Algérien, le 12 décembre, VOTE !…

3
3477
Youcef L’asnami

Tu n’as nulle sécurité dans le présent, nulle assurance dans l’avenir. Au petit bonheur la chance, après tous les enfers que ton pays a vécus, tu es encore en vie, tu n’es pas en prison, tu n’es pas porteur d’un handicap physique causé par une balle perdue, c’est déjà un mérite, plus encore, un exploit.

Algérien,
Tes parents avaient vécu le mépris de la France, de sa deuxième à sa quatrième république et, sous son joug, ils préservaient leur dignité de toute atteinte. La question d’honneur n’était pas dans leurs habitudes une ostentation stérile, au contraire, ils en tiraient la vigueur qui les aidait à supporter leur effroyable pauvreté avec la fermeté de rester sourds aux tentations. Ils furent, après la libération, les premiers à subir les retombées de la mauvaise gestion du nouvel État algérien, régenté par des rapaces cooptés par la cinquième république de De Gaule. L’indépendance arrachée de leur sang ne leur avait jamais offert ses meilleurs repas. Je dis de leur sang parce que chaque parent algérien a le souvenir illustre d’un frère ou d’un cousin planqué au champ d’honneur.

Algérien,
À grands renfort de chars, le couple luciférien Ben Bella-Boumediene a conduit ton pays au tragique et à l’absurde. Puis, Chadli survint pour arracher à tes parents leur part de soleil. Bouteflika était venu spolier la tienne. Il avait trouvé, peut-être, dans l’humilité de tes parents une humeur farcie de crédulités qui les portait à le croire à la limite de la sainteté, capable de libérer le peuple de ses tourments. Mais, tu me diras, les vieux lascars démocrates, laïques et islamistes géminés, avalaient à satiété ses récits de miracles riches en allégories qu’ils renforçaient insidieusement à leur tour de mensonges, de mythes et de contresens.

Algérien,
Aujourd’hui, le général Ahmed Gaid Salah, chef de l’État avec l’appui des baïonnettes, s’attribue d’une manière funambulesque une es qualité burlesque : celle de dénoncer la saleté… qu’il porte pourtant en guise de peau. En jetant en prison ses anciens complices, il pense gagner une notoriété avec les bons éclats de la respectabilité. Le général Ahmed Gaid Salah n’est pas le contraire de Bouteflika, il est son revers.

Algérien,
Maintenant que tu ouvres les yeux, les clans mafieux qui évoluaient dans le jeu d’influence et d’interactions sont obligés à la rétraction, ils se soucient beaucoup plus de leur survie que de leur orgueil. Mais, ils ont plusieurs cordes à leurs arcs. Afin de masquer cyniquement leurs attraits inhumains d’hypocrites, ils préparent pour le 12 décembre un festin de charognes sur fond d’élections. Et, c’est le voyou de ministre qui traite trois algériens sur quatre de mercenaires, de traîtres, de pervers et d’homosexuels qui va superviser les élections.

Alors,
-Si tu veux te résoudre béquille afin d’aider un monstre moribond à rester debout, vote !
-Si tu veux voir disparaître l’ultime morceau qui te reste de l’espoir en l’avenir, vote !
-Si tu veux concourir afin de rétablir les incertitudes qui te font candidat à l’exil, vote !
-Si tu veux que les départements de la justice et de l’éducation restent sinistrés, vote !
-Si tu veux anéantir en un seul coup neuf mois de marche de tout un peuple, vote !
-Si tu perçois dans le drapeau de ton pays une simple étoile jetée dans un chiffon, vote !
-Si tu veux transformer le statut de martyr en celui de victime à tous ceux qui ont donné leur vie pour ton pays, vote !
-Si tu veux troquer le blanc-seing de la liberté pour vivre encore séquestré, vote !
-Si tu es de ceux qui exhibent le syndrome kabyle par manque de lucidité, vote !
-Si tu assimiles aux sionistes tout kabyle qui part à la conquête de sa liberté, vote !

Si tu partages le stratagème du pouvoir qui, pour légitimer les élections et la répression qui suivra, tend à faire croire que le Mak, aidé par la fantomatique main étrangère, planifie la déstabilisation de l’Algérie, tu as déjà voté quand bien même tu es du Hirak, mais tu l’ignores…
Djaffar Ben.

3 Commentaires

  1. le hirak ou Bouteflika APRES 42 VENDREDIS LA SITUATION ARRIVE AU SPRINT FINAL:
    est-il logique qu un handycapé qui a ruiné le pays pendant vingt ans puisse faire passer son vote et se porter candidant avec comme seule imagination une autre facade?????

  2. N’ayez crainte ! ce vote du “doudouz”n’est qu’une etape dans notre revolution . Pour nous , c’est un non evenement .

    Ce qui a commence le 22 Fevrier est une lame de fond que rien n’arretera . Rien n’arretera les algeriens jusqu’a l’etablissement
    d’un etat civil et democratique a l’image des democraties europeennes .
    Le systeme de la cooptation-Soumission manage par la police politique et la junte militaire arrive au bout du rouleau .
    Ils n’ont plus rien a proposer , plus aucune vision de l’avenir . Ils ont un seul but . SE MAINTENIR AU POUVOIR !

    Ce “Douzdouz” n’est qu’un moment d’agonie du systeme . Ils pensent pouvoir pacifier le peuple ; mais ils se trompent lourdement car les algeriens ne reviendront JAMAIS AU 21 Fevrier 2019.

  3. ……
    ……
    .
    .
    .
    .
    .. NO COMMENT………… SANS COMMENTAIRES

    .
    .
    Élection du 04 Mai 2017 (SANS LE HIRAK)

    https://www.alg24.net/wp-content/uploads/2017/05/taux.jpg

    Élection du 12 Décembre 2019 (AVEC EL HIRAK)

    À 11:00 du Matin

    https://i.le360.ma/fr/sites/default/files/assets/images/2019/12/part.jpg

    À 15:00 de l’après midi

    https://www.dzairdaily.com/wp-content/uploads/2019/12/anie-taux-participation-election-algerie-800×400.png

    À 17:00 à la fermeture des bureaux de vote.

    https://www.lemonde.fr/afrique/live/2019/12/12/presidentielle-en-algerie-en-direct-apres-pres-de-dix-mois-de-contestation-une-election-sous-tension_6022619_3212.html

    .
    .
    .
    .
    Je crois que abdela azziz boutfliak présent au cœur de la décision politique en Algérie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici