Édition du
21 September 2018

Répression sauvage d’un rassemblement de médecins Résidents à l’hôpital Mustapha.

Hôpital Mustapha . Mercredi 03 janvier 2018. 11h.

Un rassemblement de médecins résidents a eu lieu ce matin dans l’enceinte de l’hôpital Mustapha. Il fait suite à la grève illimitée entamée depuis quelques jours pour réclamer leurs droits légitimes à une formation adéquate et à de bonnes conditions de travail  pour soigner dignement leurs patients.
A l’approche du portail principal de l’hôpital ils furent sauvagement matraqués par les unités anti-émeutes venues en force et qui ont fermé l’accès de l’établissement avec leurs véhicules. Des policiers n’hésitèrent pas à pénétrer dans l’enceinte de l’établissement, violant les franchises hospitalières. De nombreux blessés sont à déplorer.

 


Nombre de lectures : 8159
22 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Soussou
    3 janvier 2018 at 15 h 31 min - Reply

    On aimerait bien savoir qu’est-ce qu’ils pourront dire? Ceux qui traitaient ces mêmes résidents-de gens non civilisés-parce qu’ils criaient pour revendiquer leurs droits dans un hôpital ou le silence est loi!!??
    Maintenant quand ils voient ces images de jeunes médecins blessés et agressés sauvagement par les forces anti-émeutes,dans l’enceinte même de l’hôpital(ce qui est déjà très grave),est-ce que ces moralisateurs de tout un peuple continuent toujours d’approuver et d’applaudir ce même pouvoir méprisant qui a brisé le silence de l’hôpital!!?? Pour que ce genre de protestation ne fasse pas tache d’huile!!




    16
  • Abdou
    3 janvier 2018 at 15 h 53 min - Reply

    Solidaire avec ce mouvement et avec tout le peuple algérien .
    Oukilhoum rebi gadoue echouada les tchbacheks qui gouvernent le pays uniquement dans leurs intérêts.




    5
  • Boualem Nasri
    3 janvier 2018 at 18 h 52 min - Reply

    Et il y aura encore des personnes qui diront que Bouteflika n’a rien à voir avec ses violences !! Or s’il y a violence même envers ces manifestants pacifiques comme ces médecins, c’est que le pouvoir (donc Bouteflika and Co) veulent avoir en face des algériens comme moutons de l’Aid prêts au sacrifice !! Personne ne bouge, personne ne revendique, Ugh j’ai dit !

    Et bien tout le monde doit savoir que le Brizidène au fauteuil roulant n’aime pas les revendications ou les contestations, compris oui ou non ???!!!




    19
  • Jamal
    3 janvier 2018 at 19 h 05 min - Reply

    Terrible,Incroyable.490 lectures avant la mienne aucun commentaire,point de vue,devant ce matraquage sanglant des » forces de l’ordre »,d’un régime criminel,voyou,mafieux,envers le corps médical de cet hôpital.
    Sur ce même site ,il y a quelques jours,une avalanche d’opinions de suggestions,de plaintes etc répondait aux tribulations à l’octroi de visa d’un citoyen pour la France.Apparament,Le sang qui coule de nos concitoyens,n’est pas aussi valable,Et ne nous concerne nullement.Mentalite de petits bourgeois.
    Si intellectuels il y en a,priorités s’en suivent ;c’est Le moment de se joindre au corps médical,aux mères des disparus,aux Algériens contre Le gas de shiste,ceux contre Le chômage,pour la liberté d’expression,d’assemblée.La liberté de s’exprimer par le biais de banderoles,n’en déplaise à mr ouyahya,aux saouls et les autres.Refusons toutes les privatisations de nos richesses nationales qui nous rendront enclaves dans notre pays.
    Ils sont peu,nous sommes nombreux !.




    8
  • Hadj saltah boubakar
    3 janvier 2018 at 19 h 19 min - Reply

    Le colonialisme n’est pas encore vaincu cher compatriotes soyez solidaire pour faire disparaître cette mafia




    13
    • Mohamed Boukadoum
      3 janvier 2018 at 20 h 02 min - Reply

      Dans toute lutte,la chose primordiale est de connaître son ennemi.La nature du régime actuel est tout à fait identique à celle des gangsters de Chicago des années trente.Pire car les nôtres sont des antinationaux qui n’hésitent pas à fréquenter des institutions militaires françaises pour s’y soigner tout en construisant des mega mosquées à coups de milliards de dollars alors que nos hôpitaux sont des mouroirs……Donc le temps des illusions est révolu.




      14
  • Dria
    3 janvier 2018 at 20 h 53 min - Reply

    Des blouses blanches, du sang rouge rutilant, il ne s’agit pas d’un cours sur la transfusion sanguine, les images parlent d’elles-mêmes, une leçon pratique des médecins sur la démocratie, dans un pays qu’on nomme république algérienne démocratique et populaire.

    Si on traite ainsi les médecins dans nos hôpitaux, que peut-on attendre d’un tel pouvoir…
    On vient de nous annoncer la couleur pour 2018, du rouge vif, cœurs sensibles mieux vaut s’abstenir…

    Il ne s’agit plus d’être solidaire, mais d’agir ensemble, afin d’arrêter ce sang des justes qui coulent sous nos yeux, il faut arrêter ces hémorragies au sens propre et figuré qui touche toute la société… a qui la prochaine matraque.




    12
  • Hocine
    3 janvier 2018 at 20 h 57 min - Reply

    Que toutes et tous comprennent que les algériennes et les algériens sont égaux, que la langue nationale est l’Arabe et que le pays est indivisible et fraternelle. Ceci étant la base de toute l’Algérie et c’est ça l’existence de l’Algérie. Que certaines personnes cessent de copier sur leurs ennemis à l’Etranger Etc. !




    5
  • rachida
    3 janvier 2018 at 21 h 35 min - Reply

    En voyant le dispositif on aurait cru que l’hôpital avait été pris en otage, c’est vraiment scandaleux!




    6
  • lyes Laribi
    3 janvier 2018 at 21 h 58 min - Reply

    Très choqué par ces images, il faut situer les responsabilités des donneurs d’ordre et de les traduire devant la justice. S’attaquer d’une manière sauvage contre des personnes qui sauvent des vies humaines quotidiennement et dont la profession est née avec l’apparition de l’être sur cette planète n’est pas seulement un acte condamnable mais c’est un acte criminel. Mais sur quelle planète ces énergumènes vivent ils pour se défouler comme ça sur des blouses blanches. D’ou tirent ils cette impunité les Hama Lolo? Après, ils se posent la question pourquoi les gens fuient le pays. Soyez maudit oppresseurs de merde ainsi ceux qui exécutent vos ordres.




    9
  • rachida
    3 janvier 2018 at 22 h 26 min - Reply

    Le rassemblement des médecins résidents violemment réprimé à l’intérieur de l’hôpital Mustapaha
    L’Actualité en temps réel Par: Hassane Saadoun 03 Janv. 2018 à 15:23
    TSA
    La police a violemment réprimé le rassemblement national organisé par les médecins résidents au centre hospitalo-universitaire Mustapha pacha à Alger, ce mercredi 3 janvier. « Le rassemblement de la dignité » s’est soldé par plusieurs blessés graves et a causé la paralysie de l’hôpital dont les entrées ont été bloquées par les forces de l’ordre pendant plusieurs heures.
    Des centaines de médecins, pharmaciens et dentistes résidents, venus de plusieurs wilayas du pays, comme Constantine, Oran, Tizi-Ouzou et Laghouat, ont répondu à l’appel du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra), formé il y a peu dans le sillage du mouvement de protestation.
    Dès 8 heures, les résidents se sont rassemblé dans l’enceinte de l’hôpital et ont commencé à scander des slogans rappelant leurs revendications. Les médecins, pharmaciens et dentistes résidents, rejoints par les internes du CHU qui arboraient des badges portant l’inscription « interne solidaire », ont, dès 10 heures, formé une masse de plusieurs centaines de personnes. Le rassemblement a sillonné les artères de l’hôpital avant de se rassembler en face du portail principal hermétiquement fermé par les CRS.
    Les policiers déployés en nombre autour de l’hôpital ont empêché les tentatives des médecins résidents de sortir pour manifester dans la rue. De violents affrontements s’en sont suivis qui ont fait des dizaines de blessés, dont plusieurs graves, selon les organisateurs de la manifestation.
    Les membres du bureau du Camra ont affirmé, dans un communiqué publié dans l’après-midi que des « blessures graves au niveau de la tête et des fractures diverses » ont été constatées. Les policiers ont à plusieurs reprises usé de la force et ont eu recours à la matraque, au pistolet électrique ainsi qu’au canon à eau pour disperser les manifestants.
    Plusieurs médecins résidents, dont des membres du bureau du collectif, ont été arrêtés, ligotés et conduits vers des destinations inconnues, ce qui a envenimé la situation. Les résidents ayant menacé de bloquer tout le CHU si leurs représentants n’étaient pas libérés dans un délai d’une demi-heure, se sont séparés pour occuper les autres issues de l’hôpital. Les forces de l’ordre ont, dès 11 heures et demi, bloqué toutes les issues, empêchant toute entrée ou sortie des médecins résidents mais aussi de tous les autres citoyens.
    Cette situation a créé de vives tensions à l’intérieur du CHU, notamment aux abords des portails, les citoyens bloqués sur place sans pouvoir se nourrir ni vaquer à leurs occupations pendant plusieurs heures invectivaient les policiers alors que les résidents présents sur place scandaient « libérez les malades ». Certains citoyens empêchés de sortir de l’hôpital ont dénoncé une « atteinte aux droits de l’Homme » et une « injustice ».
    À midi, les forces de l’ordre ont commencé à chasser les badauds des abords de l’hôpital alors que des renforts étaient dépêchés sur place. Des dizaines de camions et voitures de police étaient stationnés tout autour du CHU et un canon à eau a été placé au niveau de l’entrée principale du CHU. Le canon a été utilisé pour disperser le rassemblement, créant une grande panique au sein des médecins résidents et provoquant plusieurs autres blessés.
    Vers 14h30, des médecins résidentes ont été libérées alors que les médecins résidents hommes étaient encore retenus par la police.
    Les membres du Camra ont dénoncé, dans un communiqué, des « dépassements illégaux et inacceptables », et ont demandé à être reçus dans l’urgence par les autorités. Le communiqué a aussi appelé les médecins résidents à ne plus assurer de service minimum, y compris les gardes et les urgences.




    4
  • Dr IZEMRANE Abdellatif
    3 janvier 2018 at 23 h 09 min - Reply

    L’affaire du visa, m’avait offusqué en tant que médecin, chercheur et enseignant universitaire, mais il n’ya jamais eut une atteinte à mon intégrité physique ou morale.

    De là à voir des confrères en sang, dans l’enceinte de nos hôpitaux, c’est intolérable et impardonable, une première qu’il faut médiatiser à l’international, je ne trouve pas les mots pour m’exprimer sur ce grave dépassement.

    Je ne changerais jamais d’arme d’epaule, la dignité et le respect ne se marchandent ni avec les étrangers, ni avec des algériens hagarines, c’est inadmissible.

    Vos blouses ensanglantées ne seront jamais souillées, car vous avez les mains propres et le sang pour vous est synonyme de vie.

    Je suis solidaire avec mes confrères et consœurs et avec tous les algériens qui donnent de leur sang pour garder leurs têtes hautes et vivre dignement.

    Ceux qui ont réagi pour le refus de Visa réagiront certainement pour la Hogra de Visu.




    13
  • Amokrane
    3 janvier 2018 at 23 h 12 min - Reply

    je crois personnellement que du moment que des gens comme ali benhadj et rachid nekkaz sont agresser par ce pouvoir voyou la meme chose arrive a chaque algerien si on ne reagissent pas tous ensemble contre cette mafia .




    9
  • Hamid Belaïd
    4 janvier 2018 at 14 h 43 min - Reply

    Scandaleux ! Il est vraiment criminel et sans pitié ce pouvoir ! Irham babakoume ya djammaa, Irham babakoum ya el khaoua en quoi ces médecins sont-ils dangereux ??? Pourquoi ne pas les avoir laisser manifester pacifiquement ??? . Leur intention était juste de revendiquer pacifiquement leurs droits ! Ils n’avaient sur eux ni sabres, ni couteaux, ni kalachnikov, ni slogans politiques de quelque nature ou tendance qu’il soit !

    Est-il possible d’être du côté du pouvoir à un moment ou à un autre ?? C’est strictement impossible avec des attitudes violentes pareilles. Avec sa nature de persécuteur, de matraqueur et de lanceur de bombes lacrymogènes à tout bout de champ. C’est une haine aveugle qu’il a envers tous les citoyens ! Le pouvoir ne peut de cette manière, qu’augmenter le nombres de citoyens mécontents et anti pouvoir, déjà très nombreux ! Je suis persuadé que dans les prochains contingents de haragas, il y aura encore et encore des médecins, c’est clair !




    16
  • M.Bous
    4 janvier 2018 at 20 h 16 min - Reply

    Scandaleux ! … je viens juste de rentrer d’Alger ou j’avais passé deux jours soutenant une de mes fille medecin résidente et gréviste . J’ai laissé ma fille choquée et qui ne comprenais pas pourquoi cet acharnement sauvage de la police . Elle me questionna ironiquement ,  » de quelle nationalité sont ces policiers ?  » …  » ce sont vos frères ma fille qui ont des ordres précis  » …  » mais papa , demande-t-on la lune ?  » …  » peut-etre qu’il fallait la demander , ça serais plus simple pour votre tutelle que de demander des droits simples , élémentaires mais légaux  » …  » maintenant que votre sang a coulé , vous n’aurez plus peur d’eux , vous n’aurez aucun respect pour leurs manières de traiter les problèmes … Rendez vous pris a Oran pour la prochaine … « 




    5
  • lyes Laribi
    4 janvier 2018 at 21 h 45 min - Reply
  • halim
    5 janvier 2018 at 4 h 17 min - Reply

    la bastonnade des jeunes rèsidents.,,,,leur schizophrènie (coupès de la realite) fait qu,ils sont dangereux pour autrui et pour eux mèmes….hier ils ont franchi le rubicond au chu mustapha….
    des nigauds à la solde des voyous. ya chaab réveille toi !!!!! occupons la rue! portons plainte aux tribunaux internationaux ! c’est bien de porter sur le net ces images scandaleuses !!! la honte !!!




    7
  • halim
    5 janvier 2018 at 4 h 24 min - Reply

    IL FAUT UNE GREVE NATIONALE JUSQU A CE QU ILS DEGAGENT




    7
  • Sadek Lounis
    9 janvier 2018 at 13 h 08 min - Reply

    Les citoyens vigilants ne devraient pas manger de ce « pain noir »,55 ans après l’indépendance de l’Algérie!Alors que nos médecins sont tabassés et blessés et des innocents emprisonnés pour un ou pour un non,il se trouve que certains manipulateurs « intelligents »nous rabâchent des devinettes et des histoires à ne pas en finir du FLN et de l’ALN et leur manipulation ou non par les gouvernants et les services français!?
    Trouvez-vous,Messieurs et Dames,tout cela sérieux?Ou innocent?

    Alors que pour nombreux d’Algériens,ces images graves et choquantes les font penser aux images blessantes et dégradantes de la manifestation des Algériens à Paris en 1961,ceci si on veut faire un parallèle de tout militantisme pour des causes justes.Qui était le prologue de la fin de l’oppression coloniale en Algérie.




    7
  • Rezki Djerroudi
    10 janvier 2018 at 22 h 12 min - Reply

    No comment!




    1
  • cherif
    12 janvier 2018 at 5 h 41 min - Reply

    Solidarité sans failles avec les jeune medecin. Voila monsieur le DGSN vous allez etre soignez par l’un d’eux ailleurs apres cela; vous leur donner toutes les raisons de partir

    Vous frappez les medecin bande de frustrés!!!!!




    4
  • Asselpa
    26 mars 2018 at 3 h 45 min - Reply

    C’est tellement injuste de s’en prendre à ceux dont on a besoin dans ce pays en errance politique .




    2
  • Congrès du Changement Démocratique