Édition du
11 December 2016

Le verdict du Dr Lawrence

– See more at: http://www.libre-algerie.com/le-verdict-du-dr-lawrence/10/03/2016/

Par Salima Ghezali

« Le gouvernement algérien dispose de cadres de grande qualité mais il a parfois des problèmes à mettre en action ses décisions (…) Je reste persuadé que le problème se situe au niveau des capacités d’action des autorités. Et à mon avis, une des principales raisons de cette incapacité s’explique par le manque de compétences dans les institutions. » Celui qui s’exprime ainsi est un ancien conseiller principal au Département d’Etat américain spécialiste du Maghreb. Interviewé par le site Impact24, le Dr William Lawrence a prononcé le plus implacable des verdicts qu’un analyste d’une grande puissance puisse rendre à propos de la direction politique d’un pays : Etre incapable de passer du discours à l’action.

Le silence officiel qui a accompagné cette sentence est plus révélateur que toutes les gesticulations qui nous tiennent lieu de vie publique. Indice d’une indicible fragilité ? Inconscience ? Ou à l’inverse, conscience aiguë de la charge, sinon menaçante du moins provocatrice, contenue dans le propos ? Mais que dire ? Pour Sellal, Ouyahia, Saïdani, Ghoul,  et toute l’armada de ceux qui se sont évertués à faire la promotion des « réformes » directement concernés par le verdict. Se suffire d’accuser l’opposition comme l’a fait Ouyahia à l’occasion du 8 Mars ?

Peut-on du reste, sans provoquer un formidable rire globalisé, prétendre que l’action publique telle qu’elle se manifeste dans la gestion du pays vise à concrétiser une volonté nationale? Ou à s’en donner les moyens ?  Le Professeur  du Middle East Institute  enfonce le clou en déclarant que même notre alignement sur l’ensemble « des pays africains avec qui la France entretient des relations pas très saines. » ne saurait justifier cette absence de volonté. Quand bien même « il ya des liens entre Paris et Alger, entre les personnalités et même les partis politiques. Il ya aussi des fortunes qui se sont amassées et divers scandales.»

D’autres observateurs qualifieront ces relations de  « moins qu’une colonie et plus qu’un protectorat  » Cela ne mériterait-il pas une réponse et une autre posture que celle du « fonctionnaire qui fonctionne » et, depuis des décennies, met tous les malheurs du pays sur le dos de l’opposition et du complot externe ? En évitant soigneusement de répondre  quand « l’extérieur » porte un jugement sans appel sur l’action gouvernementale, même là où ce n’est pas elle qui est directement en cause. Comme pour sa diplomatie : «Les experts perçoivent un décalage entre la capacité des algériens à comprendre les problèmes et leur capacité à les résoudre. Un des meilleurs exemples est le conflit au Mali » L’échec au Mali est pourtant celui de la France pas celui de l’Algérie.

Le Dr William Lawrence n’a –t-il pas tendu une perche à la technostructure en poste pour lui donner l’occasion de s’affirmer comme véritable direction du vaisseau Algérie pris dans la tempête globale ? A moins qu’il ne s’agisse de la mettre au défi de nier son rapport de vassalité avec l’ex puissance coloniale ? Le silence du gouvernement a toutes les apparences de l’aveu.

– See more at: http://www.libre-algerie.com/le-verdict-du-dr-lawrence/10/03/2016/#sthash.pNCzUvS5.bYdONhzY.dpuf


Nombre de lectures : 2245
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • djamel
    10 mars 2016 at 18 h 34 min - Reply

    Quand c’est l’oncle SAM qui donne un diagnostic personne parmi la nomenklatura n’ose faire un commentaire ou répondre avec insolence comme ils ont l’habitude d’apostropher leurs concitoyens. En fait nous ce diagnostic nous le connaissons, nous l’avons établi depuis longtemps. Mais qui va nous entendre, ce n’est pas ces bourourous qui sont au pouvoir.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 5

  • said
    10 mars 2016 at 18 h 55 min - Reply

    ce n’ est pas la peine de sortir de St Cyr pour conclure que nous avons toujours été gouvernés par des predateurs dont l’ unique ambition s’ est de se servir , servir ses proches et sa famille. « Le drame des dictatures, c’est qu’elles donnent toute licence aux malades mentaux, aux mégalomanes, aux méchants, aux malhonnêtes gens d’aller jusqu’au bout de leur folie, de leur mégalomanie, de leur méchanceté, de leur malhonnêteté. »citation.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

    • rachid dahmani
      10 mars 2016 at 20 h 11 min - Reply

      Bonsoir said,

      j’allais dire la même chose. il ne faut pas être Einstein (j’adore ce bonhomme) pour comprendre d’ou vient le mal du pays. C’est basique. Une bande de voyous, de malfrats, de voleurs et d’incompétents en même temps ont pris le pouvoir par la traîtrise et la ruse pour s’enrichir inlassablement. ce que nous avons constaté durant toutes ces années d’indépendance du pays. Et donc c’est comme cela que j’aurais répondu à ce conseiller principal au département d’état américain spécialiste du maghreb. Si on veut que ça s’arrange dans le pays il n y a qu’une seule alternative, mettre hors d’état de nuire d’abord cette bande de voyous. Après bien sur il n’est pas dit que ça va marcher, néanmoins le peuple est déjà averti, et on espérera que les équilibres se créeront d’eux même entre diverses factions qui trusteront le pouvoir et seront obligés de rendre compte au peuple à chaque fois que l’une d’entre elles prend le pouvoir. Bonne soirée.

      Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 0

  • Larbi Anti-Impunite’ (Anti-DRS)
    10 mars 2016 at 19 h 56 min - Reply

    Il ne faut pas attendre un type d’outre mer, qui essaye de sauver des parasites criminels. Ce qu’il dit, ce n’est pas que les parasites chez nous comme dans les pays « musulmans » ne comprennent pas, non, c’est juste qu’ils/elles ne peuvent pas agirent. » Quels trouvaille, il merite le Noble price de l’indescence.

    Le probleme ce n’est pas la capacite’ de comprehension des parasites. Comme tout etres vivants, les parasites ont un but et un seul but: survivre sur la seve du substrat (peuple et pays). La solution pour cet hot shot (ce prof.) ca s’appelle la Liberte’. la democratie reelle pas parasitaire comme ils (Americains/Eurpopeens) la preferent pour les autres mais pas pour eux.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 4

  • Bencheikh
    10 mars 2016 at 21 h 50 min - Reply

    Pas d’accord du tout avec Lawrence de Washington, au contraire le pouvoir algerien est passe maitre en effets d’annonce alors qu’il acte parfaitement quand il s’agit de priver les algeriens de leurs droits.
    Sinon comment Lawrence de Washington peut il nous expliquer « les capacités d’action des autorités » pour demeurer au pouvoir depuis longtemps?

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • Dria
    11 mars 2016 at 1 h 00 min - Reply

    Après la visite des allemands , des tractations et directives Française sournoise pré et post constitution, c’est au USA de prendre le relais pour dire à nos charognards , il y a risque d’implosion et c’est tous le monde qui risque de payer la facture , rectifier le tir , redresser la barre, vos résultats sont visible à 10.000 lieu à la ronde…

    Mais à vrai dire il viennent tous au secours de nos gouvernants, mais personne ne s’adresse au peuple or c’est ce dernier qui les dérange , les occidentaux se rendent compte que le silence du peuple algérien qui a pris conscience des enjeux, des tenants et des aboutissants de ces gouvernants n’augure rien de bon, donc ils ont peur pour leurs intérêts, sachant que cette situation de statu-quo ne peut pas durer éternellement, alors ils font semblant d’être du coté des gouvernés du peuple, en faisant un constat sur la gestion du gouvernement , a vrai dire ils nous apprennent rien de nouveau cette gestion perdure depuis des décennies et qu’on retrouve dans des rapport de wikiliks …

    Oui il se trame beaucoup de chose contre l’Algérie, d’ou viendra le sursaut salvateur certainement pas du peuple? ni de l’intérieur de ce système hermétiquement fermé?? mais alors comment redresser la barre avant qu’il ne soit trop tard , une chose est sure ça ne viendra jamais de l’étranger eux qui nous ont à l’œil ….. entre Dr Lawrence et Laurence d’Arabie il n’y a pas une grande différence…

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 2

  • un ocean
    11 mars 2016 at 10 h 44 min - Reply

    JE PENSE HONNETEMENT QU ENTRE LA CAPACITE DE COMPRENDRE LES PROBLEME ET CELLE DE LES RESOUDRE IL Y A UNE AFFAIRE DE « CONNECTION »EN EFFET entre LES PERSONNES EN CHARGES DE L ‘etude des problemes et celles detenant le pouvoir de leurs resolutions il y a un ocean! prenons le cas de l urbanisme il y a des etudes et des plans d amenagement du territoire et un plan d amenagement du territoire doit etre un ordre ..une loi que personne ne doit transgresser malheureusement il y a cette inaptitude a respecter ses propres lois et la gestion doit surement se faire par LE COMPROMIS POUR MAINTENIR LES EQUILIBRES ENTRE LES PREDATEURS AU SOMMET….LORS DE LA RESTRUCTURATION DES ENTREPRISES IL Y AVAIT QUANT MEME DES NOYAUX DE REFLEXION QUI PREPARAIENT LES ENTREPRISES PUBLIQUES A UN ENVIRONNEMENT DE RATIONALITE ECONOMIQUE MALHEUREUSEMENT AU NOM D UNE DISTRIBUTION RENTIERE DES RESSOURCES LES FORCES DE L INERTIE LES MEMES QUI S ACCROCHENT ACTUELLEMENT AU BARIL DU PETROLE NE CONNAISSENT PAS D AUTRES VOIE…ILS NE SAVENT S Y PRENDRE NI AVEC LA DEMOCRATIE NI AVEC UNE JUSTICE LIBRE NI AVEC UNE UNIVERSITE MATURE…LEURS DROITS DE « cuissage »SUR LA SOCIETE EST ENCORE INTACT ET SEULE UNE SECOUSSE PEUT CHANGER LES CHOSES…………

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 3

  • rachid dahmani
    12 mars 2016 at 17 h 12 min - Reply

    Bonjour,

    C’est sur El Watan d’aujourd’hui.

    Le Syndicat national autonome des travailleurs d’électricité et de gaz (Snateg), affilié au Snapap, a saisi le 02 mars l’Office central de répression de la corruption au sujet du P-DG de la Sonelgaz Noureddine Bouterfa qu’il accuse de « dilapidation de deniers publics, trafic d’influence et d’abus de pouvoir ».

    « Le P-DG de la Sonelgaz a dépassé toutes les lignes rouges ave sa mauvaise gestion de l’entreprise. Il dilapide l’argent de l’entreprise visiblement dans des affaires qui ne lui profitent en rien et n’apportent aucun bénéfice commercial », explique le syndicat dans sa correspondance à l’Office centrale de répression de la corruption dont nous détenons une copie.

    La dernière « affaire » en date, et qui fait objet de cette plainte, concerne le soutien financier de M.Bouterfa estimé à 1 milliards de centimes au profit de Achour Telli, lors de l’élection du président de la Mutuelle générale des travailleurs des industries électrique et gazière (Muteg) contre son rival alors que les ressources de la mutuelle sont estimées à 300 milliards de centimes, a expliqué M. Mellal Raouf, porte parole du syndicat lors d’une conférence de presse organisée ce samedi à Alger.

    « Le P-DG de la Sonelgaz a mis tous les moyens humains et matériels de l’entreprise au service de Achour Telli pour des raisons inconnues. Cette mobilisation concerne l’élection des élus au niveau de la Muteg et n’a rien à avoir avec la Sonelgaz », dit-il.
    Ce genre de pratiques ne fait qu’affaiblir l’entreprise au moment ou elle est appelée à faire preuve de puissance pour faire face à la crise économique et à la politique d’austérité, souligne le syndicaliste.
    Contrairement à ce qu’affirment certains responsables, le Snateg croit que la Sonelgaz a une bonne santé financière.

    700 plaintes pour corruption

    Un avis qu’a soutenu M. Salah Dabouze, président d’une aile de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme ( Laddh) présent à cette conférence. Selon Me.Debouz, la Sonelgaz ne peut être une entreprise perdante tant qu’elle possède monopole sur le marché national.

    Crée en décembre 2013, le Snateg vient de se doter d’une nouvelle instance : le comité national pour la lutte contre la corruption dans le secteur de l’énergie. Ce comité sera chargé de recevoir les plaintes relatives à des affaires de corruptions, de les traiter et de veiller sur leur prise en charge par les autorités concernées.

    M. Raouf Mellal relève que quelques 700 plaintes pour corruption ont été déposées par des cadres au niveau de différentes filiales du groupe. Elles concernent, entre autres, la dilapidation de deniers publics, la non application de la réglementation et la conclusion de marchés sans respecter les règles commerciales en vigueur.

    Ce commentaire vous plait ? : Thumb up 1

  • Congrès du Changement National

    Galeries photos