Édition du
24 June 2017

LE CAPITALISME DU DÉSASTRE SAUVAGE Il est temps d’agir et de réagir !

 

            

 

 

 

 

 

 

 

La situation contextuelle  nous amène  vers les  mauvais extrêmes dans le domaine économique et social. Alors que certains s’enrichissent d’autres s’appauvrissent  par le biais d’un pouvoir d’achat qui ne cesse de diminuer .La récession, l’inflation et la perte de la valeur de l’argent sont autant les forces du mal économique et leurs concepteurs qui  font barrière à la demande  par une incapacité  financière.

Il y a aussi à ne pas oublier des dépenses imposées qui ne cessent d’augmenter , car on nous dit  que la subvention sur tel ou tel produit de large consommation ne sera plus en mesure d’être supporter par l’état, car les dispositions des règles du FMI insistent sur l’austérité par une suppression des prix administrés qui  céderont la place au prix du marché ou le cout sera loi, l’eau va dans ce cas la  couter encore plus cher, sinon son cout risque de faire  dégrader tout une situation donnée qui se rapporte au cadre de vie  et l’eau ne deviendra moins courante , l’électricité aussi, il y a également  sans oublier  la santé , et peut être même  l’éducation se sont les créneaux porteur de germes de croissance quand le prix est réel sinon ca deviendrait une chose sociale  qui favorise le gaspillage. Le système capitaliste de choc ou du désastre prôné par une politique du laisser faire  qui risque de nous couter bien plus chère quand la rente pétrolière tarie.

Ne faudrait pas aussi oublier le racket fiscal avec une augmentation du taux de TVA, et autres impôts. Les cotisations obligatoires permettent de faire bénéficier une solidarité  qui joue le rôle du ridicule et qui fait vivre la bêtise  au delà de l’absurde.

Par contre  pour les autres catégories de la soit disant  haute société: se sont  les  privilégiés qui bénéficient d’ un zéro impôt( fraudes et évasions fiscales) et peut être même une éventuelle  amnistie fiscale, des crédits illimités et gratuits( effacement du service de la dette), des primes en natures et des plus values  issues de la spéculation bon marché

Un gentil citoyen lambda, ayant un compte ou livret d’épargne  qui lui rapporte 3% si ce n’est pas « H’aram » alors que l’inflation est de 7,5% « H’allal », la consommation de son épargne lui permettra de vivre du salaire d’après  (sans service fait) c’est-à-dire d’un crédit forcé permis par son petit épicier ou autre  avance sur salaire.

La situation alarmante du lambda  « Alge…. Rien »

             Acquérir un logement, un terrain, se marier  coute de plus en plus cher, notre jeunesse peine à trouver un emploi, un terrain ou un logement se situe au niveau du rêve quand l’impossible balaie le contexte actuel dans tout domaine confondu.la révolte du jeune lambda se fait voir dans les divers catastrophiques (drogue-prostitution-alcool-crimes-…..)  De nos quotidiens sans qu’aucun écho de la société ou des responsables ne se fait entendre pour résoudre le problème ou le prendre en charge

Cependant, lorsque vous faite une location pour un appartement, c’est la totalité du revenu qui est mis en jeu  et vous seriez incapable de payer les autres charges et impôts puisque les loyers  croissent plus vite que tout revenus existant.

Pour la pension de retraite, elle n’est pas ajuster avec le pouvoir d’achat. Enfin toutes les dépenses n’arrêtent pas d’augmenter la téléphonie, la taxe d’assainissement, l’énergie….

Par ailleurs la sécurité sociale est  déficitaire, elle    rembourse de moins en moins les soins et les médicaments   alors que le lambda   Algérien passe de plus en plus de temps dans les fils d’attente , ou  encore a vous pliez à des règlements , procédures et lois qui se multiplient à chaque occasion , fait, événement   ou alors à effectuer des démarches administratives  insensé, ou la raison, le bon sens et le droit  laissent la bêtise emprunter la voie de la règle social l’intelligence  ne fait plus partie du contexte , se sont des demandes ridicules qui gaspillent le temps du petit lambda .

Et pendant ce temps là !

                  Les amis des élus, des responsables, des politiques, les hauts placés les « si Flen »…. Mènent la vie  douce  et sans  trop de soucis.

Devant cet état de fait, les medias disent au grand public  que ce n’est pas normal, ce n’est pas légal, ce n’est pas conforme, ce n’est pas juste,  on en parle  de cela dans les cafés, dans les bains maures, dans les souks,  dans les administrations, dans la ou il ya un espace pour discuter un peu librement. Pour ceux qui se sont accaparés du patrimoine  public et se disent des promoteurs privés   ils vous rétorquent  que tout va bien, la croissance  et la stabilité vont bien tant que le prix du pétrole permet de sauvegarder la paix sociale, autrement le système financier ( crédits gratuits) , monétaire( Ech kara maamra be drahem) , économique( privatisation-bradage)) et social( nouvelle classe de faux bourgeois) se font les yeux doux pour un temps mais  pas pour longtemps car tous les proches de ces trois   pouvoirs et  peut être plus  se font enrichir de plus en plus et le lambda s’appauvrit de plus en plus .

Les citoyens qui travaillent dur, épargnent et paient leurs impôts,  veulent vivre   avec une retraite convenable et peut être même laissé à leurs enfants  un petit capital  qui les aidera à avoir une vie plus ou moins acceptable pour ne pas dire normal. L’algérien moyen  comme disent  les petits bourgeois   avec tant d’irrévérence, ce lambda algérien est la première victime de ce grand travestissement  du système de ce contexte social

Reprenez le pouvoir et l’espoir

De toute évidence, devant cet état de fait  la solution ne viendra surement pas de nos politiques ceux du pouvoir et des partis confondus qui sont plutôt  à la source  du problème économique  financier et monétaire. En effet, il existe des plans de protection et de sauvetage  que les hommes du savoir possèdent l’art, la culture, la philosophie, l’aptitude et la science. Ces lumières  permettent au moins  de nous faire   retrouver en toute transparence  la sécurité,  l’indépendance, la croissance et la richesse  et c’est a ce niveau qu’il faut agir  pour retrouver le cadre de vie adéquat dans un nouveau contexte de vie  ou règne l’emploi, la liberté et la dignité…

 BENALLAL MOHAMED


Nombre de lectures : 2825
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Allouche
    10 mai 2017 at 9 h 40 min - Reply

    Faut d’abord laisser la porte ouverte à ces hommes de savoir pour voir la lumière éclairer cette transparence




    1
  • Rachid Benchikh
    10 mai 2017 at 10 h 35 min - Reply

    On ne peut pas,avoir axer à un changement crédible à l’absence d’une autorité Religieuse dans son vrai sens Authentique et Bien Evidemment pas celui du wahhabisme,salafisme




    1
  • water water
    11 mai 2017 at 17 h 08 min - Reply

    L’argent est une dette, une dette est de l’argent

    Créer de l’argent à partir de rien (la dette) et demander au gens de la rembourser par un travail (une valeur) ce qui revient à dire

    « Créer une valeur à partir de rien »

    Seul dieu peut créer quelque chose de valeur à partir de rien.




    1
  • Nordine
    11 mai 2017 at 17 h 36 min - Reply

    une des niches les plus sauvegardées et protégées comme jamais, qui rapporte beaucoup de dinars
    la vente d’alcool ……….
    se sont des centaines de milliards par en qu’engrange le pays dans cette filière !!!
    les debit de boissons qui n’ont pas fermés sur la place d’Alger, c’est qu’ils ont casqués GROS pour restés ouvert !!!!!!!!!!!
    le plus scandaleux c’est qu’ils font d’énormes bénéfices et qu’ils truandent à mort le trésor public dans leurs déclaration alors que le pays est en FAILLITE ????????
    je parle en particulier des bars d’Alger centre …………….




    0
  • Yassine
    13 juin 2017 at 10 h 38 min - Reply

    Tout cela a ete fait avec le consentement total des alge rien(s) ! Je vous lis , et j’ai l’impression que c’est la faute des Azteques !

    Les algeriens ont tout simplement cree un monde a leur image y compris les chikayates !




    0
  • Congrès du Changement Démocratique