يومية الجزائر
Édition du
22 January 2020

Mais comment ?

Blog / 6 Décembre, 2019
https://www.radiom.info/

Akram Belkaïd

Dans La Vie des Autres (2006), œuvre magistrale écrite et réalisée par Florian Henckel von Donnersmarck, il y a cette réplique qui, pour moi, s’applique de manière parfaite à l’Algérie et à son pouvoir. Elle se déroule à un moment clé du film, lorsque, bien après la chute du Mur, le dramaturge Georg Dreyman, l’un des personnages principaux, comprend qu’il est temps pour lui de se confronter au passé de l’ex-RDA et surtout, par la même occasion, au sien. Lors d’un échange avec l’ancien ministre de la culture est-allemand, il réalise soudain ce que fut « le » système. « Comment a-t-on pu confier un pays à des gens comme vous ? » (je cite de mémoire) fut alors sa question adressée à l’ancien responsable dont l’activité consistait, entre autres, à mettre sous écoute tous les artistes.
Mais comment ? Comment peut-on confier un pays à des gens comme ça ? C’est la question que de nombreux Algériens se posent de manière presque quotidienne. Je me souviens avoir vu passer une interrogation de ce genre après la révélation, à l’été 2018, de l’implication de plusieurs hautes personnalités dans l’affaire des sept cent kilogrammes de cocaïne saisis dans le port d’Oran. Et c’est cette même question que l’on est en droit de se poser après avoir entendu les déclarations insultantes du ministre de l’intérieur Saleh Eddine Dahmoune pour qui les opposants à l’élection du 12 décembre en Algérie sont – au choix – des « traîtres », des « mercenaires », des « homosexuels »  et des personnes inféodées aux « colonialistes ».  Rien de moins !
Cette lamentable sortie ne s’est pas déroulée lors d’un banquet électoral trop arrosé où l’intéressé aurait abusé de thé froid ou de lben frelaté. Non, c’est devant le Conseil de la Nation, l’une des plus importantes institutions du pays – du moins sur le papier – qu’a eu lieu cet étalage de vulgarité digne de la plus basse des voyoucraties. Dans un contexte politique et social tendu, on aurait pu s’attendre à plus de tenue de la part de celui qui est censé garantir le bon déroulement du scrutin (et sa neutralité, y compris en ce qui concerne les partisans de l’abstention et du boycottage). Au lieu de cela, la violence du propos, son caractère outrancier et homophobe, ont eu pour effet d’augmenter le niveau de colère et d’exaspération qui traverse le pays. Est-ce bien sérieux de s’exprimer ainsi quand on est un haut représentant de l’État ?
Pour plusieurs confrères, la provocation est délibérée. Il s’agirait de faire déraper le Hirak, de pousser les gens à la violence. Dans un pays comme l’Algérie, quoi de plus commode pour faire sortir quelqu’un de ses gongs que de le traiter d’homosexuel ? Si cette intention était réelle, le résultat est plutôt raté. Comme à chaque fois que ce pouvoir cherche à diviser les Algériens, il provoque le résultat contraire. Soyons réalistes, ce n’est pas demain qu’Alger accueillera une marche pour les différences mais c’est bel et bien une réflexion sur le caractère inadmissible de l’homophobie que cette intervention devant le Sénat a provoqué. C’est un peu comme si chaque insulte proférée par le pouvoir, comme celle de « chardhima », était transformée en compliment car venant de personnes que le Hirak ne respecte plus.
Autre chose. L’invocation systématique du colonialisme est plus que lassante. L’Algérie est indépendante depuis bientôt six décennies. Personne, mais vraiment personne, n’a envie de voir le pays être conquis par une force extérieure. Ce n’est pas le colonialisme qui pose problème, mais sa forme nouvelle. La dépendance économique, la soumission aux multinationales, la « bazarisation » du commerce : cela, c’est ce régime qui le décide ou qui l’a décidé par ses politiques approximatives, qu’elles soient délibérées ou relevant de l’incompétence. Beaucoup hurlent contre la résolution du Parlement européen concernant l’état des libertés en Algérie mais qui a signé un accord d’association avec l’Union européenne (UE) en 2005 ? Qui est resté sourd aux mises en garde contre un tel ligotage ? Et pourquoi cet accord a-t-il été signé, lui qui n’a rien rapporté à notre économie ? Qui a cédé aux pressions de l’UE ? Le peuple du Hirak aime l’Algérie. Ce n’est pas à lui de justifier son patriotisme.
Revenons au ministre de l’intérieur. Il fut un temps où mêmes les contempteurs les plus féroces du système lui reconnaissaient quelques points positifs dont sa capacité à s’appuyer sur de hauts fonctionnaires compétents et patriotes. Nombre d’entre eux ont été broyés par la machine. D’autres ont abandonné la partie, préférant se retirer avant que l’indigestion de couleuvres avalées ne les pousse à une issue fatale. Saleh Eddine Dahmoune semble être le représentant d’une autre fournée, celle de l’ère Bouteflika, avec tout ce qu’elle a représenté comme délitement du pays et de ses institutions.

Les insultes de Dahmoune contre le Hirak ressemblent à ce moment bien fréquent de la vie quotidienne algérienne quand, excédé, incapable d’argumenter et, surtout, sachant qu’il a tort mais incapable de l’admettre, quelqu’un perd tous ses moyens et n’a d’autre réaction que « de faire tomber » (ittayeh), autrement dit laisser filer d’abominables insultes. Le Sénat, la vie politique, ne devraient pas être un défouloir pour ce genre d’individu.


Nombre de lectures : 2898
2 Commentaires sur cet articles

Laisser un commentaire

*

*

  • strangmen
    6 décembre 2019 at 3:59 - Reply

    un peu grossier ces insultes! rappeler vous le chèque blanc que voulait offrir le regretté Merdaci ex Ministre des affaires étranger a Sarkosy??! rappeler vous les pots de vins dans les divers signature des contrat de Chikb Khallil et l’entreprise l’aval rappeler vous les 300millirds de centime détournés par Ouyahia qu’il vient de reconnaitre! je pense qu’il faut mieux fermer sa gueule si on est pas un exemple!.

  • mokhnache
    6 décembre 2019 at 5:13 - Reply

    comment de telles personnes ont elles pu acceder a des postes aussi important ? ON A L IMPRESSION QUE C EST L HISTOIRE DE LA JUMENT BLANCHE QUI SE RESSUSCITE!
    NOS AILLEUX DISAIENT “o jument blanche! ta valeur s est ecroulée et te voila chevauchée par beni adesses!”

  • Lire aussi