Édition du
21 July 2017

Monsieur Rebrab, expliquez-moi !

Par Sid Lakhdar Boumediène

(Algérie Focus)

Lorsqu’un seul homme s’est enrichi de l’équivalent d’un siècle de subsistance d’une population entière, l’humaniste est toujours choqué. Lorsque cette fortune a été réalisée avec un régime politique responsable des larmes et de la misère de cette même population, le démocrate est outré. Et lorsque cette extorsion est présentée par son auteur comme l’avenir et la chance du peuple qui en reçoit les miettes, le citoyen est tout simplement pris d’une nausée profonde.

Monsieur Rebrab, laissons immédiatement de côté l’argument qui m’est toujours opposé lorsque je prononce votre nom. La jalousie, c’est un sentiment que nous avons suite à un dépit amoureux ou envers une personne qui possède ce que nous désirons. Pour la première raison, le terme n’est certainement pas approprié vu le dégoût qui est le mien envers les personnages enrichis par les dictatures sanglantes et corrompues. Pour la seconde, notre vie entière a consisté à rêver une possession dont vous n’imaginez même pas l’existence, soit le savoir et la respectabilité intellectuelle.

Il y a quelques mois, j’avais répondu à l’appel de votre avocat suite aux déboires que vous aviez eu avec le régime népotique qui vous avait pourtant grassement enrichi. Celui-ci nous disait « A qui le tour ? » puisque vous nous mettiez en garde contre le totalitarisme liberticide après la péripétie El Khabar. Je vous avais répondu dans un article au titre suivant « A qui le tour ? A vous, monsieur Rebrab ! », signifiant que ce sera, un jour ou l’autre, à vous de vous expliquer devant le peuple algérien. Un jour ou l’autre…

Je suis toujours étonné lorsque les milliardaires se plaignent d’une dictature militaire qui leur a permis de forger leur immense fortune. Il existe des milliers de cas dans l’histoire qui ont connu la foudre des revers du diable lorsqu’ils ont pris le risque de s’asseoir à sa table. Et d’ailleurs, ce même diable n’a pas semblé susciter en vous plus de réactions que cela lorsque vous avez serré la main de Saïd Bouteflika et qu’on ne vous a plus tellement entendu depuis sur ce sujet. Les flammes de l’enfer n’ont pas d’odeur, autant que l’argent, vous l’avez bien compris.

Ma première question, monsieur Rebrab, sera double : Pourquoi ne vous êtes-vous pas rendu compte du régime autoritaire et liberticide lorsque vous étiez occupé à amasser des milliards avec sa bénédiction ? Et pourquoi ne sacrifiez-vous pas votre fortune intégralement pour le combattre ?

Je ne vous connais pas, juste le temps de me retourner dans un exil lointain et voilà que j’apprends la fortune colossale d’un citoyen algérien. Ce sont des activités légales me dit-on, l’homme est entreprenant et perspicace, sa fortune a été faite dans les règles de l’art dont il a magnifiquement joué. Tout est légal, circulez, il n’y a rien à voir, le méchant est la dictature militaire.

Le montant supposé en milliards possédés me pose un gros souci de compréhension et je vous demande votre aide pour y parvenir. Je n’ai peut-être pas les compétences d’un entrepreneur milliardaire mais j’ai tout de même une capacité de raisonnement intacte et, surtout, libre.

Comment un homme isolé dans un pays de loups financiers, de par sa seule intelligence, a pu en arriver à ce point ? Moi, je suis assez naïf et incompétent mais il m’avait semblé que pour la moindre affaire, le moindre milliard, le contrôle par la puissance militaire et les corrompus civils était des plus féroces. A une époque où l’Algérie ouvrait ses marchés à la libre concurrence et ne se risquait pas aux aventures économiques solitaires, le résultat est assez étonnant.

Une grande majorité des milliardaires qui parviennent à la liste FORBES s’empressent de nous raconter leur itinéraire et leurs premières aventures dans les affaires. Qui va de son logiciel MS-Dos bricolé et refusé dans un premier temps par les grands groupes informatiques qui ne croyaient pas dans l’ordinateur personnel. Qui s’affaire dans un garage avec des copains pour bricoler le premier ordinateur Mac et ainsi de suite.

Chacun y va de sa légende, nous serions intéressés de connaître la vôtre. Nous attendons avec impatience vos mémoires instructives. Intervenir dans des conférences de Business Schools à travers le monde, n’est-ce pas votre place pour nous éclairer ? Tous les étudiants et experts ont soif de savoir quelle est cette aventure fabuleuse qui mène du métier de comptable, dans un pays verrouillé par la législation financière, jusqu’à celui de milliardaire.

Ceux qui étudient les sciences du management et de la finance ont hâte de connaître l’extraordinaire épopée au pays des généraux. Les experts des réseaux sociaux du monde entier, sociologues et économistes, souhaitent comprendre le génial dispositif que vous avez mis en place. C’est effectivement remarquable dans un pays où le plus commun des citoyens doit déployer un trésor d’ingéniosités et mobiliser des dizaines d’intervenants pour obtenir un simple document administratif.

La seconde question que je souhaite donc vous poser est tout simplement : Expliquez-nous, monsieur Rebrab, avec détail et passion, l’histoire de vos premières grosses transactions et de la constitution de vos réseaux ? Honnêtes et républicains, bien entendu.

Dans la même intention de comprendre, j’avais lu et relu le code algérien des marchés publics et celui de l’investissement, sans réponses à mes questions, sans doute par ignorance. Je n’arrive pas à percevoir par quel mécanisme juridique on peut posséder une telle fortune vu les textes et, surtout, se permettre des investissements de cette ampleur à l’étranger.

Vous avez déjà été épinglé par l’affaire Panama Papers pour des fonds transférés en comptes offshore. Or, à cette époque, vous n’en aviez aucun droit me semble-t-il si je consulte la législation algérienne. C’est dire combien j’ai de gros doutes sur la régularité de la provenance de ces fonds. Si on a le courage de transférer illégalement de telles fortunes, l’esprit normal fait immédiatement le lien avec l’origine tout autant illégale. Mais restons sur mon sentiment précédent, peut-être avez-vous des raisons légitimes, j’attends vos explications.

Où se situent les sièges sociaux de vos affaires, quelle est votre résidence personnelle officielle, dans quels pays sont vos comptes bancaires ? J’ai beau me gratter la tête et réfléchir, je ne comprends pas cette extraordinaire montage financier qui vous permet d’investir dans le monde. Les parties principales du Code des marchés publics et celui de l’investissement ainsi que les textes donnant monopole du change de devises à la Banque centrale, tout ou presque tout interdit votre empire, sauf conditions draconiennes qui nous échappent. Nos petites études financières, nos petites intelligences et nos petits esprits mesquins n’ont certainement pas compris les dispositifs qui sont les vôtres.

Par conséquent, ma troisième question : Quel est le montage financier de vos structures, l’origine des fonds de votre empire et les dispositifs légaux qui le permettent ?

Monsieur Rebrab, jamais je n’avais été autant insulté que lors de la publication de ma lettre à votre adresse. En première ligne ont été des berbérophones qui me conseillaient d’aller chercher des poux sur la tête des autres milliardaires corrompus et de laisser tranquille l’un des leurs qui aurait apporté bienfait, richesse et emplois au pays.

Si je dis cela, c’est que vous avez utilisé l’argument de la victimisation régionale. Laissez-moi vous dire que sur cette question, il va falloir me convaincre avec des arguments autrement plus puissants que ceux utilisés par les personnes qui m’insultent, courageusement couverts par l’anonymat d’un pseudo.

Lorsque cet avion nous avait ramenés vers Alger, en compagnie d’Ait-Ahmed, je n’aurais jamais cru que j’en arriverai à constater un tel aveuglement de mes compatriotes. Non berbérophone, j’ai milité toute ma vie pour la liberté et l’épanouissement de cette magnifique région qui est la MIENNE puisque je suis né dans cette terre algérienne. La Kabylie, vous l’avez trahie, autant que les autres et cela ne donne certainement pas le droit à ceux qui se sont enrichis sur son dos à me donner des leçons.

Les insultes qui vont suivre cet article couleront sur moi comme la pluie sur les plumes d’un canard. Il en a toujours été ainsi avant mon engagement puis au sein de l’exécutif national de ce parti en question. Il en sera toujours ainsi car mon attachement est profond quant à la reconnaissance de toutes les libertés culturelles et linguistiques comme à celles de tous les droits humains.

Lorsque nous parcourions la Kabylie, je n’ai pas eu souvenir de vous y voir. En revanche, j’ai rencontré des milliers de gens extraordinaires, souriants alors que beaucoup étaient dans une misère noire. J’ai vu des mamans rayonnantes, des enfants beaux comme la venue d’un jour et des militants sincères. Pendant ce temps-là, vous étiez occupé à faire des affaires avec le pire des régimes corrompus, celui-là justement qui a enflammé cette région de ses doutes et de ses réticences bien légitimes.

Votre argent, monsieur Rebrab, c’est celui d’une population algérienne meurtrie, celui des retraités miséreux, des malades sans accès aux soins performants, des femmes isolées avec enfant qui trouvent à peine de quoi survivre et des écoliers dans un système éducatif délabré, dans ses murs comme dans ses messages dramatiques de l’inculture et de l’obscurantisme.

Cet argent que vous croyez réinvestir avec générosité, c’est le leur. Pour ma part, je vous regarderai toujours droit dans les yeux avec un mépris profond. Et si les dollars amassés pouvaient se confier à nous, nous entendrions la complainte des torturés, le cri de révolte des berbérophones, des femmes et de tous les démocrates de ce pays.

Ma dernière question, monsieur Rebrab : Selon vous, qui, de vous ou de moi, citoyen inconnu, peut regarder l’Algérie (et donc également la Kabylie), en face des yeux et ne pas rougir de sa honte condamnable ?

Aujourd’hui, vous êtes embarqué dans le tourbillon mégalomaniaque de ceux qui ont acquis une fortune considérable, rapidement et sans discernement intellectuel. Vous voulez relier les Africains de l’Est à l’Ouest, vous envisagez des projets pharaoniques en Amazonie, demain peut-être le pont pour parvenir sur la Lune ou la construction de RebrabLand. Vous êtes entré dans le délire de ceux dont l’immense fortune ne suffit jamais car ils souhaitent toujours, au final, la reconnaissance et la dévotion des leurs. En ce qui me concerne, monsieur Rebrab, vous n’y parviendrez pas.

Vous pouvez acheter tous les journaux d’Algérie en vous prenant pour Citizen Kane ou vous présenter à la présidence de la République, il n’y a qu’une chose qui soit interdit à votre argent, l’achat d’une conscience !

…………………………………………………….SID LAKHDAR Boumédiene


Nombre de lectures : 7198
43 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • kaci Seddiki
    23 mars 2017 at 18 h 42 min - Reply

    C’est méchant, mais vrai et très bien dit. Il faut seulement attendre que Sid Lakhdar Boumediene pourfende aussi les autres « richissimes » algériens et leurs protecteurs, quels qu’ils soient !
    KS




    8
  • water water
    23 mars 2017 at 19 h 43 min - Reply

    On disait de monsieur RockFeller, le diable de Cleveland.

    Rabrab et tous les milliardaires au bled ont fait leur fortune en appliquant le principe des vases communicants.

    Pour fabriquer un milliardaire à travers le monde, il faut absolument réduire à la mendicité, une partie de la population. On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs.




    5
  • SID LAKHDAR
    23 mars 2017 at 20 h 07 min - Reply

    Bonjour,

    C’est fait, j’ai une cinquantaine d’articles dans la presse à vous proposer depuis vingt-cinq ans. Mais je vous l’accorde, je ne l’ai pas fait pour les industriels. La raison est simple, j’ai passé tout ce temps a attaquer les militaires (et donc les vrais maffieux de ce pays, les premiers).

    Dans une attaque très violente et inédite dans les journaux, j’avais menacé les généraux, ce qui a valu à El Watan quelques ennuis et à moi une jolie convocation au parquet d’Alger. Je n’y ai jamais plus mis les pieds.

    La seconde raison est encore plus simple, vu ma génération je ne connais que les militaires et j’ai perdu contact avec la réalité des industriels dont je ne connais les noms que par la presse.

    Rebrab les représente tous du fait du volume extorqué aux algériens.

    Cordialement




    14
    • Alilou
      24 mars 2017 at 13 h 57 min - Reply

      Menace les généraux ???? U’ve got be kidding me ? La joke d’avril.

      Il vous ont menacé de vous taper sur les doigts…

      De vous a moi quitte à vivre dans une république de bananes autant avoir plein de Rebrab que des généraux des députés et présidents de pacotille.

      Tiens un sujet brûlant pour ceux qui ont des guts comme vous article 88 de la constitution…battez le pavé do something….mais non vous n’allez pas le faire vous irez au trouver directement….il est plus simple de tapez sur du kabyle….vous savez à force de lire ces levées de bouclier contre les berbères je finirai par adhérer àux thèses indépendantistes pas seulement autonomistes.

      Bon vent




      5
    • Dadache
      24 mars 2017 at 15 h 24 min - Reply

      Aya sidi disons 3afa allahu 3ama salef et que c’était dans la djahiliya …

      Aya chiche parler nous de chakib khelil , de bouchouareb,de Haddad le nouveau Poulin du système, de SidiSaid et de sa fortune ou de l’un des 5000 milliardaires qui sont venus enrichir la liste des nouveaux riches algériens parmi eux de nombreux pour ne pas dire tous les géneraux

      Votre article est impartial et arrange plus les généraux qui étaient lors de son impulsion et qui sont toujours aux commande du pays et des affaires.

      Personne n’a osé attaqué un général nominativement de face ni dans la presse ni dans les medias , entre eux ils ne se le permettent pas pour preuve Benhadid.
      Ceux qui ont fait des insinuation se sont retrouvé six pieds sous terre , alors si vous êtes encore en vie , c’est qu’ils ont besoin de vous et des articles dans ce genre

      Je ne connais Rebbrab ni de loin ni de près et je ne suis pas entrain de le défendre , et je pense pas qu’il ait pu amasser une tel fortune légalement au début ..mais s’acharner sur lui maintenant qu’il est passé de l’autre côté…

      Un article sur Haddad y’a sidi Boumediene …wela edeniya maal waqef …..




      13
    • kaci Seddiki
      24 mars 2017 at 17 h 26 min - Reply

      Ok,Mr Boumediene, mais la fortune de ‘Rachid Casa’ l’homme de main de Boumediene-Boukharouba était la première à se « constituer » sur le dos de la Révolution. Puis, il y eu les affaires que certains sites spécialisés ont dévoilées,genre les ^paradis fiscaux ».
      Alors, à vos plumes !
      KS




      11
  • Alilou
    24 mars 2017 at 1 h 38 min - Reply

    Y a si Boumediene avez vous ecris quelque chose sur ceux qui ont volé qui vole et continuent de voler sans rien investir ? Genre famille du chef and CO. Les boss du sud les généraux et j’en passe….mais non vous écrivez sur rebrab….celui qui crée des jobs …en moins lui il retourne l’ascenseur les autres ont juste fait des transferts vers des comptes offshore….deux poids 2 mesrues. ..a moins que les berbères ne doivent vivre que pauvre dans leur pays….allez va…écrivez moi sur un autres baron intouchable et je vous créditer ai. …




    15
  • Ali SBIH
    24 mars 2017 at 10 h 54 min - Reply

    Salam alikoum
    @ SLB

    En fin de compte ,le vieux combat entre la « capacité de raisonnement » et la « capacité d’agir».

    Certains combattent les brèches du système et d’autres les utilisent , enfin de compte certains échouent et d’autres tirent habilement leur épingle du jeu.

    Que peut on reprocher à Mr IR d’avoir saisi l’opportunité de la libéralisation du commerce ,des facilitations bancaires ,du déséquilibre du marché ,des fabuleuses possibilités du taux de change double ,de ne pas être devenu un « patriote de parti » et ce qui est passé sous silence est sa capacité à gérer et développer des affaires voire réussir dans un environnement plus que rigoureux.




    7
  • Chelbi
    24 mars 2017 at 14 h 44 min - Reply

    Un constat tout a fait juste c’est dommage que vous n’avez pas cite ceux qui l’avaient propulse a cette gigantesque notoriete indigne de la republique democratique et sociale de Abane Ramdane.Reprendre l’itineraire de chacun parvenu a ce statut serait le point de depart du Nurenberg algerien car de ces criminelles pratiques d’aneatissement du pays plus de 500 000 morts ensus de ceux du Noble Noveembre 54.Mais le pire Mr Boumediene est qu’un individu ayant ete l’objet des memes reproches de detournement demeure a ce jour president de la republique depuis pres de vingt ans.




    7
  • soussou
    25 mars 2017 at 0 h 33 min - Reply

    Voilà,un article qui met en doute la fortune( acquise dans des conditions douteuses)d’un homme qui se trouve par pur hasard être berbérophone(car il pourrait bien être aussi comme ces pourris d’arabophones,daridjophones ou francophones).
    Et,revoilà qu’on constate,encore une fois,des levées de boucliers,douteuses.
    Honnêtement,je trouve cela mesquin,le fait de défendre quelqu’un qui a ramassé et a jeté les bases de sa fortune alors que des milliers d’algérien-nes se faisaient exécuter,comme des lapins,par une une mafia militaro-politico-financière,et,tout cela durant les années de braise qu’a vécues notre pays.
    Oser défendre quelqu’un comme Issad Rebrab et appeler cela,par certains,comme »taper sur du kabyle »si on le fait pas,ça doit relever de la malhonnêteté intellectuelle.
    Car,il me semble,sur ce forum on est en train de débattre des idées et des principes et non pas de défendre une race,une culture ou une langue qu’elle quel soit.
    Puisqu’on est sur cette lancée pourquoi ne pas défendre d’autres voleurs ou criminels;à l’image:
    **d’Ahmed Ouyahia(dans le gouvernement factice).
    **de Sidi Said(dans le syndicat maison).
    **de Haddad(dans les affaires douteuses).
    **de Amara Benyounes(dans l’opposition de pacotille).
    **Et des milliers d’autres berbérophones qui se trouvent être des généraux ou officiers supérieurs dans l’armée,ou engagés dans les différents services de sécurités de la police de la gendarmerie et autres administrations sensibles telles que la justice les affaires religieuses et les mass-médias…
    Vouloir prendre son indépendance vis à vis de qui?
    Etre indépendantiste par rapport à quoi?
    Puisque depuis l’indépendance de l’Algérie et sur sept présidents de la « république » quatre au moins étaient des berbérophones.Dire que c’étaient des KDS c’est mettre les deux doigts dans les yeux,et ça ne tient pas du tout la route.
    Finalement,cette histoire d’autonomie ou d’indépendance de la Kabylie(prônée,justement,par les Srabess ou des officines douteuses)ce n’est que des mensonges jetés à la face d’un peuple que l’on mépris tout en insultant sa mémoire.




    10
    • Dria
      25 mars 2017 at 10 h 16 min - Reply

      Cher sousous
      Oui on discute sur ce forum des idées et des principes et non pas de race et de culture or c’est ce que vous faite dans votre intervention, ainsi que l’article qui n’est pasvdu tout impartial il faut le reconnaitre .vous avez utilisez dans votre intervention un langage avec un lexique particulier, vous utilisez des termes bien connu des algériens autrement je m’explique .

      Primo Les KDS sont les kabyles de service , il n’ y’a jamais eu de président de la république parmi eux , vous avez bien citer des noms de KDS les Ouyahia, SidiSaid, Haddad ,Kalida Toumi…ils ne seront jamais président et on les appelles KDS car c’est de Kabyle qui n’ont jamais servi la Kabylie mais leur propre intérêt et travaillant pour nos services vous pouvez rajouter Mheni ans Co.

      Pour les présidents Berbérophones ou amazighophones vous en connaissez quatre il faut nous les citer. Quand on dit arabophone ou francophone on est sencé maitriser la langue (parlé ,lu, écrite) or Personne de vos sept Bresidan de Benkhedda, Benbella ,Boukharouba. Bendjedid Boudiaf Zeroual Bouteflika n’a reconnu Tamazight de lui même il a fallu que le sang coule et que le Maroc l’es reconnu pour qu’on le fasse …on aurait régler cette reconnaissance légitime en 1949…

      Alors parler de president berberisant lors du printemps berbère ou lors du mouvements des arouchs , c’est de l’hypocrisie pire que celle des KDS.

      Et enfin, un article qui s’acharne sur un Algérien qui veut tourner le dos a ce système de corrompu qui a donné naissance au Rebrab au est d’une bassesse invraisemblable, car il absout le système qui en infante de nouveau sous nos yeux et qu’on ose pas dénoncé, comme quoi il y’a beaucoup d’Algérien de service , qui sait peut être Sou-Sou en fait parti …..




      11
  • yacine
    25 mars 2017 at 10 h 01 min - Reply

    Ya Monsieur Rebraba un Grand Merci aux Banques Algérienne d’avoir vous prêter autant d’argent,je ne comprends pas Votre projet de la grande ligne férovière africaine, on vit très mal en Algérie et vous sauter d’un grand pas on offrant aux autres ce que les algériens n’ont pas, je vous ai toujours cru différent des autres vu votre dynamisme mais finalemnt vous êtes comme tous les algériens possédons des fortunes »douteuse » vous voler au secours des autres et vous oubliez votre pays, en algerie on voyage toujours avec une ligne et dans des wagons d’une autre épôque des années 20 30 40 en USA etc…sellal lui qui offre a la tunisie des sommes colossales et aussi à l’egypte et vous finalemnt vous voulez faire sortir l’afrique de la pauvreté et vous oubliez l’algérie »il faut balayer devant sa porte avant » wallah rabhate ed dzair avec des gestionnaire comme vous.




    3
  • SID LAKHDAR
    25 mars 2017 at 10 h 03 min - Reply

    A Alilou,

    Ce n’est pas moi qui ait menacé les généraux mais le parti, par l’intermédiaire de mon parti. Si des gens comme toi avaient rejoint le combat, nous aurions été plus forts qu’une bande de naifs voulant terrasser le Diable (ça c’est vrai).

    A Soussou,

    Enfin un argumentaire intelligent. C’est si rare !




    4
  • SID LAKHDAR
    25 mars 2017 at 10 h 04 min - Reply

    A Alilou

    « Par l’intermédiaire de mon écrit », le clavier est un abruti, il n’est pas le seul.




    0
    • Alilou
      26 mars 2017 at 4 h 22 min - Reply

      Oui je suis un abruti derrière un clavier.

      J’ai l’habitude des insultes sur ce forum de discussion dont je fais partie depuis 2009

      On m’insulte parce-que je dis vrais.

      écrivez sur l’argent volé par ceux qui vous ont commandités.

      En ce qui concerne la famille rebrab elle est connue riche avant même le débarquement des français en 1832….on les nomme ait issaad. Dont tu tape à côté de la plaque.

      Et pour issaad il ne vous prête aucune oreille.




      7
  • BACHIR
    25 mars 2017 at 11 h 13 min - Reply

    Monsieur Si Lakhdar Boumedienne

    Vous attaquer Monsieur Rebrab parce qu’il a fait fortune certainement avec l’appui du DRS .
    Mais le probleme est beaucoup plus grave .

    Je pese mes mots . Je suis ABOLUMENT certain QUE TOUT ALGERIEN A SA PLACE AURAIT FAIT LA MEME CHOSE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    TOUT LE SYSTEME ALGERIEN EST BATI SUR LA PREDATION .
    TOUT LES ALGERIENS S’ILS ONT LA POSSIBILITE PARTICIPERONT A CETTE PREDATION ; DU CHOMEUR AU PRESIDENT !

    SEULEMENT LE GATEAU EST TROP PETIT POUR SERVIR TOUT LE MONDE .

    AUCUN ALGERIEN NE CROIT SINCEREMENT , QUE L’ON PEUT ETRE UN PAYS DE DROIT ET LA RICHESSE EST CREE PAR LE TRAVAIL . JE NE CROIS AUCUN ALGERIEN !

    BACHIR




    7
  • rachida
    25 mars 2017 at 18 h 01 min - Reply

    pourquoi cette photo? il est allé faire un tour chez les amis de votre parti l’IS.
    a-t-il besoin d’acheter une conscience? il en a déjà une celle qui lui a permis
    l’ascension fulgurante, combien de beaucoup flouss qu’on ne connaît pas.
    faites un tour à alger pour voir la misère pas besoin d’aller en kabylie, y a-t-il encore des Hommes?




    3
  • SID LAKHDAR
    25 mars 2017 at 18 h 11 min - Reply

    La photo et, parfois le titre, sont de la décision de l’éditeur du journal qui publie. C’est son droit car il est soumis à des obligations de propriété intellectuelle ainsi que des choix éditoriaux.

    Moi, j’aurais mis la photo du diable. Quant à l’IS, vous avez raison, il y a bien longtemps que ce sont des gens peu fréquentables. Je vous l’accorde.

    Amicalement




    3
  • TSOUFIQ18
    25 mars 2017 at 22 h 53 min - Reply

    @SLB
    J’ai achete il y’a 3 MOIS un lave linge de marque BRANDT sorti de l usine de REBRAB de Setif ;
    je suis trés content de mon achat tant du point de vu de la qualité que du prix;

    Je ne vois vois pas ; je ne m’expliques pas et je ne comprends pas cet acharnement sur l’un des rares hommes qui a merite de construire quand d’autres preferent taper dans a caisse et acheter des biens à l etranger .
    On peut dire ce qu’on veut , il n’est pas permis à tout le monde de batir un « empire » de cette taille meme avec l’aide des pouvoirs publics si à coté il n ya pas du serieux ; de la pugnacité , de l’intelligence et de la perseverence;
    Ne pas reconnaitre à Mr REBRAB ses talents de manager c’est etre soit de mauvaise foi soit completement ignorant de la chose;
    Je vous conseille de lire le livre que lui a consacré le professeur TAIEB HAFSI pour vous faire une idée moins polluée et moins politique ;
    C est quand meme terrible qu’un homme qui recu par les chefs de gouvernement Britanique ; Francais ,Italiens, par les presidents du Bresil , de Uruguay du Sri lanka et j’en passe est désingué dans son propre pays; Mr SLB qui aime tant poser des questions peut il nous repondre ?
    En tout cas pour ceux qui veulent entendre un autre son de cloche voici un lien puisé au hasrd sur le net

    http://www.jeuneafrique.com/229740/economie/le-puzzle-mondial-dissad-rebrab/




    6
  • rachid dahmani
    26 mars 2017 at 15 h 39 min - Reply

    Bonjour à tous,

    est ce qu’on est en train de remettre en cause notre système bâti sur la prédation et la distribution de la rente? ou n’ai je pas compris? je ne sais pas non plus si on est en train de définir l’Algérien dans tous ses états ou bien je n’ai pas compris non plus? remet-on en cause le principe le fait des déséquilibres qui se créent d’un côté voient toujours des contraintes surgir de l’autre? Je en sais pas si Rebrab est mauvais ou a bon dos ou peut être les deux à la fois, mais la nature de l’Algérien est partout la même qu’il s’appelle Rebrab, boussaad, ould abbes ou ould kaddour. Bonne journée à tous.




    4
    • Dria
      27 mars 2017 at 8 h 24 min - Reply

      CHER DAHMANI
      Apparemment il n’y a que « deux gols » qui peut vous répondre , c’est le seul qui affirmait  » je vous ai compris » SACRE DIGAULE il a bien miné le pays et les mentalités pour nous empoisonné la vie pour un siècle et demi encore, pour résumé la situation il n’y a pas a choisir entre OULED LAHRAM, mais s’acharné sur un seul parce qu’il a osé tourné le dos au HARAMIA, c’est tout comme HARAM .




      2
      • rachid dahmani
        28 mars 2017 at 10 h 41 min - Reply

        Bonjour Cher Dria,

        Oui j’aurais usé aussi du terme Ouled Lahram. Malheureusement la nature de l’homme en a fait une majorité sur la planète et peut être en forte concentration chez nous. Je dis cela au vu des inégalités dans le partage des richesses de toute la planète entre toutes les populations. Ceci étant, le phénomène est beaucoup plus accentué chez nous, et je sais que tu le ressens aussi bien que moi. Car en en plus de Ouled Lahram, ils s’y sont adjoint tous les qualificatifs nauséabonds que l’on puisse répertorier sur terre. Et Une fois que la mayonnaise a pris dans la gadoue puante, et qu’un « survivor » surgit pour essayer de compenser (par acquis de conscience peut être car n’étant plus très loin à partir vers l’au delà) à défaut de rebrousser chemin, voila que la mayonnaise se transforme en de véritables sables mouvants.




        1
  • Ali SBIH
    26 mars 2017 at 19 h 47 min - Reply

    Bonjour Rachid,

    Les tables tournantes ,c’est ce qu’on sait faire le plus à défaut du journalisme d’investigation, cette fois @ SLB a rappelé d’entre les « morts » un illustre fantôme ,des tours de force « occulte » ,on en redemande.

    Qui sera le suivant .




    1
    • rachid dahmani
      28 mars 2017 at 10 h 49 min - Reply

      Bonjour Ali,

      ça nous débarque de ce que l’on a comme habitude d’écouter sur les médias de l’autre côté. Surtout à l’heure de ces événements où toutes les cloches sonnent leurs tintamarres à différentes longueurs d’ondes. La nature a tellement fait évoluer les choses sur l’être humain que je m’avance à dire que bientôt elle arrivera peut être à supprimer chez l’humain le sentiment de la honte. Bonne journée l’ami.




      1
  • HAMID
    27 mars 2017 at 15 h 47 min - Reply

    M. Boumediene,
    C’est très simple. Pour vous, il est plus prudent de s’attaquer à un Monsieur désarmé qui crée de la valeur ajoutée ( donc de la richesse)que de s’attaquer aux vrais suceurs de ce pays, à l’argent vraiment sale! J’aurais aimé que votre demande d’explication s’adresse aux vrais barons de l’économie informelle, les gens de la chkara, au lieu de vous acharnez sur la personne de M. Rebrab.
    Moi je sais pourquoi: Les gens de l’ombre sont très puissants à vos yeux. Il ne faut pas les importuner. Autrement, vous finirez au fond de la méditerranéenne, les pieds bétonnés!




    6
  • fatma
    27 mars 2017 at 19 h 12 min - Reply

    Le journal électronique TSA a rapporté vendredi dernier l’information suivante :
    Djamel Ould Abbès a exprimé encore une fois, ce jeudi 23 mars, son souhait de voir le président Bouteflika briguer « un cinquième, un sixième mandat, voire de rester à vie » au pouvoir.
    «Jusqu’à maintenant, il a donné sa vie et sa santé pour ce pays. Que Dieu lui prête longue vie ! », A lancé le Secrétaire général du FLN avant de se lever pour applaudir ses propres propos lors d’une rencontre régionale sur les législatives à Ain Témouchent.

    D’aucuns diront mais quel est le rapport avec l’article ? Justement, il n’y en a pas, sauf que certaines choses semblent plus importantes ou prioritaires que d’autres pour l’auteur de cet article.
    Ainsi les quelques tricheries ou magouilles d’un entrepreneur semblent plus préjudiciables que la totale main mise par la junte au pouvoir sur l’ensemble des richesses du pays et l’anéantissement systématique de toutes les institutions politiques, économique et sociales de la république.
    Apparemment un fauteuil roulant qui dirige une nation de 40 millions d’âmes, ne chatouille pas l’ego de ce journaliste, il en est de même de tous ces voleurs qui rodent autour de ce ‘président’ fantôme. Par contre, il semble scandalisé par la réussite de cet entrepreneur qui agit à visage découvert contrairement aux milliers de mafieux qui sont cachés et protégés par la couverture chaude de l’informel. Ils ne sont concernés ni pas les impôts, ni par les syndicats et les gangs du pouvoir ni encore moins par les pseudos journalistes. Créer des emplois et faire gagner des devises au pays devient donc un crime.
    Mon intervention n’a pas de défendre Mr Rebrab, il est suffisamment puissant et intelligent pour le faire lui même sans mon aide ni celle de ces différents abonnés de ce site. J’espère que vous n’allez tout de même pas avoir l’outrecuidance de traiter tous ces gens là de valets à la solde de Mr Rebrab, il y a des limites que vous ne devriez pas dépasser.
    Certaines questions que vous posez à cet entrepreneur sont tout à fait légitimes, je vous l’accorde, tous les citoyens vous aurez suivi si vous les aviez posées aussi à tous ces voleurs qui sont au pouvoir et aux milliers de voyous comme Chakib Khellil, Ghoul, Haddad et consort. D’autres (questions) par contre montrent que vous n’avez aucune, mais vraiment aucune idée sur les méthodes de financement de projets d’investissements usitées dans les pays libres. Juste un exemple, pour l’achat de Brandt, sachez que Rebrab n’a déboursé aucun sous de sa poche et encore moins du trésor Algérien, c’est le gouvernement Français et ensuite les banques Françaises qui ont tout financé, il suffit de se renseigner pour le savoir.
    Par contre la question que je me pose et à laquelle je n’aura jamais de réponse claire et convaincante demeure la suivante : Pourquoi le FFS a-t-il accouru comme un toutou pour participer aux pseudos élections législatives prochaines sachant qu’elles ne seront ni transparentes ni honnêtes comme celles qui se sont toujours déroulées jusqu’ici et ce depuis l’indépendance et qu’il a lui même toujours «fermement et vigoureusement dénoncées», allez chiche une petite réponse.
    Au fait, il me semble pour ne pas dire je suis sûr que Rebrab n’est ni militant ni sympathisant du FFS, autrement on aurait fermé les yeux, les oreilles, la bouche et même les stylos. Il est vrai aussi qu’au FFS on n’aime pas l’argent « sale », mais on adore les quotas offerts aux dépités et aux sénateurs.
    Non monsieur Boumédiene, nous ne sommes dupes de rien, Est-ce que Rebrab a bénéficié de largesses du pouvoir ? Moi je dirai que c’est fort probable, même si je n’ai aucune preuve. Parce que comme vous ne l’ignorez pas, ici, dans ce pays, on dit que personne ne peut faire des affaires sans l’aval des généraux. Et vous savez ce qu’il faut entendre par aval, c’est soit des entorses à la réglementation, soit des facilitations pour l’obtention de financements rapides, ou d’autres avantages comme les terrains d’assiette, tout ça moyennant en retour de bons pactoles en contrepartie des «services rendus».
    Ce monsieur croyait qu’il pouvait, maintenant qu’il a suffisamment d’argent et de notoriété, passer outre ces facilitations et ne pas avoir à payer la dîme aux parrains et autres dignitaires de ce pays. C’est ça son erreur, il a même osé refuser de financer les campagnes électorales de la chaise roulante, quel sacrilège. Eh bien depuis cet outrage, on a lâché contre lui une horde de chiens à leur tête, un ministre de la république. Un ministre voleur comme son président, qui passe sont temps à bloquer tout initiative venant de cet entrepreneur au lieu de jouer son rôle qui consiste à développer l’industrie du pays. Vous voilà donc associé à la meute, c’est normal me dira-t-on, lui il ne pourra pas vous inquiéter.

    @Yacine
    Il me semble que vous n’avez pas compris ce que fait ce monsieur. Il n’a nullement l’intention de faire financer un aussi grand projet (qui est du reste utopique pour moi) avec l’argent du trésor Algérien, ce n’est ni envisageable, ni faisable, ni réglementaire, au demeurant l’Algérie par le voie de son ministre de l’habitat, vient de déclarer qu’elle ne pourra même plus réaliser des logements AADL, c’est vous dire. Ce Monsieur, voit grand, il compte faire financer ce projet par les institutions de l’OUA, notamment la Banque Africaine de Développement. Même si ça demeure un fantasme de ce Monsieur, laissons le rêver comme ça au moins, il nous tirera vers le haut.




    11
    • djamel
      28 mars 2017 at 21 h 03 min - Reply

      Merci Fatma pour vos interventions rationnelles et perspicaces.

      Concernant Mr Rabrab, personne ne peut croire qu’il ait amassé toute cette fortune sans s’appuyer sur un mentor puissant du régime, j’ai nommé ici le Général Toufik. J’imagine que Sid Lakhdar connaissait déjà les accointances de Rebrab avec ce Général avant que ce dernier ne soit évincé et mis en rancart mais Mr Sid Lakhdar n’avait pas osé dénoncer cet état de fait, il avait peut-être peur en ce moment-là, on lui pardonne.

      Dans l’affaire, ceux que moi j’incrimine, ce sont les décideurs, tel que Toufik et sa clique, jadis, et maintenant Boutef et les décideurs de l’ombre qui nous imposent des voleurs, des incompétents, et ils sont légion, à la tête des entreprises publiques, des ministères et autres.

      Rebrab n’est certainement pas un enfant de choeur et il n’est pas blanc comme neige dans ses affaires, mais connaissez-vous un homme d’affaire de par le monde qui l’est.
      On peut reconnaître une chose à Rebrab, c’est que malgré les sommes colossales amassées et sa fortune en dollars, selon Forbes, mais il continue quand même à investir et construire son pays il n’a pas fait comme les milliers d’Algériens qui ont volé et partis investir, pour ne plus revenir, leur pognon à l’étranger, les Hemch, Bedjaoui,…

      À la place de Rabrab, personnellement, ouallah que je laisserai tout tomber en Algérie et aller en profiter de mes milliards de dollars sous d’autres cieux.




      5
    • Yacine
      29 mars 2017 at 10 h 52 min - Reply

      Bonjour Madame etc….; certes, je ne comprends rien dans l’affaire mais je voulais juste savoir au nom de Quoi cette Organisation L’OUA »institution de développement etc…s’adresse t-elle a Monsieur Rebrab qui a ma connaissance n’est le représentant de l’état algérien si ce n’est une affaire de sous! si comme si Madame vous légitimer un système illégale en défendant Monsieur Rebrab » je n’ai absolument rien contre lui; il n’est pas le seul, lui peut-être a réussi mais est ce que dans la légalité? il fait donc parti de cette clique d’Ali baba et les 40….
      Cordialement.




      3
  • Abdellaziz
    28 mars 2017 at 16 h 24 min - Reply

    Qui êtes vous pour demander des comptes a Mr Rebrab ? Aves vous des preuves qu’il a détourné de l’argent public ?Vous avez de la haine envers Rebrab.Votre article n’apporte rien de positif pour les Algériens.




    8
  • al_mansour oul mohamed
    28 mars 2017 at 21 h 36 min - Reply

    Excusez mon saprophytisme svp, mais laissez moi vous dire ce que j’ai sur le coeur. Votre rebrab, qui d’aprés certain serait issu d’une famille aisée avant les 18 cents, ouyahya sidi said ou n’importe qui, de ceux qui ont evolué autour de la haute sphere du pouvoir ne sont que les boys de leurs maîtres qui ont quitté l’Algérie les années 60 et les ont toujours soutenus jusqu’a la prise du controle totale du pays d’Amirouche, Didouche, si El-haouas etc etc… afin qu’ils leur garantissent les intérêts dans cette Algérie pillée meurtrie et violée. Les milliards de ses abrutis ne sont que poussiere par a rapport a ce que la France prend encore de l’Algérie, jamais la France n’a levé sa main des affaires (Int/Ext) de l’Algérie, lorsque récemment la france se trouve en crise du siecle l’algerie un-dépendante promulgue des lois permettant aux banque nationanes de soutenir l’investissement a l’etranger, bizarre coincidence non?, et ou sont allés les investissements de l’algerie demandé a Mr rebrab et compagnie. Je n’oserais parlé d’un certain Mehri qui avait racheté une autre compagnie francaise en perdition les années 70(chaffoteaux et maurry) et cela a toujours été de meme sauf que ces derniers temps les crises sont plus flagrantes et la dilapidation des algériens l’est toute aussi afin de renflouer la france mere patrie. Alors celui qui ose défendre les généraux nommés apres les années 80 et les neo-milliardaires des années 90 et aprés doivent revoir leurs analyses s’ils sont de bonne foi sinon faites juste continuer.




    4
    • Alilou
      31 mars 2017 at 22 h 11 min - Reply

      Je préfère rabrab. Aux autres. Mais pour certain comme vous c’est plus simple de taper sur lui.

      L’Algérie n’à jamais eu d’indépendance ni vis à vis de fafa ni du Maroc ni de l’Arabie ni de a3amar bouzouar…alors vice rabrab.

      Zekara




      0
  • TSOUFIK 18
    28 mars 2017 at 22 h 39 min - Reply

    @ SLB
    Si tous ceux qui ont « Profité »de ce systéme rendez le centieme de ce que ce valeureux batisseur rendait à son peuple , l’Algerie serait parmi le gotha des pays mergents;

    Mais je vous laisse avec ce mot d’un autre grand Monsieur j’ai cité . feu FERHAT ABBAS

     » L’Algerie est un pays qui n’a pas de chance-Ses enfants se jalousent , manque d’esprit de discipline et de sacrifice. Ils se plaisent dans l’intrigue. Ils oublient l’essentiel pour le futile. »

    Un autre lien sur les realisations futures de Mr REBRAB :

    https://www.youtube.com/watch?v=0wImT47wlw4




    4
  • fatma
    29 mars 2017 at 12 h 37 min - Reply

    Monsieur Yacine, je n’ai jamais dit que vous ne comprenez rien, je ne me permettrai jamais une telle bourde. J’ai cru comprendre que vous n’aviez pas saisi l’objet réel et la consistance de ce projet et surtout son mode de financement. Par ailleurs, je vous ai dit que pour moi, ce projet reste du domaine de l’utopie. Cela dit, encore une fois, je vous rappelle que ce projet n’a rien à voir avec l’Etat Algérien ni avec l’argent du trésor public. Par contre s’il venait à se réaliser, il en engendrera certainement des retombées positives pour notre pays, puisqu’une bonne partie des marchandises destinées aux pays subsahariens transiteront de ce fait par notre pays. Cela dit, comme tous projets de développement, il est nécessaire d’examiner aussi ses inconvénients, notamment sur le plan environnemental et sécuritaire entre autre. Enfin, je vous rappelle, que l’O.U.A ce n’est pas une « institution de développement etc » comme vous semblez le croire, mais c’est l’Organisation de l’Unité Africaine, comme l’ONU mais à l’échelle continentalle si vous voulez. L’OUA dont l’Algérie est membre à part entière depuis 1962, dispose d’institutions financières qui soutiennent ce genre de projets et Monsieur Rebrab veut en profiter qu’y a-t-il de haram ou d’illégal là dedans et que vient faire l’argent du peuple ici ?
    Bonne journée et sans rancune




    1
  • SID LAKHDAR
    29 mars 2017 at 17 h 12 min - Reply

    En réponse à plusieurs messages :

    1. SVP, si quelqu’un avait les archives d’El Watan du début des années 90, pourrait-il m’aider à retrouver un article directement adressé aux militaires. Je ne le retrouve nulle part mais je me souviens de la convocation de la police pour plainte du ministère de la défense, ça oui !.
    2. Certains verront que ce monsieur milliardaire n’est qu’une petite chose dans ce long militantisme. Ami de Tewfik, ni il m’obsède, ni son cas n’échappe à celui de bien d’autres comme le montre la longue liste des articles.

    LES MILITAIRES ET LE REGIME

    Le devoir d’ingérence. Le Figaro 27 oct. 1997.
    Demain l’Algérie. Le Monde 11 oct. 2002.
    Le roi Bouteflika à Paris. Le figaro.
    Les Dieux ont peur. Libération 3 septembre 2001.
    Algérie, la pluralité des langues. Le Monde (courrier)
    Langue nationale, l’inutile et dangereux entêtement. Revue Hommes et Libertés, n° 100, 1998 ;
    Et si nous amnistions le pouvoir ? El Watan 14 aout 1999.
    Algérie : enfin les bonnes questions. Libération (courrier).
    Si le rêve n’était cauchemar. Liberté 10 juin 2003.
    Au 5 juillet, la patrie reconnaissante ? El Watan 5 juil. 2004.
    L’affectif et le politique. El Watan 8 janv. 2006.
    Discours au cœur d’une élection irréelle. El Watan 7 avr. 2007.
    Et maintenant, on peut parler ? El Watan oct. 2009.
    Colère du général amnésique Nezzar. Le Matin 25 jan. 2015.
    Oui, monsieur Ghozali, vous êtes responsable du régime militaire. Le Matin 28 mars 2015.
    Parlementaires du tiers présidentiel, le plus bel oxymore du monde. Le Matin 8 juil. 2015.
    Face aux loups, restons des Hommes. Le Matin 3 oct. 2015.
    Le 1er novembre et la mafia de la mémoire. Le Matin 30 oct. 2015.
    L’emprunt obligataire d’État, un gigantesque blanchiment d’argent. Liberté, Le Quotidien d’Oran, mai 2015
    Les Dieux généraux perdent du terrain. Le Matin 17 fév. 2016.
    Le général Nezzar au tribunal mais pas encore du bon côté. Le Matin 2016.
    Lettre ouverte au général en grève de la faim. Le Matin 2016.
    Déclaration offshore d’un innocent/ Chakib Khelil, un éxilé en sens inverse. Le Quotidien d’Oran 15 mars 2016
    Affaire du Panama Papers, criminalité et délinquance offshore. Le Matin 5 avr. 2016.
    Votre constitution, notre monde. Algérie-Focus, Liberté, Le Quotidien d’Oran, 2016.
    Le conseil constitutionnel sait-il compter jusqu’à 102 ? Algérie-Focus, mars 2017.
    A qui le tour ? A vous, monsieur Rebrab ! Le Matin, 30 juin 2016 (article supprimé du site).
    Monsieur Rebrab, expliquez-moi ! Algérie-Focus mars 2017.
    Ould Abbas, un chef-d’œuvre national à cryogéniser. Algérie-Focus mars 2017.

    BOUTEFLIKA ET FAMILLE

    La police politique passe de la défense à la famille Bouteflika. Le Matin 25 janv. 2015.
    Bouteflika demande le silence des généraux. Le Matin 2 juin 2016.
    La fratrie Bouteflika et les fins dramatiques des népotismes. Le Matin 19 juin 2015.
    Réponse d’un démocrate à Bouteflika. Le Matin 5 juil. 2015.
    Un souvenir tenace (Saïd Bouteflika). Le Matin 18 juillet 2015
    Nous ne détestons pas Saïd, nous le condamnons. Le Matin 22 fév. 2016.
    Le frère de Bouteflika se rappelle de l’existence du Droit. Le Matin 18 mai 2016.

    LE DROIT DES BERBEROPHONES

    Voir tous les articles sur le blog « Gardes-frontières Lakhdar ».

    A chacun sa vérité sur la Kabylie. Liberté 7 janv. 2003.
    Entre désespérance et mobilisation (Kabylie). El Watan 4 nov. 2004.
    La ligne rouge du débat sur la Kabylie. El Watan 25 août 2004.
    La douleur de nos compatriotes berbères a assez duré ! El Watan 19 avr. 2005.
    Catholiques ou pas, ce sont mes compatriotes (kabyles) libres ! El Watan 18 oct. 2010
    Lettre d’un oranais à son ami mozabite, Kameleddine Fekhar. Le Matin 13 juil. 2015.
    La miss (kabyle) et les crétins. Le Matin
    Hocine Ait-Ahmed, un projet national. La voix de l’Oranie.
    Karima Nait Sid et le surplus de bagages. Le Matin 24 févr. 2016.
    Notre rapport aux berbérophones ne doit pas être juridique mais fusionnel. Le Quotidien d’Oran, 17 mai 2016.

    LE DROIT DE LA PRESSE

    Des mots interdits dans le royaume des « maux ». Liberté 24 juin 2003.
    Prison ferme pour la liberté des mots. El Watan 6 mars 2008.
    Honte à ceux qui s’attaquent à la presse ! El Watan 11 mai 2015.
    Prison pour ceux qui s’expriment, honte à ceux qui se taisent… El Watan
    Solidaire avec mon adversaire politique (affaire Benchicou). Le Matin 14 Juin 2004.
    La presse, notre seule chance de salut. El Watan 18 avril 2001.
    La presse, entre liberté et responsabilité. Le Quotidien d’Oran, 17 aout 2000.
    L’emprisonnement de Hafnaoui Ghoul est notre affaire. El Watan 15 juin 2004.
    El Watan, un repaire de brigands offshore ? Le Matin 24 juil. 2016.

    LE DROIT DES FEMMES

    Droit de la femme : la demi-part et le demi neurone. Le Quotidien d’Oran 3 juin 2015.
    8 mars, halte à la tyrannie des hommes. Liberté, La voix de l’Oranie, Le Matin, mars 2016.
    L’irréformabilité du code de la famille. Le Matin 13 juil. 2015.
    La femme saoudienne vote, encore un effort et c’est le statut d’être humain. Le Matin 13 déc. 2015.
    Femmes algériennes, pardonnez notre génération. Le Quotidien d’Algérie, Le Quotidien d’Oran et Algérie-Focus, mars 2017

    ET LA PEINE DE MORT : 8 articles dans la presse quotidienne.




    1
  • SID LAKHDAR
    29 mars 2017 at 17 h 48 min - Reply

    Le correcteur automatique est un abruti. Il faut lire « Droit des berberes » pour le blog sur mes articles à propos des berbérophones.




    1
  • djamel
    30 mars 2017 at 0 h 13 min - Reply

    Si j’étais Président de la république, plutôt Général influent, Rebb El dzair, je créerais une centaine de capitalistes, en choisissant les wlid familia connus pour leur esprit d’entreprise, pas les Tahkout, Haddad, Kouninef et tous les hallabas arrivistes et je leur partagerais les milliards de dollars qui reste dans les caisses de l’État algérien avant qu’ils ne soient dilapidés et volés par ce qui reste des khellil, Bouchouareb, Ouyahia…
    C’est la seule solution qui reste pour faire démarrer réellement l’économie algérienne et nous épargner les lamentations des Sid Lakhdar




    4
  • fatma
    30 mars 2017 at 8 h 53 min - Reply

    @SLB
    Bonjour Monsieur,je constate que vous nous rappelez là une longue liste de vos divers articles sur des sujets que j’avoue très intéressants, vous semblez justifier avec cela votre probité intellectuelle et montrer par la même occasion que : «Rebrab n’est qu’une petite chose pour vous».
    Dans tous les différents commentaires, personne me semble-t-il ne s’est montré Irrévérencieux envers vous, ni ne vous a demandé d’encenser Rebrab et encore moins de l’adorer ou de le vénérer, au demeurant personne à ma connaissance ne le considère au dessus des lois. Me concernant, ce qui m’a choqué le plus dans cette affaire, c’est le fait, qu’on ferme les yeux sur tout ce qui se trame aujourd’hui sur le dos du peuple et sur l’avenir de notre pays dans son ensemble, pour se focaliser sur les affaires commerciales d’un entrepreneur qui tout compte fait, et vous le savez bien ont été sciemment et largement médiatisées pour le donner à la vindicte populaire. Non pas pour avoir bénéficié illégalement de passe-droit, ce qui aurait été légitime et louable, mais pour avoir osé dénoncer les blocages récurrents qu’il subit. Normalement vous avez compris tout ce stratagème et vous savez qu’il a déjà fort à faire avec ces loups. Pourquoi alors vous voulez tirer sur l’ambulance, et que représentent «les affaires» dont il aurait bénéficiées comparées aux quelques 800 milliards de dollars volatilisés durant cette dernière décennie ?
    Pour finir, moi je croyais que vous alliez nous donner quelques explications sur la participation du FFS aux prochaines élections législatives, je constate que vous êtes restés mué, comme quoi, il y a des choses qu’il faut dire et d’autres qu’il faut taire.




    1
  • SID LAKHDAR
    30 mars 2017 at 13 h 54 min - Reply

    A Fatma,

    Le FFS, je l’ai quitté depuis très, très longtemps. Seulement, je ne renie pas l’engagement auprès d’Ait-Ahmed, pas un seul instant.
    Cependant je l’ai quitté car je n’ai pas voulu continuer à perdre mon temps avec une ombre, jamais là. Je ne crois déjà pas au grand invisible, je n’allais pas rester avec une légende qui nous faisait prendre des risques sans jamais trancher contre les militaires.

    La participation aux élections, je l’ai critiquée à longueur d’articles, depuis plus de deux décennies. Se présenter aux élections c’est légitimer le régime. Je les plains.
    Mais que voulez-vous, le militantisme honnête coûte et ne rapporte rien. La tentation est humaine.

    Très cordialement




    1
    • Alilou
      31 mars 2017 at 22 h 19 min - Reply

      Au moment où tout le peuple était mobilisé pour le boycott de 2014. Ce pauvre peuple de ghachi attendait que sidi Dalho se prononce sur le parainâge du boycott. Monsieur décidé d’aller voir notre roitelet et il ressort de la avec la bénédiction et décide de cautionner la mascarade. Il a jeunait toute une vie pour rompre son jeun il bouffe une grenuille…same 3ame f’ter 3ala djrana.




      2
    • Alilou
      4 avril 2017 at 14 h 49 min - Reply

      DEVANT 2 000 ÉTUDIANTS À TIZI OUZOU
      “L’Algérie doit permettre aux entrepreneurs d’investir à l’étranger

      Créateur de richesses

      Tous ceux que vous avez dénoncé sont des voleurs de richesses.

      H’dith k’yasse




      1
      • Khalatha tesfa
        4 avril 2017 at 23 h 28 min - Reply

        Bien dit,et c’est dans son propre journal en plus…Comme quoi,on n’est bien servi..Que par soi-même.




        3
  • good mimo
    15 avril 2017 at 10 h 42 min - Reply

    ce que vous avez écrit sur cette personne est très juste et c’est ce que pense la majorité des algériens par contre je ne comprend pas les commentaires acides de la part de certains internautes qui vous agresse avec des mots haineux et qui n’ont rien a voir avec la réalité.
    j’ajouterai que si ces personnes s’identifie a rebrab c’est que le phénomène de la prédation a tué la morale.
    rebrab est une création d’une partie du pouvoir et donc un élément nocif à la communauté.




    4
  • larbi
    18 avril 2017 at 22 h 24 min - Reply

    BRAVO SID LAKHDAR UN EXCELLENT REQUISITOIRE CONTRE CETTE NOMENCLATURA VAMPIRISE QUI SE DELECTE EN SUCANT LE SANG DE SES SUJETS QU’ELLE A AU PREALABLE REDUIT A L ETAT DE MISERE DIEU RECONNAITRA LES SIENS ARRIVERA LE JUGEMENT DERNIER.




    1
  • Congrès du Changement Démocratique