Édition du
21 November 2017

Bouteflika, la pègre, le désordre interne, le pouvoir occulte. …: une véritable tchektchouka difficile à avaler.

Gouvernance, réformes, sécurité: Confessions d’un haut responsable

par Ghania Oukazi

Le Quotidien d’Oran
06/11/17

«Notre influence baisse en raison de la faiblesse physique du président, de la chute du cours du pétrole, parce que l’Algérie est ciblée parce qu’on veut lui faire payer sa stabilité et ses positions politiques. En premier, s’impose à nous l’impératif d’assainir notre pays de la pègre qui le ronge.»

Les propos sont d’un haut responsable lors d’une discussion à bâtons rompus sur l’Algérie. Haut responsable dont les inquiétudes sont grandes au regard des évolutions que connaissent le monde en général et la région en particulier, ainsi que des visées sur l’Algérie «mais surtout de son désordre interne sur tous les plans.» Le satellite récemment installé par le Maroc en Guyane française ne constitue pas à ses yeux, véritablement un danger «d’espionnage sur nos territoires, Google a fait mieux depuis longtemps, on peut voir tout ce qu’on veut,» dit-il en souriant. La réunion, il y a quelques jours, des membres du Conseil de sécurité sous la présidence de Bouteflika (et non avec Ouyahia seulement comme annoncé dans ces colonnes) était justement, selon lui, pour faire le point sur toutes ces questions.

Pour sa part, il préfère pointer du doigt les problèmes «qui nous accablent au plan interne. » Rompu à la chose militaire et politique, notre interlocuteur aime la précision. «Le prix du pétrole a dépassé ces derniers jours, les 60 dollars le baril ; s’il se maintient à ce niveau, l’Algérie rentrera dans ses comptes, reconstruira ses équilibres et pourra relancer ses investissements, » dit-il. «La faiblesse physique du président de la République nous a certes fragilisés, mais elle ne doit pas inquiéter outre mesure parce qu’il faut savoir et admettre que Bouteflika est un cérébral, il agit sur le structural, c’est un homme d’Etat contrairement à certains de ses pairs africains qui sont là juste pour servir des loges maçonniques de l’Occident, et tant qu’il est là, il est le garant de la stabilité, mais s’il manque de fermeté, il a bien sûr ses raisons,» pense-t-il.

« Bouteflika manque de fermeté »

Ce responsable souligne que «ce manque de fermeté est pour éviter la violence à ce pays, il veut agir avec tact même si ça lui prend énormément de temps, il veut que son départ se fasse d’une façon paisible mais s’il part sans alternative, ce serait très grave pour le pays.»

Notre interlocuteur rappelle que «Bouteflika a hérité de situations complexes et compliquées en tous points de vue, elles se sont certes corsées encore plus non pas parce qu’il a failli mais le pouvoir occulte, -celui des officines- qui agissait en toute impunité-, et -continue en underground- a laissé le pays pris à la gorge, parce qu’il l’a laissé entre les mains d’une bande de pillards qui commandent les grandes filières d’importation et soudoient à grande échelle les administrations, un pouvoir de l’ombre qui a verrouillé ce système pourri sur des bases ethniques, régionalistes et claniques, ses réseaux détiennent l’argent, c’est la plus grande menace interne qui fragilise tous les équilibres quelle que soit leur consistance.»

Le choix des hommes «très mal fait » est aux yeux de ce haut responsable un drame qui a détruit le pays. «Face à cette prise en otage de l’Algérie, comme déjà dit, le président a voulu faire avec tact, c’est sa vertu, il a pensé faire sortir tous les incompétents, les corrupteurs et les corrompus à la lumière du jour pour qu’ils soient définitivement grillés, il faut des hommes politiques racés pour saisir la portée de ce qui a été fait, s’il y a une bonne alternative, la construction de la 2ème République se fera sur des bases saines, parce que s’il y a de nouveaux dirigeants, on ne peut penser qu’ils se permettront de travailler (encore) avec cette pègre.»

Le pouvoir de l’ombre et la bande de pillards

Pour l’heure, il pense qu’ «on est fragile par nous même, nous avons des responsables importants ou qu’ils l’ont été – de connivence avec la bande de pillards- qui sont nuisibles pour le pays, ils sont pour faire du mal, pour détruire. »

L’on est d’autant plus fragile quand on sait, dit-il, que «l’Algérie est ciblée par des officines étrangères, c’est affiché depuis longtemps, elle fait partie du monde arabo-musulman qui doit être émietté selon leurs stratèges, le GMO (le Grand Moyen-Orient) n’est pas une simple vue de l’esprit, l’Algérie est bien en vue sur cet échiquier, elle doit payer ses positions constantes et irréversibles en faveur de la Palestine, du Sahara Occidental et des causes justes dans le monde, ce qui se passe en Libye et dans la bande sahélo-sahélienne n’a rien de fortuit, sa stabilité dérange, le satellite marocain est venu en complément, il doit les servir à certains niveaux.»

Il estime qu’on a failli, dit-il, dans notre éloignement de la construction du Grand Maghreb. « On devrait s’allier au Maroc et à la Tunisie le plus tôt possible, il y va de notre avenir, de notre stabilité, de celle de notre région voire de sa survie, les propos tenus par Messahel n’ont absolument rien changé à cette réalité», estime-t-il. Propos qui, juge-t-il, ont été prononcés «sur le ton de la colère, mais Messahel est d’une grande intelligence, il est brillant, il a côtoyé et suivi des esprits de grande lucidité, ce qu’il a dit, c’est une goutte dans une mer déjà agitée et affolée par les propos injurieux que tiennent depuis longtemps divers milieux marocains vis-à-vis de l’Algérie. »

Les changements à prévoir

Il continue sur sa lancée et affirme que « Chakib Khelil est un fils de famille, fils de savants, c’est connu, on sait d’où il vient, il n’a pas le profil d’escroc comme ont voulu faire croire des pouvoirs occultes.» Ouyahia sert, selon lui, les hommes en place «il s’adapte à toutes les situations. » L’enjeu le plus pressant pour «les clans», ce sont, à ses yeux, les élections communales et de wilayas. «Ceux qui veulent préparer l’élection présidentielle de 2019, veulent accaparer les communes, ce sont l’instrument idéal pour la gagner, » estime-t-il. Il reconnaît que « ceux qui affichent déjà des ambitions ou qui les laissent deviner et même ceux qui restent tapis dans l’ombre, c’est leur droit absolu, c’est tout à fait légitime. » Il se demande par ailleurs, «pourquoi on avance tous les noms de ceux qui peuvent prétendre à la présidentielle mais dès que le nom de Saïd Bouteflika est prononcé, on pense au complot et on parle d’oligarchie, pourtant il est jeune, c’est un universitaire (…) et la Constitution lui permet d’être candidat (…). » Il estime qu’«il faut cependant, admettre qu’aucun d’entre eux n’est un enfant de cœur, mais pour sauver le pays, il faut placer le travail avec les compétences comme un impératif de premier ordre. Il y en a, il faut juste leur donner le pouvoir de diriger, de prendre des initiatives et aussi leur imposer le devoir de rendre des comptes, c’est ce qui a manqué le plus à l’Algérie. » Notre interlocuteur pense que «si on veut s’en sortir, il faut qu’on fasse, en premier, notre aveu d’échec, il faut commencer par reconstruire l’école (…). »

Le haut responsable s’attend à de grands changements au sein de la haute administration, «peut-être après les élections du 23 novembre prochain, un mouvement des walis, un grand mouvement des ambassadeurs qui est déjà prêt depuis quelque temps (…). » Pour lui, «les changements qui devront (en principe) être opérés dans les prochaines semaines ou les premiers mois de 2018 seront décisifs pour la présidentielle de 2019, ils toucheront le gouvernement, les chefs des grands partis et bien d’autres institutions, ceci bien sûr, si Bouteflika rempile par un 5ème mandat (un premier par rapport à la Constitution de 2016), ou alors il choisit lui-même son successeur ; si ce n’est ni le premier ni le deuxième cas, l’armée ne laissera pas faire, elle se (re)mettra au devant de la scène…. »


Nombre de lectures : 4607
15 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Amir
    6 novembre 2017 at 17 h 16 min - Reply

    Encore un chiate




    10
    • Si Salah
      6 novembre 2017 at 23 h 16 min - Reply

      Pire que cela: c’est un chiate anonyme. En d’autres termes: ichiyat men guelbou….




      9
  • محمد الصغير بن سليمان
    6 novembre 2017 at 17 h 24 min - Reply

    Que pensons nous de l’exemple saoudien ces derniers jours … la lame de fond pourra se précipiter pour atteindre rapidement le FAR WEST arabe et ce avec la bénédiction occidentale!




    7
  • Kerkoub Ali
    6 novembre 2017 at 19 h 02 min - Reply

    Merci le quotidien de faire parler un haut responsable algerien. Tout ce qu’il a dit est edifiant et se passe de commentaire, lequel serait polemique et sans interet. Peut etre deviendrait-il l’un des responsables de la campagne du candidat qui se presente pour la premiere fois depuis 2016…grosse enigme du pur jus. Avis sans mechancete. A+




    2
  • Si Tchad
    6 novembre 2017 at 19 h 44 min - Reply

    Et contre tout bon sens, le bonhomme pense dire des choses intelligentes!
    Ya si le « haut responsable », descend stp de là-haut, tu n’y a rien à faire.
    Et si tu déménageais dans le néant? Promis que tu t’y sentiras chez toi…




    9
  • Hocine
    6 novembre 2017 at 21 h 20 min - Reply

    grand salut à toi et aux agréables personnes !




    0
  • Dria
    6 novembre 2017 at 21 h 49 min - Reply

    Du tact oui ils ont du tact et des visages intactes, sans scrupules, ils n’ont pas froid aux yeux,ils osent parler sans aucunes gênes sans aucun remords, ils sont beaux ils sont gentille comme le doux Khalil, rire de nos malheurs à en mourir ou pleurer pour rester en vie, les invisibles du cabinet noir apparaissent dans des confessions de haut responsables, on parle enfin aux noms de la muette et de l’aphasique, on aperçoit une feuille de route, taisez vous de grâce et sachez que la parole reviendra au peuple et il finira par trancher et dira son mot… c’est à votre tour de cogiter et de planifier implanifiable, le peuple a compris , si on se tait c’est comme le « SILENCE on tourne » , en bon spectateur on scrute tous les scénarios que vous pourrez produire , mais on attend le plus important celui de votre disparition qui arrive à échéances, les prémices sont la , les prodromes ont commencé depuis le 4 éme mandat alors rever d’un 5 une belle prémonition




    5
  • Larbi Anti-Impunite’
    6 novembre 2017 at 21 h 54 min - Reply

    Ce haut responsable melange inpunite’, pouvoir occulte, mafia, pegre qui ronge le pays, un president qui ne fait rien car il ne peut pas bouger physiquement, meme lorsque cet president etait valide mentalement et physiquement n’a aucune fermete’ dans ses actions.

    Donc! c’est un president de la Republique Algerienne Democratique et Populaire qui est inconscient, insouciant, incapable, sans projets, sans idees, sans aucune potentialite’ ni idealisme. Un opportuniste comme ceux qui etaient et sont autour de lui, tel le Ouyahia qui est decris comme un cameleon ou un pouple qui change de couleurs et de formes avec les situations du lieu de crimes.

    Rien sur le peuple, la jeunesse, la justice, les crimes contre l’humanite’ des generaux tel Nezar, Toufik, Touati, etc qui narguent les parents des victimes, ces criminels et crimes impunis qui sont la malediction qui frappe l’algerie et son peuple.




    13
  • Djilla R.
    6 novembre 2017 at 22 h 49 min - Reply

    Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’abattre. Peut être que,cet interlocuteur de haut rang rompu avec précision à la chose militaire et politique ,selon la journaliste,n’est qu’un général ghediri en puissance que certains parmi les intervenants surLQA l’ont encensé de toutes les éloges.




    6
    • Dria
      7 novembre 2017 at 18 h 31 min - Reply

      Que ce soit Ghediri ou un autre, celui qui fait les éloges à Khalil et essaye de le dédouaner et de lui octroyer une virginité, celui qui essaye de justifier l’absence du président et celui qui nous fait passer le président pour un Cérébral, alors que c’est un aphasique victime d’un Accident Vasculaire Cérébral.

      Pour moi ce haut responsable n’a aucune crédibilité,et n’est qu’une marionnette aux mains du cabinet noir, qui veulent perdurer le noir… et entre nous pourquoi garder l’anonymat de haut responsable quand on pense au bien être de l’Algérie

      Basta Barakat yaw AHECHMOU ca ne peut plus durer…




      8
  • lyes Laribi
    7 novembre 2017 at 10 h 37 min - Reply

    Qui c’est ??? Peut être on ne parle pas du même Khalil!!! Voici messieurs les mafieux, ceux qui considèrent que l’Algérie est leurs butin de guerre un documentaire fait par la télévision québécoise sur votre poulain. Un poulain conçu pour continuer à détruire le pays (gaz de schiste) et de vous permettre à remplir plus vos proches. Un pays où toute son intelligentsia fuit. Certes devant une telle médiocrité, Khalil est prophète. Au pays des 40 voleurs, Ali baba est chef.
    https://youtu.be/5U1Gxj4ORWU




    10
  • tarak
    7 novembre 2017 at 23 h 54 min - Reply

    BonsoirM. le haut responsable affirme que notre ministre du terrorisme est :
     »Messahel est d’une grande intelligence, il est brillant, il a côtoyé et suivi des esprits de grande lucidité ». Mais sa dernière sortie contre les pays voisins ne montre pas cette intelligence et cette briance au contraire d’un niveau trés trés bas à faire honte aux algériens.
    Plus chiate que moi je te tue.




    3
  • djamel
    8 novembre 2017 at 7 h 11 min - Reply

    D’abord de manière anonyme ce qui ajoute de la complexité à une situation déjà très complexe, ensuite il dit que Bouteflika a fait sortir la pègre au grand jour alors qu’en fait il lui a remis les règnes du pays.il parle de grands changements au sein de l’administration, entreprises publiques, chefs de partis, mais ces changements ont été déjà annoncé par le sg du fln le jour de son intronisation à la tête du parti et depuis rien sinon l’accentuation de la déliquescence. Sur le terrain la corruption n’épargne plus aucun secteur de l’administration à l’école en passant par les entreprises, la justice etc si M. Bouteflika avait hérité d’une situation difficile au train où vont les choses il risque de ne rien laisser à son successeur sinon Allah yester.




    3
  • aziz
    8 novembre 2017 at 9 h 43 min - Reply

    Tout court, dans le monde entier et même par définition y a pas de développement sans démocratie. Dans le monde il n’existe aucun pays dictateur développé , ça c’est une règle. la Russie et la chine ne sont pas des pays développés, ils développent des choses au détriment de l’essentiel et de l’être humain.




    0
  • khalid
    11 novembre 2017 at 21 h 47 min - Reply

    C’est vraiment marrant le niveau de la teneur des propos de l’interviewé; on dirait une parlotte de bistrot.Il veut faire la promotion, manière solde de fin d’année, du clan P.Aucun recul historique pour voir la qualité de déploiement des différents mandats de l’actuel présidence, et le ciblage des responsabilités directes ou indirectes ayant amené à cette situation autant ubuesque que triste,que nous vivons aujourd’hui. Aucun secteur d’activité n’est sorti indemne de ce naufrage, hormis peut-être, l’ANP. C’est le constat d’un diagnostic de management à prégnance du pathologique, qui régente aujourd’hui le fonctionnement de la grande majorité des entités et institutions en charge des affaires publiques.L’impact sur le mental de la population est visible, bien qu’elle soit patiente de par l’expérience répétée de résilience collective devant l’adversité subie par une mal-gouvernance qui n’a que trop duré.




    1
  • Congrès du Changement Démocratique