) qui commandent, et non l’Armée (l’Institution militaire, cadre institutionnel).
    .
    La SM-DRS quadrille le pays !
    .
    Le DRS est ‘ partout et nulle part ‘ ! Partout, du fait de son quadrillage systématique. Nulle part en raison de son organisation et sa structuration secrètes, invisibles, imperceptibles…mais décelables !
    .
    La SM-DRS contre tout Opposant ou Mouvement vraiment oppositionnel
    .
    La SM-DRS cible et utilise ses moyens, stratagèmes et mécanismes contre tout mouvement ou opposant ‘ fédérateur, rassembleur, et vraiment oppositionnel ‘, et aide à la promotion des organisations fantoches qu’elle crée pour « diviser, séparer, isoler et délégitimer (discréditer)
    .
    La SMDRS : l’Enclave autoritaire principale qui asphyxie et bloque le pays !
    .
    La SM-DRS est le Pouvoir réel, le Sommet de la ‘ Pyramide du pouvoir ‘ , c’est l’Enclave autoritaire principale, la Main de fer des Généraux décideurs, leur Bras politique, la Colonne vertébrale et l’Epine dorsale du Régime mafio-militaire, son Syndicat du crime, son Fer de lance, son Cœur et son Cerveau, son Centre névralgique, son Mur de soutènement, sa Digue de protection, sa Force d’interposition……contre tout ce qui peut menacer les intérêts de la ‘ caste militaro-mafio-bureaucratique ‘ qui détient le Pouvoir dictatorial, total, intégral, absolu, le Pouvoir ‘ militaire et mafieux ‘ qui accapare et pille les richesses, réprime et embrigade la population, hypothèque l’avenir du pays tout entier, qui est donc « l’Ennemi commun, l’Ennemi principal, le Mal originel, l’Origine du Mal, le Démiurge…..




    1
  • Mennad
    19 janvier 2017 at 15 h 34 min - Reply

    LA SM-DRS-DSS n’est qu’une Police politique secrète …

    Pas un Service de renseignement, pas un Service secret d’espionnage, mais simplement et uniquement une Police politique secrète qui a pour mission de surveiller et réprimer la société algérienne, au service du Pouvoir dictatorial mafio-militaire en général, et pour le Clan puissant qu’elle amarre, auquel elle donne la/sa puissance…. Dire que la SM-DRS est un Service secret / de renseignement c’este faire honneur à ces Généraux et Colonels criminels et prédateurs ……

    Nous avons affaire à une Police politique secrète chargée de la surveillance et la répression politiques, les manipulations et les provocations, les assassinats et les massacres, les attentats et les sabotages….

    Le SM-DRS-DSS est formée sur le » modèle gestapiste « , en référence à la Gestapo hitlérienne, car elle tient avant tout à terroriser en permanence la population, à inoculer la peur, à faire régner la terreur …..

    Quand on regarde de près ses attentats sanglants, comme celui de l’Aéroport d’Alger le 26 Aout 1992, et de Paris (1995), les Bombes du bd Amirouche et du Palis du Gouvernement, le massacre des Moines trappistes de Tibhirine, les Attentas de Paris en 1995, les Assassinats politiques (Boudiaf, Merbah, Matoub, Djaout, Mekbel, Mammeri, Sebti, Assellah, Boucebci, Belkhenchir…..et combien de journalistes, d’artistes, d’écrivains, d’universitaires, d’étranger…… Et puis, et puis la torture généralisée, les menaces et intimidations, les chantages, l’encouragement et l’instrumentalisation de la violence …..




    1
    • Amokrane
      20 janvier 2017 at 15 h 44 min - Reply

      .
      Ce sont des criminels et mafieux, qui défendent leurs intérêts, mais pas le pays…. et nullement le peuple qu’ils méprisent et détestent mortellement.

      Pour ces Généraux ‘ gestapistes ‘, le pays leur appartient, et se considèrent comme les propriétaires uniques et exclusifs de cette (malheureuse) Algérie, qu’ils accaparent et pillent, pour leur propre bénéfice, et celui de leurs serviteurs, leurs valets et ponce-pilâtes ….

      Les premiers responsables et coupables de la catastrophe nationale, c’est d’abord ces Généraux-et-Colonels sanguinaires et prédateurs …., mais aussi tous leurs serviteurs, dans les Appareils et Organes de répression, de coercition, de propagande, d’embrigadement.

      La suppression de cette ‘ enclave autoritaire principale ‘ qu’est cette Police secrète = ‘ organisation criminelle et mafieuse ‘ doit être la revendication principale de l’Opposition oppositionnelle ( à construire)




      1
  • khaled
    20 janvier 2017 at 1 h 40 min - Reply

    copie coller ou trolling … peu importe, les gros ventres ne sont plus, donc inutile de sortir les vieux dossiers, nombreux sont les bons gars qui y travaillent, et souhaitent redresser la balance, d’ailleurs, il n’y a pas que les gros ventres, il y a aussi la population qui est vérolée par les mêmes maux !! doucement mais sûrement




    0
  • Nordine
    20 janvier 2017 at 16 h 14 min - Reply

    en effet c’est encore la colonne vertébrale du véritable pouvoir de l’annexe française encore appelé « Algérie » ?!?




    0
  • ca21dz
    21 janvier 2017 at 9 h 42 min - Reply

    DEs lions envers leurs semblables ( les algeriens ) et des hyennes avec les autres
    La SM ddepuis sa creation au nom du MALG a ce jours aaviat a ca tete un traitre

    de Boussouf a Toufik si on prend ces deux personnes comme echantillon et on les etudier de pret on conclue au profil suivant : Trouillard, sans fois ni loi, traitre et meskine.

    Aucun n’a rendu service a son peuple aux autre oui par khoawf des autres




    0
  • Khaled Boumsila
    26 janvier 2017 at 14 h 30 min - Reply

    Ya si Saoudi Abdelaziz, avec tout mon respect, vous êtes en train d’essayer de noyer un poisson dans l’eau. Pourquoi cette dichotomie que vous faîtes entre le FLN et le DRS/SM. Ya kho, si vous permettez, moi je vous dis que le « FLN/ALN/DRS/SM » est la même matrice du pouvoir algérien. D’ailleurs, une petite précision, c’est le FLN/ALN de 1962 (celui venu des frontières, d’Egypte, du Mali, de Tunis, du Maroc etc… etc…etc ) qui a servi de matrice, de plate-forme et de piédestal au pouvoir algérien qui s’est constitué après l’indépendance ! Tout est lié mon frère dans le pouvoir algérien. Le FLN de l’après indépendance a joué son rôle de plus grand allié du pouvoir. Il a servi de « légitimité révolutionnaire » à ces foireux qui nous gouvernent depuis 1962 sans interruption. Donc il faut arrêter de fabriquer des informations erronées aux citoyens algériens. Je voudrais bien que vous expliquiez aux internautes pourquoi vous voulez blanchir le « FLN » de 1962 à tout prix. Qu’est-ce que vous voulez démontrer alors que tout le monde sait qu’après l’indépendance le FLN est devenu le « front » du détournement idéaux du 1er Novembre et de la Plate-forme de Soummam, ce « front » est devenu le clan de la pègre, des dinosaures, de la mafia, des hyènes, des prédateurs, des nuisibles, des funestes, des voleurs, des menteurs, des fourbes, des imposteurs etc…. etc…. etc.. Tous de la même graine, mon frère ! Bon courage !




    0
    • Hamid Medjkoune
      26 janvier 2017 at 19 h 46 min - Reply

      @Khaled Boumsila, je suis à 2000 pour cent avec toi. No comment !




      0
  • Presse
    26 janvier 2017 at 19 h 03 min - Reply

    .
    LES CHEFS SANGUINAIRES du DRS , AUTEURS DE CRIMES IMPRESCRIPTIBLES

    Nous ne faisons pas une fixation sur le DRS, mais force est de constater que ce département, qui fêtera le mois prochain ses vingt ans, n´est ni au service de la République ni au service des intérêts supérieurs de la Nation, mais bien au service d´une caste usurpatrice de la légitimité historique qui s´autoproclame la tutrice de tout un peuple, lui imposant une dictature impitoyable et se permettant de piller le pays sans vergogne.

    Le DRS de par ses méthodes criminelles, n´a rien à envier à la Gestapo de sinistre mémoire, lorsque les opposants, les intellectuels, les religieux et même les militaires pour peu qu´ils ne sympathisaient pas avec l´ordre de la terreur, n´avaient le choix qu´entre l´élimination physique ou les camps de concentration.
    Ce que la plupart de nous dénonce ce n´est pas le DRS en tant que structure, institution ou instrument relevant de l´autorité de l´Etat, mais ses chefs sanguinaires, auteurs de crimes imprescriptibles comme le massacre d´innocents, les disparitions forcées, les tortures,…

    De quel droit ce département s´octroie-t-il le droit de vie ou de mort sur les Algériens ? De quel droit leur impose-t-il leurs représentants (du Président de la République au maire d´une commune en passant par les députés, les ministres, et autres élus) ? De quel droit s´ingère-t-il dans la Justice du pays ? De quel droit s´implique-t-il dans la vie politique, syndicaliste ou associative ? De quel droit le DRS dicte-t-il la conduite à tenir aux médias ? Comment s´expliquer qu´une structure de l´Etat puisse échapper à tout contrôle sans rendre de compte à qui que ce soit ? Pourquoi le DRS et les criminels qui le dirigent sont ils au dessus de la loi ?
    C´est bien facile dans ces conditions de tout rejeter sur les « faibles » sur les « islamistes »,sur les « berbéristes », sur les « mozabites », et tous ceux qui n´obéissent pas à son diktat ?
    Il n´a jamais été dans nos intentions de dédouaner – et encore moins de cautionner- les crimes commis par les islamistes, que nous condamnons avec fermeté et sans la moindre complaisance ou équivoque. S´il est clair que le terrorisme doit être combattu et éradiqué par tous les moyens légaux de l´Etat (nous sommes tous d´accord là-dessus), par contre nul n´a le droit de se substituer à la justice ou d´user des mêmes méthodes que les terroristes.
    Les islamistes ne sont certes, pas exempts de tout reproche, mais tout leur coller relève ni plus ni moins que de la manipulation et la falsification pour dissimuler les tares d´un régime corrompu et exsangue.

    Qui a transgressé la constitution de 1989 pour accorder l´agrément du FIS ?
    Qui a fauché 123 jeunes en Kabylie qui ne manifestaient que pour la reconnaissance de leur culture ?

    Qui a crée les faux « Aarouch » pour semer la division et la discorde ?

    Qui a incité Ferhat Mehenni à créer le MAK ?

    Qui refuse le choix du peuple et leur impose un parlement croupion ?

    Qui a décrété l´état d´urgence pour bafouer les libertés et tordre le cou aux lois de la république, et jouir de l´impunité ?

    Qui soustrait à la justice les terroristes Abderazak El para et Hassan Hattab ?

    Qui a assassiné le Président Boudiaf en direct à la télévision ?

    La liste des assassinats et des internements politiques commis par ce régime de voyous est très longue. Les pratiques mafieuses de ce système exécrable ne datent pas de 1992, mais bien d´avant l´indépendance et se sont poursuivies tout au long du règne des imposteurs. Et tôt ou tard la Vérité finira par rattraper les resquilleurs de l´Histoire.

    Ainsi, en date du 16 avril 2008 sur RTL, lors de l´émission de Philippe Bouvard « les grosses têtes »(http://www.rtl.fr/player/Audio.asp?playerid=P_89188&mediaid=648501&dicid=365053) le polytechnicien Jean Méo qui était au service du général De Gaulle nous a révélé que ce dernier avait programmé en juin 1958 la mise au pouvoir de Benbella dans « quatre ans », avec l´espoir de conserver 70% du pétrole et d´avoir la main mise sur le Sahara….

    Beaucoup de réponses à des questions restées sans réponse d’une manière incompréhensible
    Trouvent enfin une explication plausible, notamment les accords secrets jamais annexés dans les minutes des négociations d´Evian. Le deal secret entre les deux parties avait aussi porté sur l´utilisation du Sahara par les forces francaises (notamment le polygone de tir de Reggane) pendant une durée de cinq années.

    Evidemment le peuple algérien n´a pas été consulté, pis les habitants des régions du sud n´ont même pas été avertis des dangers qu´ils encouraient. Il est à présent établi que la France a procédé sur le territoire national à 17 essais nucléaires, dont 4 atmosphériques entre 1960 et 1966. Et dire que l´Algérie était indépendante depuis juillet 1962.
    Le mystère de la sottise est aussi abyssal que le mystère du mal. La fourberie ne date pas de 1992 et les germes de la trahison, du mensonge et du pillage ont toujours fait partie des mœurs de cette caste qui fonctionne comme une secte. Ce n´est qu´après plusieurs décennies que le pauvre petit peuple apprend que Abane Ramdane a été assassiné par ses frères d´arme et non tombé au champ d´honneur comme clamé par les faussaires de l´Histoire. Idem pour les dépouilles des colonels Amirouche et Si El Haoues, dissimulées dans les quartiers de la gendarmerie au mépris de toute éthique ou toute morale.
    Mais les imposteurs connaissent ils la signification de la morale, eux qui n´ont pas hésité à verser le sang des algériens pour maintenir un système moribond.
    De nombreux Algériens ont pris conscience des véritables dangers qui guettent leur survie, ils savent qui les assassine, qui pousse la jeunesse vers le suicide, la harga ou l´exil, qui renie et démolit leurs valeurs, qui ruine le pays, …

    Un état de droit ne s´édifie jamais par la terreur, l´oppression ou la corruption, ni sur les monceaux de cadavres et encore moins sur l´oubli ou le déni. Ce qui se passe en ce moment avec les familles de disparus est franchement scandaleux.et dépasse en impudence tout ce qu’on peut imaginer.

    Le changement tant attendu passe par une prise de conscience collective de l´élite (qu´elle soit en exil ou en Algérie n´a pas d´importance) et de toutes celles et tous ceux qui ont l´Algérie dans le cœur et qui refusent d´abdiquer face à la tyrannie et au népotisme.

    Il ne faut ménager aucun effort pour unir les patriotes sincères vers un but commun, le rejet de la dictature au pouvoir et l´édification de l´Algérie de demain, où règnera la justice, l´égalité, la liberté et la solidarité. Combattons main dans la main le mal là où il réside et laissons de côté les divergences et divisions que ce pouvoir démoniaque ne cesse de creuser.

    Rien n’est plus indigne d’un peuple que de se laisser asservir sans résistance par une clique de despotes irresponsables.

    M. Samraoui

    PS : j´ai utilisé la première personne du pluriel car je m´identifie à tous les mouvements qui prônent l´unité des Algériens et auxquels j´ai adhéré ou sympathisé (MAOL, RACHAD, Front pour le Changement Pacifique, Appel du 19 Mars), mais il est évident que je parle d´abord en mon nom personnel.




    1
    • Mohand Oughlis
      27 janvier 2017 at 13 h 21 min - Reply

      …et donc M. Samraoui,comme le disent certains internautes, le vrai coupable c’est le système politique global, ce pouvoir autocratique et dictatorial de 1962. La faute de la catastrophe politique algérienne vient donc :

      du FLN + de l’armée des frontières + d’une poignée d’offiers supérieurs de l’armée + du MALG + du DRS + de la SM etc… etc.. Certains diront même que ce système politique a pris naissance depuis la crise berbère de 1949 et s’est cristalisé petit à petit jusqu’à donner naisssance à ce monstre né en 1962.

      En tout cas merci pour votre contribution, çà fait du bien de lire des interventions de ce genre.Bon courage




      0
      • Salah Messaoudi
        29 janvier 2017 at 13 h 35 min - Reply

        @Mohand Ouglis mon frère, effectivement ces crapules ont sucidé le pays avant même l’indépendance.




        0
    • Alilou
      19 février 2017 at 6 h 04 min - Reply

      M. Samraoui.

      Je souhaiterai savoir comment un citiez marocain est devenu président algérien. Et 15 minutes avant de crever il nous le crache à la figure.

      Le peuple algérien à applaudit boumédien and his army quand ses chars ont roulé sur les Corpsites des algériens

      Ces mêmes algériens ont applaudit et ont lancé des youyou de joie à la mort de Boudiaf

      Ce même peuple a applaudit l’arrivée au pouvoir d’un voleur etc….

      Ou sont les hommes….win rahoum erdjal….
      Ou sont les officiers du maol qui ont promit de libérer notre nation….?

      J’espère que ce message passera




      0
  • Houria
    12 février 2017 at 23 h 04 min - Reply

    Bonne clarification M.Saoudi Abdelaziz.

    OUI. Et que de mensonges et que d’histoires à dormir debout ont été présentés comme des faits irrévocables comme cette histoire de l’article 120.Quand je me rappelle qu’en pleine assemblée générale réunissant des intellectuels, certains prenaient la parole pour dénoncer cet article incriminé et que presque toute la salle applaudissait dans une ambiance de faux et usage de faux.Et personne n’osait rectifier même s’il savait.
    Mon Dieu.Et que de faux dossiers aussi et que de pots de bananes et de sabotage.La pensée unique chassée par une autre pensée unique.Un massacre qui n’a engendré que flou, peur et démobilisation.//




    0
  • TALEB
    13 février 2017 at 5 h 14 min - Reply

    nous freres marocains souhaitons une vraie representation des souches du peuple algerien aux prochaines elections,une classe qui ravivera ce maghreb en coma.cette ridicule relation maroco algerienne.(visa suprimee mais les frontieres fermees)que de famille sont disloques !.ils semble que ce fait n existe qu entre nous et les COREES.




    0
  • bnimaad
    14 février 2017 at 16 h 17 min - Reply

    Cet article devrait s appliquer Chez tous les
    Partis




    0
  • Congrès du Changement Démocratique