Édition du
13 December 2018

Ni Liberté ni État! De Abane et Abbas à Ouyahia et Ould Abbès.

Par F. Boumala

L’assassinat politique dans l’histoire de l’Algérie contemporaine ne s’est pas limitée aux exécutions de figures pensantes ou d’opposition durant la guerre de libération ou après l’indépendance confisquée. Elle s’est transformée, dans l’esprit et l’âme, en contre-révolution puis en projet politique antinomique avec les valeurs de la Liberté et de l’État de droit.
Mentalement aliénés, despotiques et rentiers, les pouvoirs qui se sont succédé ont fini par s’approprier, tels des suzerains et vassaux, le pays avec ses richesses et….ses « masses populaires ».
Toute résistance à ce diktat a, toujours, justifié le recours à la violence: assassinats individuels et massacres collectifs.
Au-delà des liquidations physiques de personnalités telles que Abane, Khemisti, Chaabani, Khider, Krim, Mecili, Boudiaf, Merbah, Hachani et bien d’autres figures intellectuelles,artistiques et journalistiques, toutes les violences de groupes ou sociétales, en majorité, trouvent leur origine, directement ou indirectement, au sein du pouvoir sécuritaro-militaro-politico-financier.
Ce qui nous conduit à la phase actuelle de déliquescence généralisée et de préparation, comme dans les stratégies de guerre, à une autre « main-basse » sur le pays par l’alliance d’un triptyque de »Jannissarisation » de l’Algérie dite Ottomane: Pouvoir militaire, encadrement politico-financier et atomisation par la néo- SAS de toute l’organisation sociale.
Le pouvoir de Bouteflika, en fin de compte, n’est que l’achèvement de ce « projet » mis en place depuis les années cinquante du siècle dernier.
De l’assassinat politique, nous sommes passés à une politique d’assassinat de tout un pays.
Notre enjeu véritable aujourd’hui est d’arrêter cette machine de destruction massive tout en protégeant l’Algérie dans son intégrité territoriale et populaire.


Nombre de lectures : 5407
20 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Hocine
    28 décembre 2017 at 22 h 43 min - Reply

    mais aussi il faut (que certaines personnes) cessent de faire n’importe quoi. Un pays a une seule langue nationale. L’Algérie c’est la langue Arabe et point final. Les autres langues sont des dialectes de tribus à commencer par l’amazight ou je ne sais quoi et venus d’ailleurs Etc. Etc. ! Il est simple de nos jours que femmes et hommes sans exception qui se disent algériennes et algériens comprennent qu’ils sont sont d’Algérie et qu’ils soient soufis, mzab, sahraoui, constantinois; chaouis, oranais, alégérois Etc. sont tous le même sang! L’Algérie est un grand pays devenu indépendant et il est indivisible et de dignité, de respect, de liberté et de démocratie! Il faut voir les choses en face et dans cette perspective, dans ce bon sens. celles – ceux qui aiment l’Algérie indépendante, démocratique et de dignité, ne doivent et en aucun cas détourner de l’argent ou causer le moindre préjudice à des algériennes – algériens etc. !




    6
    • youcef
      29 décembre 2017 at 20 h 05 min - Reply

      « il faut (que certaines personnes) cessent de faire n’importe quoi. Un pays a une seule langue nationale. L’Algérie c’est la langue Arabe et point final ». Vous êtes qui cher ami pour nous imposer votre point de vue, surtout que vous dites point à la ligne, si non quoi ? Vous allez tuez tous ceux qui ne sont pas de votre avis ? Ce discours raciste du parti unique est mort et vous devez vous le mettre dans la tète, c’est vous qui dites n’importe quoi, je peux moi aussi vous dire que la langue de l’Algérie c’est Tamazight point à la ligne et l’arabe est venue d’ailleurs plus exactement d’Arabie, alors qu’en dites-vous cher compatriote Algérien ?




      27
    • AFRIMAN
      30 décembre 2017 at 15 h 22 min - Reply

      La politique de l’autruche qui consiste à éluder les questions de fonds pour endormir les Algériens à coups de slogans creux ne trompe personne. La situation que décrivent, avec le recul nécessaire, les organismes occidentaux est claire, lucide et rationnelle. L’Algérie n’est pas à l’abri d’un effondrement. Le pays repose sur deux piliers:la force des baïonnettes et la rente pétrolière. Il y a deux alternatives qui s’offrent au pays. La rupture avec la dictature déguisée en démocratie ou l’implosion. Pour ma part j’exclue la première hypothèse car l’Algérie a été vaccinée contre la démocratie par le système en place, par le biais de l’arabisation/salafisation de la société. Il est impossible d’instaurer la démocratie en Algérie à moins de trouver un Atatürk algérien, option à écarter totalement. Les hommes de la trempe d’Atatürk ne courent pas les rues en Algérie. Si l’Algérie ne sombre pas dans l’instabilité, elle restera condamnée pour longtemps, à être ballottée entre le képi ou le qamis (la peste ou le choléra) ou les deux à la fois. La démocratie est surtout une affaire de culture démocratique, une denrée très rare en Algérie. Ceux qui rêvent d’une Algérie démocratique rêvent debout !!! L’Algérie sera démocratique quand les poules auront…des dents !




      14
  • Matouk
    29 décembre 2017 at 1 h 26 min - Reply

    Toutes les analyses faites sur le système de gouvernance en Algérie aboutissent au même constat. Le problème est donc bien connu sauf qu’aucune solution ne semble émerger pour sauver le pays.




    3
  • Dria
    29 décembre 2017 at 9 h 13 min - Reply

    Comment procéder pour arrêter ce massacre?
    -sans faire payer un lourd tribu au peuple
    -arrêter les responsables connues, les juger et récupérer les biens mal acquis
    -se protéger des opprtunistes qui n’attendent que ça, pour profiter du changement et prendre les rênes du pouvoir comme le fit le groupe d’Oudjda.

    Si vous garantissez ces trois variables arrêter la machine sera un jeu d’enfants, sinon il faut un sacrifice d’adulte ,or il n’ya pas encore ce genre d’hommes ni ici ni ailleurs ,alors autant vivre sa vie et ignorer les autres ou soit penser aux autres sans rien faire ,une façon de se dire souffre et tais toi …




    6
  • bihmen
    29 décembre 2017 at 13 h 22 min - Reply

    Pour sauver l’Algérie il faut au préalable sauver l’Algérien de lui même, de son fatalisme, de son indifférence, de son égoïsme, de ses démons internes, de sa servitude, de son ego démesuré et disproportionné, de ses lâchetés, de sa fuite en avant, de sa résignation face aux défis, de sa soumission aux gourous en tous genres, de ses bêtises, de ses incohérences, de son reniement de soi, de son irresponsabilité, de son inconscience, de son ignorance de tous ce qui devraient constituer sa véritable entité. De quoi parle t-on si ce n’est d’une masse populaire non identifiée qui n’a de commun qu’un territoire géographiquement délimité appelé présentement Algérie. Une masse dont les différents composants sont non seulement éparpillés dans l’espace mais surtout déconnectés et isolés les uns des autres et pire, utilisés les uns contre les autres. Tout ensemble uni et harmonieux suppose de la cohérence qui elle même est le résultat d’une interrelation qui ne souffre aucune sinon peu de confusion. Parler de sauver l’Algérie revient à vouloir s’occuper d’un corps humain dépourvu d’âme. Or l’âme d’un pays, d’une nation c’est le peuple qui le constitue. D’où la nécessité de définir ce qu’est être Algérien avant de prétendre parler d’une nation Algérienne chimérique. En cela, Ferhat ABBAS, en grand visionnaire, intellectuel et patriote qu’il était avait raison de remettre en cause l’existence d’une nation Algérienne. En effet, depuis, au moins,le moyen âge à ce jour, l’Algérie n’a de cesse d’être occupée, colonisée ou asservie et ce, à commencer par l’ex empire Ottoman, puis par les Européens et actuellement de manière sournoise par une idéologie foncièrement anti-« Algérienne » que représente l’Arabo-islamisme. Une élite qui croit se soucier de l’avenir de son pays ne peut se contenter de botter à chaque fois en touche en occultant sciemment ou inconsciemment les vrais sujets de discussions aussi encombrants puissent-ils être. Une élite qui ne défonce pas les tabous ou les faux tabous, qui ne désacralise pas les dogmes ou les faux dogmes imposés, une élite qui ne dérange pas ou qui ne bouscule pas les consciences ne fera que tourner en rond, perdre son temps et induire tout le monde en erreur. La formation et l’union d’un peuple se fait autour de valeurs communes autour desquelles s’articulent les forces émanant de ce peuple et en lesquelles se reconnaissent toutes ses composantes. Or, force est de constater que l’individu dit Algérien n’a même pas le statut de citoyen au sens universellement compris et admis, il n’est qu’un simple sujet entre les mains de gourous qui veillent jalousement à assurer son aliénation mental avant de prendre définitivement possession de son entité. A moins d’user d’une force brutale, sinon peut-on sauver quelqu’un contre son propre gré. Les forces du mal en Algérie ont accompli, depuis au moins 1962, un effort de titans pour anéantir « l’Algérien » à tel point que se pose aujopurd’hui la question de savoir si on peut sauver l’Algérien contre lui-même avant de le remettre sur la voie de son salut, du moins temporel.




    13
    • Dria
      29 décembre 2017 at 20 h 50 min - Reply

      Êtes vous Algérien cher bihmen? si oui donc vous faîte partie de la masse,vous venez de vous décrire, je vous laisse relire vôtre écrit, et à vous d’en juger cher compatriote, si vous n’êtes pas algérien comment vous pouvez écrire sur ce peuple atypique…
      Dans les deux cas vous ne facilité la tâche ni à l’élite ni au pauvre peuple,

      Malheureusement,il y a 40 millions de gouroux, et aucun combat ne vaut la chandelle pour le moment, en attendant la rupture de l’équilibre de notre chaos si bien organisé.

      Le changement aura lieu malgré nous, esperons que ce ne sera pas pour le pire ..




      4
  • Hamid Belaïd
    29 décembre 2017 at 17 h 38 min - Reply

    Cher compatriote @Hocine !

    1/- D’abord permettez moi de vous dire que je ne sais pas si vous vivez en Algérie ou …sur la lune en nous parlant d’une Algérie comme d’un grand pays de dignité, de respect, de liberté et de démocratie! Où avez-vous constaté ou remarqué cela ? Pour ma part, ce n’est pas pour être pessimiste,mais je n’ai pas encore rencontré cette Algérie-là et ce depuis 1962.

    2/- Il faut se rendre à l’évidence que la question Tamazight n’est rien qu’autre qu’une question politique, une question de démocratie et un combat légitime pour la reconnaissance par le pouvoir politique de cette langue et cette culture comme élément légitime de l’identité algérienne amazigh, arabe et musulmane ! Il faut vous habituer à ce langage, à ce concept.

    3/- Les militants berbéristes ne veulent nullement substituer le berbère à l’arabe,ne veulent pas remplacer l’arabe par le berbère. Ils n’ont jamais revendiquer cela, ils n’ont jamais dit qu’ils refusaient l’utilisation de la langue arabe en Algérie ou vouloir effacer ou éradiquer la langue arabe. Cà n’a jamais été leur objectif.

    4/- Par ailleurs, ces militants berbéristes sont conscients que ce n’est pas le Tamazigh qui va permettre à l’Algérie d’aller sur la lune. Ils n’ont pas cette prétention. Ils savent d’ailleurs que même l’arabe est peut-être à un niveau un peu plus haut mais n’a pas encore atteint ce stade « lunaire » malgré les énormes moyens financiers, matériels et humais déployés depuis 1962. Ente parenthèse, il est dommage de constater que la politique d’arabisation menée dans la précipitation au son des tambours et des fanfares ne s’est pas moderniser et n’a pas tellement évoluer sur le plan technique et scientifique alors qu’elle a atteint un stade de généralisation totale dans le pays (enseignement, école, université, administration, armée, justice, institution étatique etc… etc…). C’est bien beau le monolinguisme mais bonjour les dégâts, surtout que bon nombre de nos frères algériens continuent à croire (peut-être ont-ils raison ??) que la langue arabe est la solution idoine, la seule solution à tous les problèmes de l’Algérie car c’est la langue de Dieu et du Coran.Moi,je veux bien, çà ne me dérange pas, mais il faut le prouver sur le terrain !

    5/- Donc, restons tous modestes et faisons en sorte que tous les ALGÉRIENS aiment TOUS ENSEMBLE l’ALGERIE, retrouve leur patriotisme, vivent dans la liberté,la solidarité, le respect , la paix et la tolérance !C’est là le plus important.




    19
  • Rezki Djerroudi
    30 décembre 2017 at 2 h 57 min - Reply

    Monsieur Hocine je vous invite à méditer cette mise au point en réaction à votre propos au sujet de la revendication de l’identité Amazigh.
    « Qui aime la vérité a le courage de la regarder en face ». Citation de Sacha Guitry dans Monsieur Prudhomme a-t-il vécu (1931). Bien évidemment, se reconnaitre soi-même c’est se défaire de ses errements désobligeant à l’égard de Tamazight et de tout ce qui la caractérise. Maintenant que les leviers de l’ostracisme sont brisés, nous pouvons sans honte ni passion avoir le courage de regarder enfin la vérité dans les yeux.
    Face à l’extrémisme qui colle comme une sangsue à la peau de celui qui se défend becs et ongles pour crier haut et fort son appartenance à la souche des béni Hilal, nous ne pouvons que tolérer celui au contraire qui nous renvoie à la face l’image d’un autochtone brave, fougueux et plein de courage.
    On ne peut malheureusement pas contraindre celui qui tente de vous empêcher de vous concilier avec soi-même, au motif fallacieux que le sentier que vous voulez emprunter est tortueux et rempli d’embûches.
    La reconnaissance d’un fait identitaire n’est pas seulement un devoir mais un droit que tout un chacun se doit d’accomplir car il appartient à tout algérien de se le revendiquer.
    Au-là de tamazight comme il a été assez bien explicité dans d’autres articles la consacrant, il ya des us, des traditions érigées sous forme de principes sociaux économiques régissant la vie en communauté et la manière du vivre ensemble. Cette forme d’organisation sociale n’a rien à envier à celles décrite dans les livres de sociologie en Occident. Reconnaitre l’amazighité de l’Algérie n’est pas s’opposer à l’existence de l’arabité. Rien que ça. Cordialement.




    11
  • cherif
    30 décembre 2017 at 7 h 58 min - Reply

    La solution en algerie est sous lesmains de ces enfants et comment?

    – Tous d’abord que chaque algerien prends consience qu’il a qu un seul pays et qu’il faut la proteger, cette algerie n’appartient surtout pas au Moujahidine, ni leurs fils ni au FLN ni au militaires, a chacun de nous un part de responsabilité

    – Ayant confiance, on s’inspirons de notre histoire millénaire, tirant les lecons du passé
    _ Éloignons nous des faux problèmes tel qu’ils sont ( surtout ce foutu faux probleme de cette dialecte qui s’appel Kabyle qu on veut la rendre une langue coute que coute )

    – et surtout planifions nous une vraie révolution en douceur pour ecarter les responsable de cette crises qui dure depuis 62 avant de les juger plus-tard

    Voila ma contribution et plus depropositions plustard




    6
    • Hamid Belaïd
      30 décembre 2017 at 11 h 34 min - Reply

      Khouya @cherif, tu te veux pacifiste, tu veux apaiser les choses mais tu ne rends pas compte que tu aggraves le schmilblick en pointant du doigt « ce foutu faux problème de dialecte kabyle qu’on veut rendre une langue coûte que coûte » ! Par ta sentence, tu détruis ainsi toutes les bonnes volontés pacifiques qui veulent que la question amazigh trouve définitivement sa solution politique dans notre pays pour passer à autre chose … l’avenir de l’Algérie.

      Mais on te pardonne, ya kho , car tu te rattrapes un petit chouiya en disant qu’il faut écarter nos dinosaures qui sont responsables de toutes les crises (donc y compris celle liée à l’identité algérienne) depuis 62.




      21
      • cherif
        5 janvier 2018 at 6 h 50 min - Reply

        Merci mon baromètre d’opinion, vous attribué un petit chouia de chance de réussir mon examen.

        Dans un pays qui se cherche, l’identité est le ciment de colmatage sauf que ce ciment de la langue ne colmate malheureusement pas ce peuple à l’heure actuel et pir ca nous fait dévier du débat

        On veut exister ensemble avec nous différences mais au moins qu’on peu communiquer sinon il serait mieux pour chacun de nous se renfermer sur lui même et communiquer qu’avec ces semblables et je ne conseil personne se renfermer sur lui même. se système qui nous représentes nulle part veut qu’on soit éloigner l’un de l’autre exactement comme l’ex colon car le nouveau fait de même et nous on continue a être divisé c’est mon avis. et je sais d’avance, vu les likés attribués au commentaire subjectives tel que le votre il n y a pas de chance pour des gens comme moi, bihem et autre a s’exprimer et compris a juste titre. Pourtant ce n’est pas la vision et l’idée de ceux qui veillent sur ce site. a cela Kho ce mot bizzar qui veut dir khouya akhi, ce mot déformé il sera un jour défini comme mot d’origine bèrbère et on va dire que le berbère a enrichi l’arabe et que le berberbre est une langue riche alors c’est une langue de déformation c’est cela ce qui est dangeureux pour l’algerie. Ainsi le but de tous cela c’est deformé l’algerie et ne se relèvra a jamais, la mission de ceux la est accompli. Dieu pardonne moi je suis qu’un ignare et je le jure de ne plus revenir sur ce forum qui me déçoit par la contributions des ces donneurs de lecons malhereusement qui ne sont pas a la heuteur. Saha Kho




        2
  • Hychem Zaidi
    30 décembre 2017 at 21 h 11 min - Reply

    Youcef, Afriman, Bihmen…de grâce, gardez vos bêtises pour vous ! Vous n’avez ni les facultés cognitives, ni le niveau et encore moins le sens du débat pour nous asséner vos conneries….
    Les gens de votre espèce n’ayant aucune capacité de discernement et aucune capacité de disséquer les réalités politiques, doivent se taire à jamais. Les uns portent une haine indescriptible de l’Islam en le rendant responsables de tous les maux et tarés dont souffre l’Algerie, les autres la haine du kabyle ou de Tamazight…. De grâce allez voir ailleurs, votre haine ne générera que de la haine et la haine ne construit pas, elle est plutôt destructrice. Cela s’appelle L’IGNORANCE. Exactement comme la vôtre. Le plus grand criminel et la plus grande menace contre l’espèce humaine, ne sont ni les régimes militaires, ni les dictatures, ni les monarchies autocratiques et autres despotismes, mais la grande ignorance des peuples. L’ignorance est bien fertile et servile Messieurs…
    À bon entendeur je ne vous salue pas




    14
  • omar
    1 janvier 2018 at 18 h 12 min - Reply

    M BOUMALA / A PROPOS DE SYSTEME

    IL EST PRESQUE LE MEME!!!

    MAIS UNE VARIATION QUI SAUTE AUX YEUX

    NOUS FAISONS MIEUX

    LE TRONE ETAIT STATIQUE

    IL EST DEVENU DYNAMIQUE!!!

    DE FAUTEUIL FIXE AVEC DES BOULONS

    IL PASSE A FAUTEuIL ROULANT

    C EST UNE PREUVE DE GRAND DYNAMISME!QUAND MEME!!!




    1
  • fateh kassa
    4 janvier 2018 at 19 h 56 min - Reply

    Un peuple livré à lui Mr Boumala nous ne apprends rien ,sinon nous éclairer un peu plus de la virulence de ce régime et des conséquences sur l’extensionnalité à même de l’Algérie




    0
  • Citmond
    7 janvier 2018 at 14 h 12 min - Reply

    L’Algérie est finie car elle est en décomposition irréversible… sauf miracle! Il n’y a pas pire aveugle que celui qui fait semblant de ne pas voir comme il n’y a pas de pire sourd que celui qui fait semblant de ne pas entendre.




    2
  • Abou Louai
    14 janvier 2018 at 6 h 20 min - Reply

    ارى أن الهوة لا زالت عميقة بين دعاة تجسيد الأمازيغية على أرض الواقع و بين المعارضين لذلك، و في أغلب الأحيان يغيب الموقف الوسط. أولا على كل عاقل أن يعترف و يقر بأن أمازيغية الجزائر قدر رباني و أمر لا ينكره إلا مكابر و جاحد، و ثانيا أن عروبة الجزائر أمر واقعي و مفروض منذ أربعة عشر قرنا شاء من شاء و أبى من ابى. نحمد الله ان عروبة الجزائر مستمدة من الإسلام الحنيف الذي ارتضاه اجداد الامازيغ دينا لهم، بل وساهموا بقسط كبير في امجاده و حضارته. و إذا سلمنا بأن العنصرين المكونين للهوية الجزائرية قد انصهرا في بوتقة اثنية واحدة تمخضت عنها الأمة الجزائرية و لا يمكن بأي حال من الاحوال أن نفصل أحدهما عن الآخر و قد مضى عن الإندماج أكثر من أربعة قرنا، لذلك أصبح من سفاسف الأمور و لغطها الحديث عن التفرقة بين العنصرين فالتفاعل الذي حدث في التركيبة الإثنية غير عكوس irréversible. الآن، هل من المنطق اجترار الحديث عن التمييز بين عناصر الهوية الجزائرية، بل و هل يخطر ببال احدنا التفكير في تخيل أمة جزائرية بدون العنصر الأمازيغي او امة جزائرية بدون العنصر العربي. اعتقد أن المنطق السليم ينفي ذلك. إذا، ينبغي أن يرتكز فكرنا و اهتمامنا حول كيفية ترميم ما أفسده الدهر و تلاعب محترفي السياسة و الإقرار بالحق حيثما حل الباطل مكانه. و إذا اعتبر الجزائريون أن اللغة الفرنسية غنيمة حرب، فإن الأحرى و الاصوب اعتبار اللغة العربية هبة الإسلام للجزائر، و من نكران جميل هذا الدين العظيم الذي أنار لنا طريق الحق أن يتنكر بعض الجزائريين لها. أصل الآن إلى إبداء رأيي المتواضع كجزائري عرب الإسلام أجدادي و ما سلب منهم أصلهم و لا فصلهم، و هو أن ما قامت به السلطة الحاكمة من ترسيم للأمازيغية، و كان عليها أن تقوم بذلك منذ زمن بعيد، لابد و أن يتبع بالتجسيد على أرض الواقع و خاصة بإدراج تدريسها إجباريا في المنظومة الدراسية حتى تتمكن منها الأجيال القادمة جنبا إلى جبب مع اللغة العربية مع إعطاء نفس المعامل للغتين. و إذا ما تحولنا إلى الجدل العقيم في رأيي عن كيفية كتابة اللغة الأمازيغية، فشخصيا لن أتردد في الدفاع المستميت عن مباشرة كتلبتها بالحرف العربي لأغراض الدراسة و الإدارة وع ترقية الحرف الأمازيغي الأصلي و إدخاله تدريجيا في المعاملات اليومية للمواطن الجزائري. اعتقد أن هذا هو السبيل الوحيد الذي يقوي اللحمة و الشعور بالإنتماء بين أبناء الجزائر الأمازيغية العربية. إن اخشى ما أخشاه هو اعتماد الحرف اللاتيني في كتابة الأمازيغية فلن يساهم ذلك في رأيي المتواضع إلا في احداث شرخ عظيم بين أبناء الأمة الجزائرية يصعب التكهن بمآلاته و نتائجه على المديين المتوسط و البعيد.ا




    2
  • Azzedine
    14 janvier 2018 at 12 h 38 min - Reply

    C’est effroyable que telle machine perdure et aura survécu à la chute du mur de Berlin, celle de Ceaucescu, les indépendances des ex-républiques soviétiques et le printemps dit arabe.




    1
  • fateh kassa
    14 janvier 2018 at 14 h 51 min - Reply

    À force de tout voir on finit par tout supporter… À force de tout supporter on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer on finit par tout accepter. »
    Saint Augustin




    0
  • karim
    25 janvier 2018 at 19 h 27 min - Reply

    C est vraiment triste de lire de tels propos ;Il faut croire que certains algeriens n ont pas pu avoir la chance de connaitre l Histoire du Maghreb, et de l Algerie ;
    Non chers amis le Maghreb est BERBERE avant d etre « ARABE » car les arabes et l ISLAM au MAGHREB ne datent qu à partir de l avenement de lISLAM . et je rappelle à certains que la population etait juive , certains maghrebins ony des origines juives et le nier
    cest faire preuve d ignorance

    A bon entendeur




    1
  • Congrès du Changement Démocratique