Édition du
20 July 2017

Le pouvoir exorbitant du portier.

 

Du temps du socialisme spécifique,de la tarte nationale,du parti unique,de la police politique unique,du pouvoir unique et inique,il me reste en mémoire le souvenir d’un pouvoir exorbitant exercé à toutes les portes des ministères,administrations et autres sociétés par le redoutable portier que nous appelions, son Excellentissimo monsieur le « Planton ».

L’accès à un quelconque,étage,couloir où bureau d’une quelconque officine,pour rencontrer un quelconque rond de cuir afin de postuler à un emploi,régler un contentieux administratif,solliciter un arbitrage ou plus,relevait du parfait parcours du combattant et des douze ( 12) travaux d’asterix.

Le mur à franchir avait un nom,un visage,un pouvoir et pas des moindres.c’était le général major du  » check point « , qui vous faisait subir l’interrogatoire le plus musclé avant de rendre sa sentence qui est notifiée par un simple hochement de la tête.

De haut en bas,veut dire qu’on a accès au sésame de la bureaucratie.de gauche à droite c’est NIET; d’où le recours à la « maarifa »,au piston,aux relais,au téléphone anonyme pour pouvoir être reçu par l’impotent membre de la bureaucratose socialiste qui a droit de vie et de mort sur le commun des mortels.

Les Algériens de l’époque et d’aujourd’hui ( je suppose), disent , qu’il est plus facile d’accéder à un haut responsable que d’obtenir la sympathie du portier qui est aussi planton,chaouch,réceptionniste,factotum,homme à tout faire et surtout un bon Pitt Bull qui exécute sans état d’âme,les ordres donnés par le bureaucrate dont le plaisir est de tout faire pour ne pas faire son travail.

De nos jours,la fonction de portier est très valorisante,car l’homme désigné et commis à la porte est le plus important personnage de la république.il a tellement de pouvoir et de puissance que personne n’ose mettre ou remettre en cause sa parole, car selon les légendes urbaines Il est l’œil,l’oreille,la langue et probablement tous les organes vitaux de l’oracle.

Quand le portier dit, tout est dit.

L’animalerie officielle se met en mouvement et considère la parole du portier comme une volonté divine de l’oracle, vraie et suffisante pour que tous les servants et serviteurs se mettent dans les bonnes grâces du « Aziz. »

Dans un dialogue surréaliste entre un citoyen accusé pour des raisons inconnues et une autorité  » morale et religieuse » du système il est dit:

 » D’abord l’homme libre est supérieur à l’homme lié.S’il s’assied sur le tabouret à côté de la porte et y passe sa vie entière ,c’est de son plein gré.l’histoire ne mentionne aucune contrainte.

Le portier,lui est lié à son poste par sa fonction.Il n’a pas le droit de s’éloigner,et selon toutes les apparences,il n’a pas non plus le droit d’entrer,même s’il le voulait .

En outre,il a beau être au service de la loi ( le pouvoir ),son service se limite à cette entrée et donc á l’homme á qui cette entrée est destinée.C’est aussi pour cette raison qu’il lui est subordonné.

On peut présumer que pendant de nombreuses années,pendant toute une vie d’homme,il n’a d’une certaine façon rempli une fonction vide,car il est dit que c’est un homme qui arrive,donc un homme adulte,ce qui implique que le portier a dû attendre longtemps avant que le but de son existence ne se réalise; c’est à dire aussi longtemps qu’en aura décidé l’arbitraire de l’homme,qui après tout est venu de son plein gré.

Mais la fin de son service aussi est déterminée par la vie de l’homme.Il lui reste donc subordonné jusqu’au bout,et l’accent ne cesse d’être mis sur le fait que le portier ne semble rien savoir de tout cela.

Mais on ne s’y arrête guère,car selon cette opinion,le portier est victime d’une illusion encore plus grave ,qui porte sur la nature de la fonction.

En effet,,á la fin,il parle de l’entrée en disant: « maintenant,je m’en vais et je ferme ».Mais au début il est dit que la porte de la loi ( le pouvoir) est ouverte comme toujours.

Or si elle reste toujours ouverte-toujours c’est à dire quelque soit la longévité de l’homme pour qui elle est faite,alors le portier ne pourra non plus la fermer.

Ici,les opinions divergent ( entre la faune des serviteurs intéressés par la proximité de l’oracle), quand á savoir si le portier en annonçant qu’il va fermer la porte,entend simplement donner une réponse , mettre l’accent sur les devoirs de sa fonction,ou encore plonger l’homme au dernier moment de la tristesse et du repentir.

Mais beaucoup sont d’accord pour dire qu’il ne pourra pas fermer la porte.ils croient qu’au moins á la fin,il est un subordonné à l’homme dans ce qu’il sait,car celui-ci aperçoit la lumière éclatante qui perce l’entrée de la loi ( pouvoir),alors que par définition ,le portier tourne sans doute le dos á l’entrée et ne dit rien qui suggère qu’il ait remarqué le moindre changement.

Voila une bonne démonstration,très solide. Le portier est victime d’une illusion.
Si le portier voit clair,on pourrait en douter,mais si le portier est abusé,alors son illusion doit nécessairement se reporter sur l’homme.

Il est vrai que le portier n’abuse plus personne,mais il est si naïf,qu’on devrait lui retirer sa fonction.

L’illusion dont est victime le portier,ne lui nuit en rien mais elle nuit énormement (mortellement à la société).

Certains prétendent en effet que l’histoire ne donne à personne le droit de juger le portier ( FLN,RND et tous les pensionnaires de la mangeoire).

Quelque soit la façon dont nous le percevons.(selon eux),il reste pas moins qu’un serviteur de la loi( le pouvoir).

Il apparient donc á la loi ( pouvoir); ce qui le soustrait au jugement des hommes.

On ne doit pas non plus croire croire que le portier subordonné à l’homme n’est rien.

Être attaché par sa fonction á l’homme ne serait-ce qu’à l’entrée de la loi( pouvoir),vaut infiniment mieux que de vivre en liberté dans le monde.

L’homme ne fait qu’arriver a loi ( pouvoir); le portier y est déjà.

C’est la loi ( le pouvoir) qui l’a mis à son poste.douter de sa dignité,ce serait douter de la loi ( pouvoir).

On n’est pas d’accord avec cette opinion,car si on se rallie au portier,on est obligé de tenir pour vrai tous les propos du portier.

D’autres diront ,on n’est pas obligé de tout croire; il suffit de l’estimer nécessaire.

Alors c’est ça la triste opinion,où on voit le grand mensonge s’ériger en ordre UNIVERSEL ».

Pour les gens de ma génération,ils devineront facilement que ce texte est de l’inégalable Frantz Kafka dans son roman : le procès.
Adapté à la situation de notre pays ,un siècle après,nous remarquons que Kafka,le grand romancier de l’absurde devra retourner à la maternelle,car il vient d’être dépassé ,distancé et battu à plate couture, par les pensionnaires de la cancrerie nationale.

Dans cet énorme pays,le portier a pris en otage l’homme,pour devenir le véritable chef.

D.Abdel


Nombre de lectures : 1905
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Mohammed
    23 avril 2017 at 0 h 01 min - Reply

    Certains »plantons » décideront même du choix du président de la « république ».
    Je me souviens très bien de cette histoire personnelle comme une anecdote,lors de l’élection de feu Chadli Bendjedid,candidat unique du parti unique,pour son 1er mandat.Quand je m’apprêtai à prendre les bulletins(bleu et blanc du oui et du non)pour me mettre à l’isoloir,et là qu’elle fut ma surprise(à l’époque j’étais jeune étudiant)quand une voix, que je connais bien,celle du planton de la mairie, »un ancien moudjahid » qui surveilla le bureau de vote ce jour là!M’interpella: »eh,ould felane,en m’appelant par le prénom de
    mon père,pour vous dire que l’on était pas sorti du paternalisme,et,en me disant:tu te crois malin-hasseb rouhek étudiant-prends le bulletin du oui et qu’on en finisse!! »
    Evidemment je lui cloua le bec par: »oui étudiant ou yefham fel boulitique!!ya si el wakaf! »




    1
  • Alilou
    2 mai 2017 at 13 h 32 min - Reply

    Ça se résume en un seul paragraphe.

    Le seul pays au monde où un ouvrier rêve de de venir milliardaire sans rien foutue.

    Seul pays au monde où un bouwabe a un total contrôle sur nos vie et….. nos nerfs

    Seul pays au monde où l’echelle des valeur est inexistante

    Seul pays au monde où chaque citoyen (cha3bi) est convaincu de détenir à lui seul la solution de tous les problèmes. …

    Et là liste est longue…..heureusement que Dieu existe.




    1
  • Congrès du Changement Démocratique