Édition du
22 June 2017

 » le meilleur avocat est celui qui connaît un bon juge qui adore le foin ».

Lettre ouverte à monsieur Tayeb Louh,ministre de la justice,

Monsieur le ministre,

Je fais partie de l’immense majorité des citoyens Algériens qui ne croient pas en l’existence d’une justice,car comme le dit bien l’adage populaire: » celui qui a été mordu une fois par le serpent,finira par prendre peur á la vue d’une corde.

Je n’arrive plus à prendre au sérieux,des déclarations tel que:  » je fais confiance en la justice de mon pays »,car j’estime que le mien a cessé d’en posséder depuis des lustres et fonctionne comme les rares pays de non droit ou la force et la loi de la jungle prévalent.

La balance,symbole de la justice universelle ,celle qu’on regarde sur le fronton de vos palais, est coincée depuis fort longtemps,lestée qu’elle est, par la corruption pandémique qui l’a metastasée ,au point où les victimes ( les justiciables) sont d’avis pour dire: » le meilleur avocat est celui qui connaît un bon juge qui adore le foin ».

Le plaignant qui est généralement la victime a très peu de chance d’obtenir ses droits avec votre justice , si l’adversaire a les bras longs ou les poches bien remplies de foin.

J’ai eu à subir cette injustice algérienne que vous représentez en janvier 2016,et me suis rendu compte qu’un petit juge de province corrompu jusqu’à l’os pouvait au mépris de toutes les lois que vous ne cessez de promulguer ,faire sa propre loi et rendre sa propre justice.

Mon cas est probablement celui de beaucoup de victimes.

j’ai été dépossédé de mon logement par un « ex  » colonel voyou qui avait le gardiennage de mon bien.

Avec la complicité d’un notaire ripoux , exerçant à Constantine du nom de : Fanit, de faux témoins et de faux documents ,cette association de malfaiteurs a procédé à la vente de mon bien alors que je me trouvais á l’étranger.

Apres un dépôt de plainte,la fourniture de preuves irréfutables qu’à cette période je me trouvais en dehors du territoire national ,accompagnées d’un rapport établi et certifié par la DGSN pour confirmer mon absence.

Le juge dénommé El hadi hamdane,de la 5 eme chambre correctionnelle du tribunal de ziadia de Constantine,n’a pas trouvé mieux que de faire fi du document officiel de la sûreté nationale,et appliquer sa propre loi,en rendant un verdict de non lieu.

Evidement ce petit juge corrompu jusqu’à l’os ,qui est une mega star du « cash d’abord  » , a pris le soin de vider tout le dossier de ses pièces à conviction avant sa transmission á la chambre d’accusation de la cour de Constantine devant laquelle j’ai interjeté appel.

Á ce niveau et sans incriminer personne ( à défaut de preuves), le jugement inique a été confirmé,car le dossier a été vidé à mon insu et á celui de mon avocat.

Cette affaire est pendante au niveau de la cour suprême et je ne serai point surpris que vous me répondrez laconiquement que »la justice est indépendante » et que vous lui faite confiance.

il s’agira de votre justice,pas de la mienne,ni celle à laquelle aspire la majorité de nos concitoyens.

Ce que je demande et exige en tant que citoyen est l’ouverture d’une enquête.

Monsieur le ministre,

Les algériens dont je fais partie ne vous demandent rien d’autre que d’être justes et de rendre justice aux victimes.

À défaut ,il nous restera à nous remettre au seigneur des deux mondes dont la justice est immanente.

Rendu là-bas, je ne vous pardonnerai jamais ,ni á votre juge, ni á votre institution car vous auriez été dans ce bas monde l’antithèse de la justice.

Je pense que vous êtes surpris par le caractère austère et direct de cette lettre,qui est dépourvue de formules lénifiantes,du genre  » maali elwazir », monsieur le premier magistrat etc…car je vis depuis plus d’un quart de siècle dans un véritable état de droit,ou la loi est au-dessus de tout le monde et s’applique de la même manière à tous les citoyens,y compris le premier ministre qui devient citoyen,dès lors qu’il quitte son bureau.

J’espère vivre assez vieux pour voir mon pays ressembler au pays de ma résidence.

D.Abdelouahab.


Nombre de lectures : 3135
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Belkacem
    24 mars 2017 at 14 h 48 min - Reply

    Message au frère et compatriote Abdelwahab : Je ne prétends pas lire dans le marc de café, mais, sois certain, votre requête restera lettre morte et, hormis les internautes qui fréquentent cet espace de liberté où ils échangent leurs idées et partagent leurs préoccupations, je ne crois pas que celui qui vous interpellez ou l’un de ses subordonnés prendre la peine de la lire ; quant à recevoir une quelconque réponse, il ne faut surtout pas rêver.
    Parlant en connaissance de cause, j’ai toujours écrit que la culture qui consiste à lire le courrier du citoyen et encore le fait de lui répondre sont deux choses qui n’existent pas dans les us et coutumes de ceux qui sont censés diriger ce pays tout en étant au service de ce peuple qui les as depuis toujours supportés et tolérés tout en endurant les pires injustices et les brimades et autres souffrances morales inqualifiables.
    Ceux qui sont censés être au service du peuple vivent sur une autre planète, ils n’ont cure des problèmes que subissent les Algériens qui peuvent toujours attendre que quelqu’un veuille bien écouter leurs doléances ou partager leurs soucis. Ils – (Tous les responsables, sauf de très rares exceptions)- savent qu’ils sont libres de nous ignorer et de nous mépriser parce qu’ils sont conscients qu’ils n’ont rien à craindre de nous, d’autant plus que nous sommes un peuple soumis et incapable de nous faire respecter.
    Cher frère Abdelwahab, des victimes du système bureaucratique mafieux qui dirige le pays, elles se comptent en centaines de milliers, voire des millions de cas qui ne savent plus vers quelle Zaouïa destiner leurs plaintes, ni à quel Saint s’adresser pour demander Justice. Nonobstant, comme ils refusent de se pencher sur les problèmes des citoyens qui restent leur raison d’être, il ne nous reste qu’à adresser nos plaintes au Maître de l’Univers Qui est Le Seul à pouvoir les rabaisser tout en les damnant.
    Avant de clore mon message, permettez-moi, cher frère et ami Abdelwahab, de te souhaiter beaucoup de courage avec l’espoir qu’un miracle vienne faire en sorte que, exceptionnellement et miraculeusement, quelqu’un, même si ce n’est pas le ministre que vous interpellez, accepte de répondre à votre courrier, c’est mon souhait et j’espère qu’il se réalisera comme pour me prouver que j’ai tort d’être fataliste alors que le pays peut compter sur des personnes encore dignes de respect et de confiance. Bonne Journée. Votre frère Elbordji qui vous souhaite du courage.




    7
    • Abdel Adel
      24 mars 2017 at 21 h 42 min - Reply

      Mon cher ami,

      Merci pour votre commentaire et votre point de vue.mon propos n’est pas de changer le monde,mais simplement de dénoncer l’injustice qui prévaut et dont je suis victime au meme titre que des centaines de milliers de concitoyens.

      le ministre ne m’intéresse point,car c’est sa justice qui á brimé mes droits.

      Faudrait-il se taire quand nous avons à disposition un merveilleux moyen de dénoncer l’injustice,la forfaiture,le crime et l’oppression?

      Nous sommes dans le cas des prêtres pedophiles.

      au nom de la sacro sainte églises catholique,faut-il continuer à cacher les crimes monstrueux de ces apôtres religieux,ou devrait on les jeter en pâture à l’opinion publique pour qu’ils payent leurs crimes?

      Malgré l’énorme scandale planétaire,ces criminels ont été excommuniés de l’église et punis par la justice de leur pays respectif pour des crimes vieux de 20,30 et parfois plus de 40 ans.

      Nous sommes sensés être plus rigoureux en terme de justice,car notre religion nous le recommande et nous l’impose.
      Allah dit de lui même: » ini haramtou adolmo ala nafsi ».pourquoi alors se taire devant l’injustice et les dépassements de quelques crapules?

      C’est ce ministre,son juge corrompu,le notaire escroc ,l’ex colonel voyou ,le faux témoin qui passeront dorénavant de très mauvaises nuits.




      3

    Congrès du Changement Démocratique